Gestes et voix

La voix est une émanation du corps, ce qui sort du corps et comme un sperme elle a un rôle créateur.

 « L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précis où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un événement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité.
…De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpellation entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. »
Kawada Junzo, La voix

Les arts de la parole ce sont tout d’abord les arts de la voix.

Le linguiste Walter J. Ong introduit la notion d’ « oralité seconde ». Dans son ouvrage Oralité et écriture. La technologie de la parole
Walter Ong montre en quoi l’apparition de l’écriture et de ses supports – induit des changements cognitifs profonds qui vont au-delà de la simple retranscription du discours oral sur une surface comme le papier ou l’écran d’un ordinateur. Cet ouvrage s’intéresse également au contraste entre les médias électroniques et l’imprimé. L’époque électronique est, pour Ong, une époque de l’« oralité secondaire » : celle des téléphones, de la radio, de la télévision – dont l’existence dépend de l’écriture et de l’imprimé –, mais aussi, pourrait-on ajouter en ce début de XXIe siècle, celle de l’Internet.

 

Tout geste est un geste d’appropriation du monde. Le monde se constitue par gestes.

« La vue d’un torpilleur autrefois ne m’était rien. Pas de réaction. Je n’en avais guère vu jusque-là. Ayant passé près d’un an déjà dans un petit port du Var, où ils viennent fréquemment la nuit au mouillage, ils me sont devenus familiers.
À quoi je le remarque ? À ceci : lorsque, étant sur ma terrasse, j’en vois un approcher, je lui tire mentalement quelques coups de canon (sans méchanceté aucune d’ailleurs) et le coule. Après quoi, je me remets à lire et le laisse entrer en rade où il ne me gêne du reste en rien.
Dois-je ajouter que ce n’est pas affaire de pavillon sur lequel je ne lève même pas les yeux. Simplement je le canonne, je le coule et je reviens ensuite à ma lecture, chargé d’une once de satisfaction en plus.
Le tout est devenu machinal. Que dire encore ? Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. À cela je sais que le torpilleur fait partie de mon monde. Il n’en est, hélas ! pas ainsi des étoiles par le fait d’une impuissance que, je pense, l’on comprendra. » Henri Michaux, Passages (1950)

 

 

« […] c’est ma langue et me voici libre, semble-t-il, d’y faire les gestes de mots que je veux […] »

« Les gestes d’écrire. ça qui laisse des traces: l’encre qu’on voit sur le papier. Les mots qu’on veut comme des gestes (les gestes qu’on dirait des mots plus forts) ». Le poème par ses gestes de mots se mêle aux gestes du vivant, la langue se frotte au vivant, rencontre « tout un dictionnaire vivant ». James Sacré


2 réflexions sur « Gestes et voix »

  1. Voici un petit parcours du séminaire « Une antropologie poétique des arts du langage » du 2 avril

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.