« Manèges » pour commencer une recherche

imperative

 

Dans un extrait de l’ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197), l’auteur Bruno LATOUR mentionne un moyen pour nous inspirer quand nous rédigeon, par exemple, un mémoire, est de « tenir un journal de tous nos mouvements ». Cette rédaction est composée d’une problèmatique et d’un processus de recherche.

Si je la considère comme un voyage dans la mer, la problèmatique est un phare et ce processus est un sillage. Cette première ne se constitue jamais tout d’un coup, mais c’est à un chercheur à trouver progressivement en se plongeant dans la lecture, en puisant dans la réflexion et en explorant dans le tâtonnement, basé sur un terrain étudié. Ce processus de recherche pourrait occuper toute la vie d’études d’un chercheur et exige une attitude persévérante et récalcitrante.

Ce qui fait reculer la plupart des gens, c’est la continuité de l’étude. Par conséquent, ils ne tentent même pas de commencer. De plus, la motivation est la deuxième raison pour laquelle les « chercheurs » refusent d’écrire. Ils se demandent si le résultat est rentable, sinon, pourquoi continuer?

Suite à cela, l’auteur Bruno LATOUR nous conseille de tenir 4 carnets qui constinuent ensemble «  un journal de tous nos mouvements » promu aussi par professeur, Serge MARTIN. D’après les descriptions, les carnets doivent marquer chaque moment de tâtonnement sur le chemin de la recherche jusqu’à la future publication. Peu importe que la forme soit en papier ou en numérique.

§ carnet de bord repère les activités de recherche, par exemple, personnes rencontrées pour discuter avec du sujet, endroits où se déroule un séminaire relatif, etc. (je l’appelle imémote)

§ carnet de collecte amasse les données en les répertoriant et en précisant ses fonctions. (je l’appelle icollecte)

§ carnet de tâtonnement récolte les réflexions écrites d’un chercheur à partir de sa lecture, d’une conversation avec d’autres, d’un séminaire auquel il assiste, etc (je l’appelle itâtonne)

§ repliement note les opinions personnelles des autres en regardant nos réflexions. (je l’appelle rétromême)

Par ailleurs, j’ai un 5ème carnet intime propre à moi, où je pourrais écrire des poèmes ou j’inventerais des mots. Ce carnet sert à un moment de détente quand je m’ennuie pendant la recherche. Il a une fonction psycho-affective. (je l’appelle épicure)

Certes les carnets numériques (blog, siteweb, forum, etc) sont plus écologiques et plus faciles quand on cherche des informations, mais personnellement, les matériaux comme tablettes tactiles, ordinateurs sont lourds de transporter. Je refuse de regarder l’écran longtemps. A la maison, je mets ces carnets en papier dans des endroits plus accessibles, par exemple, sur la table de nuit, sur le micro-onde, dans les toilettes, etc.

De toute façon, il n’y a pas le meilleur moyen pour noter, cela dépend de la personne et des habitudes d’écrire. Le plus important est que ces carnets enrichissent vraiment la recherche et qu’ils permettent une continuité au long de cette recherche.

Référence

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts


3 réflexions sur « « Manèges » pour commencer une recherche »

  1. Je m’intéresse à vos carnets qu’ils sont placés dans des endroits différents de la maison. Il me semble qu’ils sont comme les différents espaces de réflexion. Il n’est peut-être pas nécessaire de les voir régulièrement, mais c’est un moyen de garder des preuves que vous avez réfléchies. Comme tout le monde sait que l’inspiration vient souvent le moment où on n’est pas au travail.

  2. J’aime beaucoup votre idée d’un cinquième carnet comme vous le proposez : il est certainement fort utile et vous avez un bon sens de l’humour qui lui aussi est absolument indispensable pour une recherche sereine… Il faudrait toutefois relire votre texte et faire quelques corrections (coquilles et fautes).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.