La communauté et les appartenances

Le séminaire du 16 avril auquel j’ai assisté était le dernier séminaire consacré à l’articulation des politiques linguistiques et éducatives et de la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Madame Valérie Spaëth a abordé la question de la communauté et des appartenances (écho à la journée d’études sur le plurilinguisme et la biographie langagière/le 11 avril).

La sociologie de Norbert Elias dépasse la traditionnelle opposition entre individu et société. En effet, les individus interdépendants forment selon lui la société, qui n’est donc ni un ensemble indépendant des individus qui la composent, ni le simple agrégat des actions de ces derniers. Elias nomme « configurations » les formes spécifiques d’interdépendance entre les individus, la taille de ces configurations pouvant aller de la relation entre les deux membres d’un couple à celle entre deux Etats. La notion d’interdépendance est au cœur même de la théorie d’Élias. Il l’explique ainsi : « Comme au jeu d’échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l’échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d’un autre individu (sur l’échiquier social, il s’agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d’individus) limitant la liberté d’action du premier joueur » in La Société de cour, p. 152-153.
William Labov envisage une approche sociale dans son ouvrage The social stratification of English in New York City et tient compte de plusieurs contraintes non internes à la langue; comme le niveau social (socio-économique), l’âge, le sexe etc. Selon William Labov “il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore, pour le dire autrement, que des pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point du lointain passé; mais sous la forme d’une force sociale immanente et présentement active.” in Sociolinguistique, p.47

 



Citer ce billet
Gulzhana Salimgereeva (2015, 31 mai). La communauté et les appartenances. art, langage, apprentissage. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy2m

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.