Politiques éducatives et TIC dans l’enseignement supérieur en Algérie

Notre travail se focalise sur le cas de l’Université Algérienne. Nous essayons de saisir l’apport potentiel des TIC à l’enseignement et l’apprentissage du FLE. Et cet apport ne pourrait être efficient que s’il se situe sur le plan de la motivation, des besoins, et de l’acquisition. Sauf que notre réflexion nous oblige d’abord à observer concrètement la place des Nouvelles Technologies dans la politique éducative algérienne. Cela nous permettra à la fois de mieux comprendre le rôle que peuvent jouer les TIC dans l’enseignement, comme cela nous permettra aussi de faire la distinction entre l’utilisation officieuse et officielle des TIC dans l’apprentissage (rappelons que nous utilisons le terme TIC parce que le caractère officieux l’emporte sur le caractère officiel d’une intégration dans le domaine éducatif).

En Algérie, les nouveaux programmes n’omettent pas d’intégrer les nouvelles technologies dans le domaine de l’enseignement et les responsables politiques renouvellent à chaque fois leur volonté de révolutionner l’enseignement/apprentissage avec les TIC.[1] Après la volonté de « démocratiser » l’outil informatique avec le projet « un ordinateur pour tous » dans le début des années deux-mille, c’est donc le désir d’intégrer les TICE dans l’enseignement avec pour objectif « d’augmenter le nombre d’ordinateurs dans les écoles, mais que ces ordinateurs deviennent de vrais outils de travail accessibles au personnel enseignant qui est amené à changer de rôle, plus exigeant que le rôle traditionnel, et surtout, aux élèves puisque toute formation et nouvelle acquisition vise l’apprenant.[2] ».

A cet effet, des projets politiques bien définis ont été mis en place depuis 2002. Parmi ces projets on peut citer le projet de la mise en place d’une infrastructure technologique qui réponde aux besoins de la communication et de l’information scientifique et de recherche[3]. Le deuxième projet consiste à doter les universités des outils technologiques nécessaires pour le télé-enseignement (visioconférence, data-show etc.)[4]. Enfin, ajoutons le projet de la bibliothèque virtuelle de sciences humaines et sociales[5]. Il reste qu’avec une observation concrète nous constatons que très peu de résultats  sont ressortis de ces réformes politiques. Khalfaoui Hocine nous signale ceci après son enquête :

« Dans les faits, l’impact de ces mesures reste assez limité, en raison des nombreuses lacunes, souvent signalées par les opérateurs et les responsables chargés de leur application. Ces lacunes, de nature très diverse, relèvent tantôt des conditions d’exercice de la recherche, tantôt des institutions qui encadrent la recherche, tantôt encore de l’État. […]Face à des faits, qui mettent en évidence avec entêtement, l’écart entre, d’un côté, les statistiques, les textes de lois et les discours, et de l’autre, la réalité observable, les responsables de la recherche ne peuvent que constater et reconnaître l’échec des projets de recherche liés aux TIC. « Le non-respect des dispositions de la loi de 1998 », « l’absence d’un organe national directeur », l’insuffisance du « taux de financement par rapport au produit intérieur brut », l’absence « d’évaluation des résultats de cette activité »… sont quelques-unes des causes avancées pour expliquer cet échec. »[6]

Quand bien même ces difficultés freinent l’élan d’une intégration officielle des TIC dans l’éducation et l’enseignement supérieur comme outil pédagogique, les enseignants et étudiants n’ont de cesse de recourir de manière  constante à ces technologies, certes de manière libre, mais dans le cadre précis de l’élaboration de cours ou pour la recherche d’information et l’acquisition. L’enquête de Khalfaoui montre très bien que les universitaires en général (enseignants, étudiants et chercheurs), « sont étonnamment bien équipés en matériel informatique ». Tous « disposent presque d’ordinateurs dotés des derniers logiciels, sur le lieu du travail et à domicile, et ont désormais accès à Internet même si c’est dans la plupart des cas dans des conditions difficiles d’utilisation.». Il ressort de son enquête que sur 76 universitaires algériens interrogés sur l’accès à un ordinateur, 94,6% y ont accès et l’utilisent pour leurs travaux[7].

Ce qui  ressort de ces observations est que les TIC sont un phénomène technologique qui a un impact certain sur la pratique éducative d’une part, et que d’autre part certains enseignants et étudiants, à défaut d’intégration institutionnelle totale des TIC dans la démarche pédagogique, réussissent à intégrer celles-ci dans leurs classes (préparation des cours, utilisation de logiciels d’apprentissage, visioconférences, consultation web d’informations, utilisation de livres audio, etc.)[8].

[1] FARRADJI.L et HOCINE .N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 2.

[2] FARRADJI.L et HOCINE.N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 3.

[3] D’après la Direction Réseaux et Systèmes d’Information et de Communication, MESRS

[4] Ibid.

[5] KHALFAOUI.H, « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[6] KHALFAOUI.H, « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[7]  KHALFAOUI.H. « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[8] FARRADJI.L et HOCINE.N. « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 4.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.