Etudes universitaires et nouvelles technologies

En Afrique du Nord, les dernières années ont connu une forte incursion des technologies de l’information et de la communication (TIC) en pédagogie universitaire[1]. Les TIC, c’est le recours au net, aux logiciels de présentation, aux courriels, mais aussi toute situation qui donne accès à des environnements d’apprentissage en ligne, dont un certain nombre font désormais partie intégrante du processus d’enseignement et d’apprentissage (Karsenti, 2008). En effet, il est facile d’observer que les nouvelles technologies sont de plus en plus utilisées à l’université. Mais, dans la plupart des cas elles sont surtout utilisées pour communiquer et par conséquent favoriser la réception entre les étudiants et les enseignants, nous rappelle l’article de la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire,  «Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants »[2]. Nous retrouvons également dans cet article l’idée que les TIC n’ont pas produit à travers le monde les changements radicaux attendus dans la pratique éducative. Ainsi les TIC restent en somme utilisées dans la majorité des cas pour un enseignement traditionnel, autrement dit dans la transmission de cours magistraux par le biais d’exposés. Dès lors, continuent les auteurs, il convient de s’interroger sur la place des TIC dans l’université et leur rôle dans le rehaussement et l’approfondissement des apprentissages qui se réalisent en son sein.

Evidemment, une telle interrogation demande une enquête exhaustive dans les milieux universitaires de chaque pays où les TIC apparaissent déjà comme un épiphénomène en phase d’influer et d’attirer l’attention. C’est le cas en Afrique du nord où l’engouement des universitaires envers les nouvelles technologies ne pourrait être démenti (M. Ben Henda, 2011 : 15). Nous reviendrons sur le cas de l’Algérie plus exhaustivement dans le premier volet de ce chapitre et durant tout le mémoire avec notre modeste enquête. Pour le moment, ce que nous voulons aborder, ce sont les avantages potentiels des TIC dans les milieux universitaires en général en nous basant sur un certain nombre d’articles et d’ouvrages.

Ce qui ressort de positif avant tout, c’est l’aspect informationnel et communicationnel spontané. Les TIC  c’est d’abord l’accès à l’information pour l’étudiant universitaire. Une information facile à trouver, variée, spontanée et surtout gratuite (Raby, Karsenti,  Meunier et Villeneuve, 2011), ce qui, selon les chercheurs, responsabilise  l’étudiant devant son apprentissage et le rend plus autonome : « Les activités en ligne et les outils technologiques favoriseraient également l’autorégulation et l’autonomie des étudiants[3] ». Par ailleurs, l’intégration des TIC pourrait avoir un impact favorable et positif sur l’apprentissage et sur la métacognition (Rogers, 2004). Dans une conférence de Monsakul J. parue en anglais dans l’ouvrage collectif Proceedings of Society for Information Technology & Teacher Education, il est affirmé dans le même sillage que Rogers que les TIC, favorisant les échanges, induisent automatiquement  des apprentissages de niveau élevé[4].

D’autre part et plus particulièrement, le recours aux courriels augmente les interactions entre les étudiants d’abord, et entre les enseignants et les étudiants ensuite (Karsenti et al, 2011 ; 7). Cet échange est positif à bien des égards. Il encourage les étudiants plus introvertis à discuter les savoirs qu’ils n’auraient certainement pas discutés en cours, et induit une participation plus étendue des étudiants en général. Quant aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), ils sont pour leur part à l’origine, selon Karsenti, de discussions de qualité parfois entre étudiants[5].

En somme, maints auteurs soutiennent que les outils technologiques de communication asynchrones et synchrones favorisent la participation équitable et enrichissante de tous les étudiants sur des sujets divers, comme ils peuvent inciter à la recherche, la réflexion et la pensée critique.

Cependant, pour avancer tout cela ces auteurs ont mené des enquêtes parfois très spécifiques à leur pays, et la généralisation de leurs résultats ne peut être systématique. Car pour saisir l’impact réel des TIC dans une université quelconque, il faut avoir toutes les données possibles concernant la place des technologies au niveau national, le potentiel technique, le degré de développement, et surtout la politique éducative de chaque pays quant à l’intégration de ces nouvelles technologies. Et là la distinction entre TIC et TICE devient primordiale. Avant de nous attarder spécifiquement sur le cas de l’Université Algérienne et sa politique éducative par rapport aux TICE, nous allons tenter de faire la distinction terminologique et pratique entre TIC et TICE.

[1] FARRADJI .L et HOCINE.N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009.

[2] RABY.C, KARSENTI.T, MEUNIER.H et VILLENEUVE.S, Revue internationale des « technologies en pédagogie universitaire », vol. 8, n° 3, 2011, p. 6-19.

[3] KARSENTI.T, MEUNIER.S et VILLENEUVE.S, « Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants », RABY.C, Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, vol. 8, n° 3, 2011, p. 7. Dans  http://id.erudit.org/iderudit/1006396ar

[4] MONSAKUL, J, «La recherche synthétique des TICE dans l’enseignement supérieur » Dans K. McFerrin et al. (dir.), Proceedings of Society for Information Technology & Teacher Education (SITE) International Conference 2008 (p. 2134-2139).

[5] KARSNTI.T, MEUNIER.S et VILLENEUVE.S « Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants », RABY.C, Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, vol. 8, n° 3, 2011, p. 7.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.