Le cinéma en classe de langue

Depuis les années 80 et à la suite du développement de la méthodologie SGAV (Structuro-globale audio-visuelle) et de la méthode « Voix et images de France » (1962), les supports dits multimédia (audio-visuel) ont trouvé leur place dans les cours de langue. L’image est devenue un support visuel et les enregistrements magnétiques sont devenus un support sonore en cohérence avec le texte et le contenu pédagogique.
La méthodologie SGAV est fondée sur 3 éléments : situation de communication, dialogue et image. Le but principal de l’utilisation des images est dit « de transcodage » : « [les images] traduisaient l’énoncé en rendant visible le contenu sémantique des messages ou bien des images situationnelles qui privilégiaient la situation d’énonciation et les composantes non linguistiques comme les gestes, les attitudes, les rapports affectifs, etc. »[1].
Actuellement, les supports multimédias sont beaucoup plus nombreux et aussi divers en forme : smartphones, tablettes, etc. De facto, les documents visuels et sonores sont facilement accessibles et utilisables en classe de langue.
Le cinéma dans le cadre de l’enseignement des langues rencontre un fort succès auprès des apprenants. Un film est à la fois un document porteur des notions culturelles, une source pour l’amélioration de la compréhension orale et un document semi-authentique. Selon Porcher et Margerie, le cinéma est une source de « l’approfondissement de la compétence culturelle des apprenants » (Margerie & Porcher, 1981, p.92) et un support déclencheur de la motivation des apprenants. Le cinéma est une ouverture sur la diversité linguistique et culturelle, un coup de projecteur sur la vie sociale et l’histoire d’un pays.
De plus, le cinéma donne cette opportunité de faire découvrir aux apprenants la littérature de la langue cible notamment quand il s’agit d’une adaptation « le cinéma en cours de langue, est le travail sur l’adaptation de romans qui permet de faciliter l’accès à la littérature » (ibid).
Enfin, n’oublions pas de mentionner que tous ces supports pédagogiques sont des outils. Il est nécessaire d’avoir de bonnes méthodes pour les exploiter et les enseigner, des activités pédagogiques qui correspondent à l’objectif pédagogique et une évaluation pertinente.
Bibliographie:
Margerie, C. de, & Porcher, L. (1981). Des media dans les cours de langues. Paris: CLE International.
[1] http://www.lb.refer.org

Une réflexion sur « Le cinéma en classe de langue »

  1. Le cinéma, comme tout support artistique, invite effectivement à participer la créativité et l’intellect des élèves. Je me souviens d’un séminaire d’anglais que j’ai eu en master de lettres: l’enseignante était une spécialiste britannique du cinéma anglosaxon des années soixante, et pour suivre un peu l’esprit de la formation littéraire, elle avait choisi des films issus d’oeuvres écrites. Nous avons travaillé The Loneliness of the long distance runner et Look Back in Anger, le premier tiré de la nouvelle d’Allan Sillitoe et le deuxième issue de la pièce écrite par John Osborne. Cela avait été l’occasion d’entrer dans une époque du pays duquel on apprenait la langue, et donc d’avoir une approche patrimoniale intéressante, mais encore, de réfléchir à la culture d’un pays, et aux influences entre les différents arts en faisant des liens avec la culture des apprenants et donc la Nouvelle Vague du cinéma français. Un excellent moyen, je le pense, pour ouvrir des portes à l’interculturalité et à la pluralité tout en pratiquant une langue.
    De plus, nous avions été invités à devenir critiques de cinéma, en apprenant tout un vocabulaire technique assez précis en anglais, qui nous permettait désormais d’avoir des conversations cinématographique poussées avec des natifs (le fait de nous entraîner en classe avec les films vus nous faisait retenir ce vocabulaire malgré nous). Ça a été un des cours de langues dont je me souviens le plus, à croire que travailler avec des supports pareils marque davantage!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.