Corpus dans l’enseignement des langues

url

Le corpus utilisé dans la didactique des langues n’est pas nouveau dans les pays anglo-saxons et cette exploitation apparaît déjà dans les années 80 essentiellement en linguistique, il est vrai que moins pour l’enseignement. Par contre, en France, l’élaboration de grands corpus s’est effectué plus tard et n’est pas encore très exploité dans l’enseignement des langues, notamment en FLE. Chambers (2007) constate que les enseignants n’ont pas de temps d’intégrer les corpus en classe. Boulton (2008) remarque également le fait que les enseignants boudent l’exploitation didactique des corpus, comme le dit-t-il, « l’exploitation directe des corpus par les enseignants et surtout par les apprenants n’est pas aussi avancée que l’auraient laissé supposer les nombreux articles parus dans les années 90. » (Boulton A., 2008 : 37). Récemment, il y a des linguistes qui préconisent d’utiliser le corpus dans la classe de langue, par exemple, (Cavalla and Loiseau 2013) propose d’utiliser « scientext » comme corpus pour l’enseignement et l’apprentissage, BOULTON (2008) promeut l’exploitation de corpus en apprentissage des langues. Binon et Verlind affirment qu’il est nécessaire d’ingérer un corpus dans l’analyse : « L’analyse d’un corpus suffisamment vaste et représentatif s’avère donc absolument nécessaire. » (2004 : 274).

Deux types de consultations des corpus sont proposés dans l’enseignement des langues. La consultation directe permet aux apprenant de faire des requêtes dans le corpus. Dans la consultation indirecte, les apprenants consultent les concordances crées par les enseignants (Chambers, 2010 : 15). Pour l’approche directe, nous citons deux exemples. Chambers et Boulton préconisent de placer les apprenants devant le petit corpus dans un premier temps. Cavalla et Oiseau (Cavalla and Loiseau 2013) proposent également aux apprenants de manipuler les corpus, mais ils conseillent plutôt aux apprenant de s’entrainer avec des exercices construits à l’aide des phrases ou des concordances du corpus avant que les apprenants s’interrogent devant les corpus, car les apprenants ont besoin d’une intervention des enseignants pour reconnaître les spécificités des mots de la langue française : Une aide pour la découverte tant du lexique que des extraits proposés serait une étape non négligeable pour ensuite conduire l’apprenant et l’enseignant vers l’utilisation du corpus en sachant ce qu’il peut y trouver et donc ce qu’il peut chercher (Cavalla et Loiseau 2013). Afin de réaliser cette aide, Cavalla a dirigé le projet FULS (Formes et Usages des Lexiques Spécialisés) de 2007 à 2010 et ce projet crée des exercices en ligne fabriqués à partir du corpus Scientext. L’objectif de ces exercices est de conduire les enseignants et les apprenants à exploiter les corpus.

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Corpus dans l’enseignement des langues »

  1. Merci à vous, Eva Schaeffer-Lacroix, de nous donner un aperçu de ce que vous faites en didactique des langues en utilisant des corpus par des apprenants d’allemand. J’espère que nos jeunes chercheurs et futurs enseignants iront y voir de près…

  2. Bonjour,
    merci pour cet aperçu. Juste pour information : je fais utiliser des corpus par des apprenants d’allemand depuis 2007 (cf. mon blogue de chercheuse : http://didaktik.hautetfort.com/publications/ ).
    J’estime que l’utilisation des corpus pour enseigner-apprendre une langue étrangère n’est pas freinée par le manque de temps, mais par le manque de formation initiale des enseignants. Je contribue à combler cette lacune en formant des futurs enseignants d’allemand à des outils qui ont fait leurs preuves avec des apprenants du secondaire et de l’université, par exemple Sketch Engine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.