Articuler les échelles et la question du sens individus/ personnes/ institutions

Séminaire doctoral du 19 mars 2015 :

Le 19 mars 2015, j’ai assisté à un séminaire doctoral animé par madame Valérie Spaëth. Il était consacré à la question de l’articulation des échelles micro et macro en recherche ainsi que le sens dans les relations unissant les individus, les personnes et les institutions. Il s’agissait donc de réfléchir sur plusieurs notions dont le sens, la relation individu/société ? Latitude qu’ont les individus ? La question linguistique dans l’articulation et la question des interactions du discours et de la donation du sens ?.

D’après madame Spaëth, le sens est déjà donné dans une culture, c’est du collectif mais ce n’est pas suffisant. Ya aussi latitude déterminée et historicisée dans un univers de croyances plus un état de savoir (paradigme/épistémè). Elle ajoute que les sujets sélectionnent dans le donné collectif le pluriculturalisme qui est source de richesse et de crise identitaire au même temps.

La mobilité des gens introduit plusieurs facteurs, d’après LEGENDRE « la diversité des langues traduit l’intériorité des sociétés comme elle témoigne des modes de construction du sujet, du sujet immigré dans l’inconscient », il ajoute « la langue est la première des institutions ». Il rejoint là-dessus BENVENISTE qui parle de la langue comme système d’expression qui est l’interprétant de toutes les institutions et de toute la culture. La langue est aussi articulée et informée par la signification, BENVENISTE rajoute même qu’elle « ne pourrait fonctionner autrement et c’est d’ailleurs sa raison d’être ; sans quoi il n’y aurait, à un bout, pas de pensée, à l’autre bout, pas de société, donc pas d’être. »

A la fin on s’est interrogé sur la question des interactions, du discours et de la donation du sens, qui est largement prédéterminée par la doxa. Celle-ci est l’ensemble – plus ou moins homogène – d’opinions (confuses ou pertinentes), de préjugés populaires ou singuliers, de présuppositions généralement admises et évaluées positivement ou négativement, sur lesquelles se fonde toute forme de communication.

Pour conclure madame Spaëth s’est interrogée sur la notion d’habitus dans la médiation entre structure et pratique. un système de dispositions qui, dans la vie quotidienne, tiennent lieu de schémas de pensée, de perception et de jugement inhérents à ces positions générant à leur tour des formes de pratiques structurellement adaptées qui participent à la reproduction des structures objectives. MULLER dit « L’habitus est indubitablement l’articulation entre la structure et l’action qui relie le vécu collectif et l’histoire individuelle »

Bibliographie:
-Legendre P (2014) « l’illusion occidentale du clonage des concepts. Un voyage dans les profondeurs linguistiques. Note marginale », in P.Legendre dir. Tour du monde des concepts, paris, fayard,7-20.
-Benveniste E (2012), Dernières leçons, collègue de France, 1968 et 1969, paris : Gallimard/seuil, 83-141.
-Muller H-P. et Sintomer Y. dir (2006), Pierre Bourdieu, théorie et pratique, Paris, la découverte, 55.


Une réflexion sur « Articuler les échelles et la question du sens individus/ personnes/ institutions »

  1. Je trouve que le séminaire est intéressant, et l’angle de vue avec lequel tu as traité le sujet est pertinent sans oublier que les notions d’habitus et de doxa sont en rapport étroit avec ton sujet de ton mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.