Compte rendu de conférence ‘Le changement des longueurs de mots et l’évolution graduelle des structures des noms des rois’

U36vShVdi7OpZnFyLy0nXkdGSBcUSyocuq8cc5k4hN8v3qZXcpJ5KKvIwl1KlqvLBbO59mmTq1UGF

Cette conférence a été donnée par Monsieur JIANG Di à BULAC, directeur de laboratoire des recherches de phonologie et de linguistique informatique, et du laboratoire des recherches d’ethnologie et d’anthropologie, à l’Académie chinoise des sciences sociales en Chine.

JIANG a proposé une introduction sur la manière dont les Chinois dans l’antiquité nommaient leurs descendants. Les Chinois sont nommés dès qu’ils ont trois ans, par leurs générations précédentes, souvent leurs pères ou leurs grands-pères. Une fois que les enfants atteignent l’âge de faire le Guan Li (Guan Li : une cérémonie confucianiste pour célébrer la maturité dans l’antiquité chinoise, souvent à l’âge de 20 ans pour les garçons ; et le Ji Li, celle pour les filles à l’âge de 15 ans), ils peuvent choisir leurs pseudo noms/noms d’écrivain (字). En générale, la décision d’un prénom est un choix libre réservé au père ou grand-pères. Cependant, il existe des contraintes : le prénom comporte un seul caractère ou deux caractères ? Le prénom respecte l’ordre de génération ou pas ? Les hans peuvent-ils avoir des prénoms composés de trois, quatre caractères voire plus ? Rappelons que normalement les Chinois portent un nom avec un caractère voire plus rarement deux caractères (Exemple de prénoms avec un et deux caractères : ZHANG San张三, ZHANG Sanyi张三一, ou OUYANG San欧阳三, OUYANG Sanyi欧阳三一).

JIANG a accordé une attention particulière sur la problématique des prénoms avec un seul caractère ou avec deux caractères ? Dans un premier temps, il a expliqué la composition générale des prénoms chinois. Par exemple, les prénoms avec un seul caractère : LI Jing李晶, WANG Wei王伟, ZHANG Liang张亮, OUYANG Wu欧阳武 ; les prénoms avec deux caractères : WU Caixia伍彩霞, ZHAO Benshan赵本山, HUANG Jixian黄继先. Les prénoms sont des mots qui portent un sens symbolique. En revanche, le nom (de famille) ne porte pas de sens. Un caractère constitue un mot. Deux caractères portent donc chacun un sens différent, mais les deux caractères associés peuvent constituer un nouveau mot qui porte une toute autre signification.

Ensuite, il nous a amenés à réfléchir sur la question des conditions préalables et des matériaux pour la dénomination. JIANG a souligné qu’un mot est la base de la dénomination, et les mots se divisent en mot de « mono-caractère », en mot de « bi-caractères », et en mot composé. La typologie des mots détermine des matériaux de la dénomination. Ensuite, il a pris la dénomination des rois pendant la période des Zhou de l’ouest (西周 : 1046 à 771 av. J.-C) comme exemple. Les rois de cette période portent tous le nom de famille JI (姬). Après la 14ème génération, les prénoms des rois se succèdent de la manière suivante :昌chang-发fa-诵song-钊zhao-瑕xia-满man-伊扈(yīhù)-囏jiān-辟方 pifang-燮xiè-胡hu-静jing-宫湦gong sheng. JIANG s’est alors posé les questions suivantes : pourquoi existe-il en même temps des prénoms de mono-caractère et de bi-caractères pendant cette période ? Que signifient les prénoms de deux caractères et sont-ils aussi des mots ?

Les prénoms « mono-caractère » des rois de période Zhou de l’ouest viennent de l’écriture ossécaille (甲骨文), qui est généralement constituée de mots avec un seul caractère. Dans une perspective historique, l’écriture ossécaille est créée en 1300 av. J.-C, et la période des Zhou de l’ouest commence vers 1110 av. J.-C. Il y a ainsi un écart d’environ 200 ans. Cette réflexion nous a amenés à la réponse suivante par rapport à la question posée : les prénoms des rois portant un seul caractère correspondent à l’écriture ossécaille.

Les prénoms « bi-caractères » des rois de la période des Zhou de l’ouest sont rares : 繄扈/伊扈yīhù ,辟方pifang,宫湦gong shēng. Ces mots/prénoms composés viennent de la période Chun Qiu (Période des Printemps et Automnes, 771 à 481/453 av. J.-C.). Ces prénoms ne portent pas de sens une fois qu’on sépare les deux caractères.

