Les représentations associées au discours sur la langue et à la variation linguistique en France et au Québec : Étude comparée à partir de manuels de FLE/FLS

Marie Duchemin

Université Paris III

Cette communication vise à s’interroger sur les différents discours et représentations portant sur la langue et sur la variation linguistique du français, ou plutôt des français, en cette ère d’ouverture à la diversité francophone. Le style d’écriture, le choix des mots, les sujets abordés, ou encore non abordés, la façon de parler qui englobe davantage que la notion « d’accent » reproduisent à eux seuls un portrait sensiblement éloquent de la langue dans laquelle l’individu s’exprime. Est-il possible qu’une même langue soit si différente en elle-même pour brouiller l’intercompréhension? Si cette même langue est contextualisée différemment selon des critères variés : historiques, linguistiques, sociaux, géographiques, politiques, assurément que oui. Pourtant les différences ne seraient-elles pas uniquement audibles, donc phonétiques et rythmiques? Existe-t-il des différences à l’écrit aussi? Assurément, il vous est d’ailleurs facile de repérer, à l’oral comme à l’écrit, ce qui n’appartient pas au français dans lequel vous évoluez. Cette variation se représente aussi dans le choix des mots, mais non pas dans la syntaxe qui est le seul élément majoritairement respecté au sein des français ou des anglais ou des espagnols.

« Il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore pour le dire autrement, que les pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point lointain du passé, mais sous la force sociale immanente et présentement active. » (Labov 1976 : 47)

Les changements qui s’effectuent au sein d’une langue ne sont pas partout les mêmes, ce qui accentue la différenciation entre les français nationaux aussi bien que régionaux. Chaque endroit ayant ses propres « français standard », ses jeux de langue comme le verlan ou le joual et ses normes, les locuteurs se trouvent à être porteurs de représentations à l’égard de leur langue et des variétés qui y sont associées. Il est donc possible d’en observer des traces, à partir de la linguistique de discours comparative, dans les manuels scolaires, c’est pourquoi il sera question de l’analyse d’un corpus de cinq manuels français de FLE et de cinq manuels québécois de FLS. Il s’agit d’interroger et de comparer les discours sur la langue et sur la variation linguistique par des activités proposées par des manuels en fonction de leur région d’origine afin d’en retirer les différentes représentations qui ont certainement un impact sur les apprenants.

 

Bibliographie

Labov, W. (1976) Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Marquilló Larruy, M. (2001) « Le français “d’ailleurs” : d’une variation à l’autre », in Le français aujourd’hui, vol. 1, no 132, p. 8-16.

Moirand, S. (1992) « Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative », in Langages, 26e années, no 105, p. 28-41.

Münchow, P. von (2004) « Comparaison de manuels de français et d’allemand langue maternelle : représentations de l’enfant, de l’adulte, de l’apprentissage et de la langue », in Marges linguistiques, Saint-Chamas, M.L.M.S. Editeur, 17 p.

Pöll, B. (2001) Francophonies périphériques — Histoire, statut et profil des principales variétés du français hors de France, Paris, Éditions l’Harmattan.

Robillard, D. de & Beniamino, M. (2010) Le français dans l’espace francophone : Tome 1, Paris, Édition Champion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.