Recette du jour : écrire un mémoire

Premier jour du séminaire sur méthodologie du mémoire avec S. Martin, les étudiants en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et Langues du Monde attendent tous une recette, une formule magique afin d’écrire leurs mémoires. Pas de chance, comme tous les séminaires à l’Université Sorbonne Nouvelle, on ne vous donne pas la recette pour enseigner les langues, on vous apprend à réfléchir à comment faire un cours, à l’enseignement, à l’apprentissage, et c’est pareil pour la recherche. Après les questions concernant le fonctionnement du séminaire les jeunes chercheurs angoissés découvrent que pour faire de la recherche, il faudra écrire et il faudra écrire tout de suite, pas en janvier, pas en avril, et il faudra écrire tout le temps.

Et que faut-il écrire ? Selon Latour[1], il ne faudrait pas seulement écrire des comptes rendus, mais aussi se munir de quatre carnets afin de noter tous ce qui est important lors d’une recherche. Ce que l’on ne savait pas, c’est que « désormais tout fait partie des données[2] » : les premières idées, les suggestions, les conversations, les commentaires, etc. En fait, à partir du moment où l’on commence à réfléchir à rechercher, on fait déjà de la recherche, et pour que l’on puisse enregistrer ce moment, il faut que l’on écrive. Pour cela, Latour nous propose l’utilisation de quelques carnets, une action qui fait déjà partie de nos vies (au moins en France).

Le premier carnet est le carnet de bord de la recherche, comme dans un bateau, on y note le suivi quotidien. Ensuite, le second, le carnet de données sert à la collecte d’informations, que cela soit une enquête ou une observation de cours. Puis, le troisième, le carnet d’écriture ou carnet d’idées, qui doit être conservé près de soi, car on ne sait jamais lorsqu’une bonne idée va surgir, et à ce moment il faut écrire de suite avant qu’il ne soit trop tard. Et enfin, le dernier mais pas le moindre, le cahier de commentaires, pour noter les opinions données, surtout les critiques, sur les comptes rendus, sur le chemin parcouru de la recherche.

A l’ère numérique, un carnet peut être un blog, comme celui de Yigong Guo, ou un fichier sur l’ordinateur. En revanche, on ne peut pas oublier l’avantage de ces technologies qui restent toujours actuelles et qui n’ont pas besoin d’électricité pour le fonctionnement : le carnet et le stylo. Enfin, peu importe le support du cahier, si l’on veut faire de la recherche et écrire son mémoire, il faut que l’on écrive !

Et si vous voulez toujours une « recette » pour faire de la recherche, en voici le secret : prenez quatre cahiers et un stylo.

[1] LATOUR, B., Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

[2] Ibid., p. 194.


Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

2 réflexions sur « Recette du jour : écrire un mémoire »

  1. Merci pour cet article! Il est vrai que quand il n’y a pas de recettes concrètes pour l’enseignement/apprentissage, mais seulement certaines pistes de réflexion, les étudiants apprennent très vite à prendre du recul par rapport à l’information, de même qu’à se baser sur leurs propres expériences et à s’auto-analyser. Ainsi, le moment où ils sont sur le terrain professionnel, ce terrain devient un lieu de création, de réflexion et d’action. C’est donc une aventure intellectuelle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *