Chercheur au Carrefour de données

Après plusieurs lectures des pages tirées du livre de Bruno Latour, j’ai trouvé ses écrits très intéressant au niveau des obligations. Latour parle du chemin que le chercheur « doit » suivre pendant sa recherche. Autrement dit, Latour, selon lui, nous donne les « clés » de la « réussite absolue » afin de pouvoir mener la recherche de manière plus ordonnée que désordonnée. Pour cela, l’auteur nous propose de faire 4 carnets – pas moins, pas plus – à utiliser pour différentes tâches chacun. Les carnets proposés par Latour;

  • Premier carnet : carnet de bord.
  • Deuxième carnet : utilisé pour la collecte de l’information.
  • Troisième carnet : destiné aux essais d’écriture.
  • Quatrième carnet : utilisé pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs.

Toutes idées non-imposées sont à écouter, à appliquer si elles sont logiques jusqu’à un degré et même d’ailleurs elles méritent d’être appréciées. Bruno Latour insiste sur l’obligation de faire des carnets en utilisant les termes « devra » ou « Il faut » à chaque paragraphe du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets ».

«  Le premier carnet devra faire (…) Il faut consacrer un second carnet (…) Il faut toujours avoir à porté de main un troisième carnet(…) »[1]. Dans le domaine de la sociologie, on ne peut jamais parler des clés de réussite, des méthodes de recherche, des manières de prendre des notes ou des chemins qui mènent vers la « Vérité, réussite absolue ». En SHS, quelles soient écrites ou dites, toutes idées sont considérées « subjectives », c’est-à-dire perçues, vues et jugées différemment d’un sujet à l’autre. Dans ce contexte, le carnet ne peut pas être considéré comme un outil utilisé pour la recherche aux yeux de « tous » les chercheurs car chacun de ces derniers est unique et a sa propre conception de recherche.

Il est difficile également de comprendre si Latour parle de ses avis personnels ou bien de sa « Vérité Absolue » à propos des carnets. En tant que jeune chercheur en SHS, je ne trouve pas sain d’utiliser des propos commençant par « il faut » car ce terme est contradictoire avec l’âme des SHS dont le noyau dur est « subjectivité » et « différents points de vue ».

Un autre point qui me semble important à traiter est le nom du livre de Bruno Latour : Changer de société, refaire de la sociologie. A mon avis, le changement de société ne peut jamais avoir lieu avec impositions des choses ou toutes sortes de tentatives de façonnage « scientifique » mais seulement en rendant les chercheurs plus libres et plus autonomes dans leurs recherches. Il serait plus acceptable si Latour avait mis « à mon avis » devant chaque « il faut » puisqu’il transmet ses avis personnels sur un sujet donné.

Selon moi, n’étant pas un élément indispensable de la recherche ou de la vie d’un chercheur, le carnet peut jouer, pour certains, un rôle important pour le bon déroulement de la recherche. Sur ce point, je partage mes « 4 » carnets ci-dessous ;

  • Premier carnet : Carnet de Liberté pour observer le terrain en toute liberté.
  • Deuxième carnet : Carnet d’Autonomie pour travailler avec des sujets en étant autonome.
  • Troisième carnet : Carnet de Chemin pour observer tout ce qui paraît scientifique sur le chemin.
  • Quatrième carnet : Carnet de Carrefour de données pour rassembler les données.

Seul les chercheurs Libres et Autonomes ayant leurs propres Chemins (de pensé, de recherche etc.) peuvent se retrouver au Carrefour de données afin de construire un meilleur système de pensé et de recherche.

Références 

[1] Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.



Citer ce billet
Alper ASLAN (2015, 2 octobre). Chercheur au Carrefour de données. art, langage, apprentissage. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy31

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

Une réflexion sur « Chercheur au Carrefour de données »

  1. J’apprécie votre critique du ton injonctif de ce passage du livre de Latour : il faudrait toutefois le situer, ce passage, dans le livre dans son entier et apercevoir un ton combatif pour reconsidérer la recherche dans et par sa matérialité…
    Je pense que les chercheurs libres doivent échanger non seulement sur les résultats de leurs recherches mais aussi sur les processus et moyens de la recherche. Les carnets permettent alors de tels échanges qui engagent bien plus qu’une évaluation !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.