Matinée en contact(s): XVIIIe rencontres Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage

Cette année, la rencontre « Jeunes Chercheurs » organisée par l’ED 268 à Paris a eu pour sujet le « Contact de langues : situations, représentations, réalisations », une conférence ouverte par Robert Nicolaï de l’Institut universitaire de France qui nous a offert un parcours historique et épistémologique de la question du contact des langues. Une présentation théorique qui s’est tout de suite vue complétée par la pratique : présentaient ce matin des chercheurs du monde entier, Allemagne, France et Uruguay, autant de pays et de langues : des langues qui s’intéressent à d’autres langues (les langues en danger dans le continent latioaméricain) et qui s’exposaient en une autre langue (en anglais) devant des français. Bref, un exemple de l’impossibilité de ne pas penser ce « contact » entre les langues et les cultures aujourd’hui, mais encore, une nécessité de réfléchir aux questions linguistiques comme des problèmes indéniablement liés aux questions politiques et sociales.

En effet, la première présentation « À la découverte de deux langues presque éteintes en Bolivie : jorá et guarasu » a eu pour but de montrer à quel point « In Bolivia, language, ethnic and territory are all one », ainsi que l’a dit Swinthia Danielsen (University of Leipzig). Je pense que cette idée d’une union ou unicité du territoire, du peuple et de la langue est valable partout aujourd’hui. Il s’agissait là d’un exemple de la manière dont une étude locale en apparence peut contribuer à une réflexion globale sur le fonctionnement des frontières ou les liens entre les langues et les cultures.

Les participants ont pour la plupart présenté la question éthique qui se niche derrière toute étude linguistique dès qu’on tient compte de la langue comme raison de conflit entre les peuples : en effet, si la disparition d’une langue peut être due à un génocide, le fait de parler une autre langue peut aussi pousser l’étranger à vouloir erradiquer une communauté (comme c’est le cas pour les indigènes Boliviens), des questions qui sont donc d’actualité et qui montrent que la recherche linguistique ne peut plus uniquement s’attarder à des questions syntaxiques, grammaticales, phonétiques… mais qu’elle doit forcément toucher à l’histoire d’un groupe de parlants, à leur tradition, à leur pratiques sociales.

Une ouverture que j’ai trouvée bien ouverte à l’international et aux questions sociologiques qui existent dans les sciences du langage.

En ce qui concerne l’intérêt scientifique d’une telle rencontre, je vais parler d’un exemple concret qui ma montré à quel point l’échange entre chercheurs en formation peut être enrichissante pour eux et pour les domaines qu’ils traitent. La présentation de la dernière recherche « Vestiges of an American-European language contact : Guarani loanwords in Uruguayan Spanish » (Yliana Rodriguez, Universidad de la República, Montevideo) portait sur l’influence de la langue guaraní dans l’espagnol actuel uruguayen. La chercheuse défendait que les vestiges de cette langue dans le vocabulaire de la faune, de la flore et de certains endroits géographiques du pays prouvait qu’il y a avait eu des uruguayens dont la langue maternelle était le guaraní dans le passé, ce qui avait déteint dans l’espagnol uruguayen, même si cette langue a complètement disparu actuellement dans le pays, puisque qu’aucun uruguayen ne parle actuellement guaraní. Or à la suite de la présentation, la chercheuse allemande en langues minoritaires boliviennes est intervenue pour dire qu’elle avait aussi trouvé ces mots en Bolivie, et que cette étude ne prouvait pas nécessairement qu’il y ait eu des habitants « guaraní » en Uruguay, mais que cela prouvait juste un échange culturel et langagier. Ainsi, s’est ouvert un début de débat sur la nécessité de s’appuyer sur des sources documentaires et historiques en plus de l’enquête sur les dictionnaires et sur la langue et le vécu des habitants.

Un vrai échange, un vrai contact, non pas uniquement entre les langues, mais aussi entre les domaines, entre les pays et surtout entre les réflexions.

 

Une rencontre à suivre encore jusqu’à demain après-midi à l’institut de Linguistique et Phonétique Générales et Appliquées, 19 rue des Bernardins :

http://www.univ-paris3.fr/rencontres-jeunes-chercheurs-301310.kjsp

 

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.