Ortograf !

Ortograf !

 
La plupart des experts du système scolaire considèrent que le niveau de formation scolaire est bien monté par rapport à 20 ans avant. Est-ce que c’est le cas pur le niveau d’orthographe aussi ? Pourquoi dans certaines langues l’orthographe est-elle tellement difficile ?
La pédagogie que nous avons subie n’est pas la seule responsable. En terme linguistique dans certaines langues comme l’anglais et le français, la corrélation entre ce qui est écrit et ce qui est prononcé est très faible. C’est-à-dire chaque voyelle ou consonne prononcée ne corresponde pas forcement par une voyelle ou une consonne écrite. Pour des raisons variées, la langue écrite a plus de résistance vis-à-vis des changements et reste plus intacte. Donc, on écrit une consonne, mais on ne la prononce pas. La phonétique historique nous révèle les secrets du voyage des mots du latin et du grec, mais cela n’est pas toujours pratique dans un cours de langue.

 
Une autre solution est de connaître les règles de la langue. Quand on analyse la structure des mots, nous aurions des éléments composants de chaque mot : les préfixes, les suffixes et dans certaines langues des infixes. La manière dont ces affixes ajoutent à une base lexicale et la façon dont ils influencent les voyelles et les consonnes d’avant ou d’après nous aide beaucoup de faire moins d’erreurs. De ce fait, la connaissance morphologique de la langue est indispensable pour avoir un bon niveau d’orthographe.

 
Il faut également connaître les règles phonologiques de la langue, c’est-à-dire quand le voisinage des mots change la prononciation ? L’exemple simple en français c’est le cas des liaisons. La consonne finale non prononcée d’un mot se prononce au voisinage d’une voyelle qui la suit. Ou le cas de –s (-es, -os,-iz) pluriel en anglais qui change la prononciation en position finale des mots.
Ces trois aspects linguistiques ; la phonétique, la phonologie et la morphologie sont en lien pour avoir une bonne orthographe. Et n’oublions pas une relecture attentive de ce qu’on écrit.

 
Pascal Bouchard, Anti-Manuel d’orthographe, collection « le goût des mots », Point Seuil.
Daniel Luzzati, le français et son orthographe, collection langue & didactique, Didier.

 


2 réflexions sur « Ortograf ! »

  1. Merci Farbod : mais je ne sais si ces trois paragraphes sont des citations, si les deux références à la fin constituent les sources ou des indications bibliographiques supplémentaires…

  2. Une grande question en ce qui concerne l’enseignement du français langue étrangère Farbod! Comme tu le dis, l’enseignement de l’orthographe devient plus difficile dans les langues où l’écart entre la prononciation et l’écriture est plus fort. En espagnol, par exemple, cela n’est pas difficile du tout pour peu qu’on soit de bons « écouteurs ». On entend même les accents orthographiques ou « tildes » sur les mots. Par ailleurs je me demande si l’orthographe est quelque chose qu’on peut ou qu’on doit enseigner comme une matière propre (on a tous eu des leçons d’orthographe et de longues séance de dictée en cours de langue) ou si ce n’est pas plutôt en travaillant la lecture elle-même que l’orthographe peut devenir un peu moins un sujet de souffrance. En effet, ce n’est pas plutôt en observant la manière dont on écrit en s’appuyant sur la visualisation de discours en toutes sortes qu’on va apprendre à écrire avec moins de fautes? En tous cas je pense que l’enseignement de l’orthographe est à revoir, surtout lorsqu’on voit avec quelle rigidité évaluative on essaye de faire passer des leçons: en enlevant des points à des copies, par exemple ou en imposant des auto-dictées supplémentaires aux « moins bons ». Je pense qu’inventer des jeux de chercher les différences entre un texte bien écrit et un texte mal écrit ou encore de commenter oralement les fautes et même d’essayer de les comprendre en cherchant l’étymologie du mot ou en le comparant aux mot équivalent en d’autres langues peut être très intéressant… À mon avis, tout un champ de pratiques à inventer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.