Biographie langagière

Bonjour,

J’aimerais bien vous parler de la journée d’études, consacrée au plurilinguisme et à la biographie langagière, qui a eu lieu le 11 avril à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III.
Ce séminaire, animé par Madame Muriel Molinié et Madame Valérie Spaëth m’a paru très enrichissant pour les M2 et pour les doctorants.

Madame Valérie Spaeth a présenté le cadrage historique, Madame Christine Deprez (Université Paris-Descartes) a abordé le sujet des enjeux de la narration de soi au prisme de la sociolinguistique, le rapport de Madame Delphine Tomasini (Doctorante, université de Lausanne) a porté sur le trajectoire d’appropriation langagière, la professionnalisation et la construction identitaire de futurs enseignants de l’école primaire et les enjeux d’une problématique et d’un choix méthodologique. La présentation de Madame Muriel Molinié, Monsieur Frédéric Anciaux (Université Antilles) et Monsieur Olivier Mirval (Académie de la Guadeloupe) avait comme sujet la biographisation des expériences plurilingues et interculturelles.
Je voudrais m’arrêter sur l’intervention de Madame Stéphanie Galligani de l’université Stendhal Grenoble 3 qui a parlé de comment les biographies langagières devenaient des espaces de construction et de transformation des savoirs à la fois pour l’étudiant/futur enseignant de langues et l’enseignant/formateur. La biographie langagière est en même temps un outil médiateur, un révélateur de savoirs et des espaces dans lesquelles s’effectuent des articulations entre les savoirs auxquels est confronté le forme dans son lieu de formation et événements existentiels et un mouvements de regards croisés et d’interprétations diversement situées. Selon Madame Stéphanie Galligani travailler en formation initiale et continue sur les biographies langagières permet de :
– reconnaître les éléments constitutifs de leurs cheminement identitaire en développant les compétences réflexives en lien avec les enjeux personnels et professionnels;

– se reconnaître comme acteur social doté d’un capital plurilingue et pluriculturel;

– être producteur d’un outil – sa biographie langagière- visant à rendre ses expériences « formatives » dans un développement graduel de la compétence professionnelle;

– la conscience selon laquelle ses apprentissages linguistiques gagnent à être mis en relation les uns avec les autres.

Madame Stéphanie Galligani a terminé son discours par dire qu’il s’agissait pour le futur enseignant – à différents niveaux et moments de la formation – d’une mise en mots (écrite ou orale) de sa propre expérience de formation, de son rapport personnel et professionnels aux savoirs disciplinaires et professionnels.


Une réflexion sur « Biographie langagière »

  1. Le terme de « mise en mots » me semble insuffisant : mise en discours serait plus juste ! c’est-à-dire écriture d’une forme de vie (de formation) dans et par une forme de langage (de biographie)…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.