La question de la communauté et des appartenances.

Séminaire du 16 avril 2015 avec madame Spaeth.

Une approche politique, langagière, et discursive de la communauté

La progression et le changement dans la langue est en étroite relation avec la vie sociale de la communauté où ce changement se produit, c’est une sorte de pression sociale active qui s’exerce constamment sur la langue. Ce processus est lié à la construction identitaire d’où les notions de territorialité, communauté et citoyenneté. Prenons l’exemple du Maghreb qui est une terre d’accueil de plusieurs civilisations (phéniciens, romains, arabes, espagnols, ottomans, français) un métissage et un brassage qui fait que dans un pays comme l’Algérie, on va trouver les traces de toutes ces cultures dans la langue populaire de ce pays. Mais cela soulève la problématique de l’identité face à la citoyenneté, les minorités comme les berbères et leur communauté culturelle et linguistique face aux identités nationales et personnelles.

Communauté langagière imaginée et structures socio-politiques

Ce concept est défini par ANDERSON comme « la faculté imaginante au cœur des nations, une faculté qui consiste à créer une communauté imaginaire là où elle n’existe pas puisque les membres qui la composent ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens »
La communauté imaginée a trois caractéristiques :
– la nation est imaginée comme limitée donc contenue dans des frontières finies et ne se figure jamais (coextensive à l’humanité).
– elle est imaginée comme souveraine, cette notion formée à l’époque des Lumières, rompt avec les ordonnancements divins et dépasse, par l’idéal de liberté, la pluralité des confessions religieuses.
– elle est imaginée comme une communauté en dépit des inégalités, elle est toujours conçue comme une camaraderie profonde et horizontale.

Genèse du processus

La notion de la communauté s’est développée avec le développement de l’imprimé, la diffusion de la presse et du roman a contribué à une révolution des langues vernaculaires qu’on appelle « langues d’imprimerie » à l’origine d’une conscience nationale au 19ème siècle. Et comme la nation a été conçue dans le langage, alors il a fallu créer un mythe avec une accumulation de toute sorte de documents, musée, histoire et racine pourtant pas toujours évidente.
L’histoire de la colonisation et de l’expansion européenne a contribué à l’élargissement du sentiment national. Le Créole ne pouvait plus être un authentique espagnol, ce qui conforte la certitude d’une appartenance malgré l’absence qui conduit à la rupture et à indépendance.

Bibliographie:
Anderson B (2002 trad fr), l’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, la découverte,19.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
KHOURTA Tarek (31 mai 2015). La question de la communauté et des appartenances. art, langage, apprentissage. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy2i


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.