Pourtant, les ancêtres des rois de la période des Zhou de l’ouest portent principalement des prénoms constitués de deux caractères : 后稷houji、不窋buyao、鞠ju、公刘gongliu、庆节qingjie、皇仆huangpu、差弗chafu、毁隃huiyu、公非gongfei、高圉gaoyu、亚圉yayu、公叔组绀gongshuzugan、亶甫tanfu、季历jili. À travers les prénoms des ancêtres avant la 14ème génération des rois de la période des Zhou, on remarque que la majorité des prénoms sont composés de deux caractères. Pourtant, d’après la proposition précédente, on a proposé que l’écriture ossécaille est une écriture où chaque caractère porte un sens, et que c’est pour cela que les rois à partir de la 14ème génération porte principalement des prénoms « mono-caractère ». Comment leurs ancêtres peuvent-ils avoir des prénoms « bi-caractères » ? N’est-ce-pas paradoxal ? La réponse est non. JIANG propose une hypothèse : avant que l’écriture ossécaille soit créée, la langue utilisée en Chine était le Huaxia (Yayan), qui était probablement une langue polysyllabe, contrairement aux hypothèses traditionnelles qui présentent le Huaxia (Yayan) comme une langue isolée monosyllabe.

JIANG a de plus montré que les pronoms des rois des pays limitrophes des Plaines Centrales (中原) pendant la période Chun Qiu, sont composés pour une très grande majorité de deux caractères. Ceci laisse supposer que les langues utilisées par les pays voisins sont aussi des langues bi-syllabique ou polysyllabique, ce qui renforce l’hypothèse que la langue Huaxia (Yayan) est une langue polysyllabique.

Ensuite, JIANG a analysé les prénoms des rois des dynasties HAN (206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C.) et JIN (265-420). Les prénoms en mot polysyllabique ont disparu, tandis que les prénoms en mot composé ne sont pas encore apparus. Durant cette période, ce sont ainsi les prénoms en mot monosyllabique qui sont les plus fréquents.

À partir des dynasties Nord et Sud (南北朝420-589) jusqu’à la dynastie Ming, le nombre des prénoms des rois en mot composé augmente et atteint son maximum. Cela est dû au fait que la plupart des rois pendant cette période sont issus de gens du peuple, ainsi, il n’existait pas de règle stricte pour la dénomination des rois. Par exemple, les rois de dynastie Sud : LIU Yilong, LIU Yifu, XIAO Chengzhi, XIAO Daocheng, CHEN Wenzan, CHEN Baxian ; les rois de dynastie Ming : Yuanzhang, Zhanji, Jianshen, Houzhao, Yujun, etc.

Par la suite, JIANG a repéré un prénom particulier parmi les prénoms des rois de la dynastie Han : Fuling. Celui-ci est le prénom du roi Han Zhao Di (汉昭帝, 刘弗陵) qui est le seul prénom en deux caractères parmi les prénoms des rois pendant cette période. JIANG a analysé ce prénom particulier, en se demandant s’il s’agissait vraiment d’un prénom en mot composé (polysyllabique) qui ne correspond pas aux caractéristiques de la dénomination des rois de Han ? Premièrement, « fuling », en tant que mot n’a pas de signification. Deuxièmement, « fuling » se prononce, dans l’ancien chinois, comme une seule syllabe. « Fuling » est très probablement un mot demi-syllabique, qui se prononce comme [pərɯŋ] ou [p-rɯŋ] en début de mot. Par conséquent, JIANG a ainsi proposé un quatrième type de dénomination pour les prénoms de roi : prénom en mot demi-syllabe.

Au vue des hypothèses et des explications ci-dessus, JIANG a ainsi abouti à un classement en quatre catégories de la dénomination des rois (selon l’idée de syllabe et de longueur des prénoms), de la période des Zhou de l’ouest jusqu’à la dynastie Qing :

(1). Prénom en mot polysyllabique

(2). Prénom en mot demi-syllabique

(3). Prénom en mot monosyllabique

(4). Prénom en mot composé

Contrairement aux hypothèses traditionnelles, qui consistent à dire que les prénoms chinois étaient mono-caractère (monosyllabique), puis sont devenus bi-caractère (bi-syllabique), JIANG propose plutôt que les prénoms chinois aient suivi le changement ci-dessous : bi-caractère (polysyllabique ou demi-syllabique) à mono-caractère (monosyllabique) à bi-caractères (mot composé).

Selon JIANG, les mots sont la base de la dénomination. La typologie des structures des mots détermine les matériaux de dénomination. Beaucoup de secrets se dissimulent derrière la dénomination des prénoms des rois, et ces secrets relèvent non seulement du changement des prénoms, mais aussi du changement et des limites culturelles de longueur des mots. De plus, à travers l’analyse sur l’écriture d’ossécaille, la langue chinoise a commencé en tant qu’une langue monosyllabique, et ainsi à partir de la période des Zhou de l’ouest jusqu’à la dynastie Song, les prénoms des rois étaient composés de mots monosyllabiques. Ensuite, les prénoms des rois ont évolué de bi-syllabique, demi-syllabique, monosyllabique et enfin bi-syllabique en mot composé. En somme, la longueur et la typologie des prénoms correspondent au développement du vocabulaire du chinois, ce qui prouve que la langue chinoise est issu de la langue Huaxia (Yayu) polysyllabique, et que le chinois ancien n’était pas une langue isolée.

Durant toute la conférence, Monsieur JIANG Di a proposé une problématique complexe tout en l’expliquant dans un langage simple. Cette conférence a su associer des éléments de langue et de culture pour analyser une problématique linguistique.

 

 

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.