Langue maternelle et l’approche contrastive dans l’enseignement

Langue maternelle et l’approche contrastive dans l’enseignement

Suite aux travaux des psycholinguistes, qui encouragent l’utilisation de la langue cible en classe de langue étrangère, la langue maternelle est quasiment supprimée dans les cours de langue. Les spécialistes invoquent le prétexte de simuler la situation d’immersion. Explicite ou implicite la langue maternelle est toujours présente lors de l’apprentissage de la deuxième/ la troisième/… langue.

Cependant, l’utilisation de la langue cible aide beaucoup l’apprentissage de celle-ci comme confirme Jean Claude Beacco : « ce qui facilite l’acquisition est l’intériorisation par l’emploi » (2015,p.50). Mais comment la langue maternelle ou les langues préalablement acquises peuvent faciliter les processus de l’apprentissage d’une langue ?

 

Des activités, des exemples et des explications spontanées comme des petites comparaisons avec la langue maternelle ou les langues acquises dans l’enseignement d’une langue sont autant d’exemples concrets de la présence en cours d’autres langues que la langue cible.

La présence de ces langues non seulement facilite l’apprentissage de la langue cible, mais aussi aide les apprenants à se sentir dans une situation de sécurité linguistique, culturelle, identitaire et psychologique, selon la délégation générale à la langue française et aux langues de France (désormais DGLFLF) :

 

« Tout contact antérieur avec d’autres langues est un atout à réinvestir dans l’apprentissage d’une langue nouvelle. Aider l’enfant à faire le lien entre la langue ou les langues qu’il parle à la maison et celles qu’il apprend à l’école lui permet de développer son aptitude à faire des connexions entre ses différents savoirs, aptitude utile aussi bien dans l’acquisition des langues étrangères que pour ses progrès dans la langue de scolarisation. Cela favorise par ailleurs une attitude positive de l’élève vis-à-vis de son apprentissage, car il se sent légitimé dans l’expression de sa culture et ainsi mis en confiance. Longtemps, les langues de la famille n’ont pas eu droit de cité dans l’école de la République et ce déni de la culture familiale est source d’insécurité dans le cadre de l’apprentissage : aujourd’hui, la loi de refondation de l’école de la République reconnaît qu’il peut être utile de recourir aux langues et cultures de la famille, qu’elles soient issues de l’immigration ou régionales ». (2014,p.4-6).

 

Cet apprentissage plurilingue peut se faire de manières diverses et variées. Lorsqu’on parle des différences ou de ressemblances des langues, on utilise une approche contrastive qui mène à une réflexion métalinguistique. Pour les langues de la même famille notamment les langues romaines, cette réflexion donne la possibilité de dégager les règles qui s’appliquent de manière plus ou moins systématique dans les deux langues, comme les règles morphologiques. (Fédération internationale des professeurs de français, 1961)

Fédération internationale des professeurs de français. (2015). Le Français dans le monde janvier-février 2015( 397), Paris.

l’apprentissage des langues, les approches plurielles des langues et des cultures par DGLFLF : http://culturecommunication.gouv.fr/content/download/93685/841761/version/5/file/regards_2014_approches_plurielles_en_ligne.pdf

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.