Doutes

Ce dialogue présente des étudiants en pleine rédaction de leur mémoire, s’interrogeant sur des points précis qui leur posent problème et qui sont différents d’un étudiant à l’autre. Cela montre que même en pleine rédaction, les étudiants peuvent faire face à des doutes, des hésitations, et des difficultés dont ils n’avaient pas forcément conscience avant le début de la rédaction. Les étudiants semblent ainsi faire face à des doutes durant toute l’élaboration de leur travail, jusqu’à ce que celui-ci se parachève.

Un étudiant demande conseil à un autre étudiant car il se trouve en difficulté pour rédiger son mémoire et s’interroge sur un point en particulier dans l’organisation de son mémoire.

Laurent : « Je ne sais pas comment m’y prendre pour rédiger mon mémoire. J’ai de nombreuses œuvres dans ma bibliographie, mais je ne parviens pas à sélectionner l’essentiel. »
Dimitri : « Soit plus concis, n’essaye pas de reprendre la totalité de tes idées et de celles que tu as pu lire. Tu dois te focaliser sur ce que tu dois dire en faisant bien attention de ne pas t’éloigner de ton sujet en voulant en dire trop. »
Laurent : « Oui, mais dans ce cas comment faire pour avoir suffisamment d’éléments à discuter et d’idées à démontrer si je dois être concis ? Comment puis-je être bref et clair et parvenir à dire tout ce que j’ai à dire et à rédiger un mémoire de cent pages ? »
Dimitri : « Ce qu’il faut faire c’est avoir une idée précise de ce que tu veux dire, des idées que tu veux évoquer, et de bien suivre ce chemin tout au long de ta rédaction. Il n’est pas question d’être bref, mais seulement de ne pas se retrouver noyé sous des idées qui fusent dans tous les sens, et se retrouver au final hors sujet ».

Une étudiante approche et interrompt les deux étudiants :

Miréla : « Vous parliez du mémoire ? Tu as des problèmes avec ta rédaction, Laurent ? »
Laurent : « Oui, j’ai quelques difficultés concernant la sélection des idées… »
Miréla : « Dans la partie théorique tu veux dire ? »
Laurent : « Oui, je n’ai pas encore commencé la partie pratique. »
Dimitri : « La partie pratique ? Je ne l’ai pas commencé non plus, je ne sais pas comment m’y prendre. Je trouve que mon sujet se prête peu à une partie pratique et ça me paraît impossible de diviser en deux parties mon mémoire tellement la partie théorique me semble bien plus conséquente que la partie pratique ! »
Miréla : « Ne m’en parle pas, j’ai le même problème moi aussi. Je trouve que j’ai très peu à dire dans la partie pratique, je ne suis pas sûre d’avoir clairement compris en quoi consiste cette partie… »
Sonia : « Coucou ! Vous parlez de vos difficultés pour écrire votre mémoire ? J’ai moi aussi quelques questions…»

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts


2 réflexions sur « Doutes »

  1. Bravo pour ce court dialogue mais, comme Maude, je crois qu’il faut éviter cette distinction théorie-pratique alors que le mémoire devrait être l’exercice d’un va-et-vient entre ces deux « terrains » (celui des lectures et celui des rencontres-essais pédagogiques…) pour trouver des associations discursives où les lectures se prennent à éclairer les expériences d’enseignement ou autres et les expériences à interroger les lectures, à les concrétiser même d’un point de vue critique. Alors, le mémoire s’organiserait plus en points critiques progressifs…

  2. Je lis dans ton dialogue la distinction entre la partie pratique et la partie théorique. Tu utilises d’ailleurs des déterminants définis. « LA fameuse partie théorique » pourrait-on presque dire. Pour ma part, j’ai voulu fuir à tout prix cette division lors de la rédaction de mon mémoire, je me disais qu’il était dommage que tous les travaux, qui sont pourtant supposés être très différents, puissent avoir le même plan : partie théorique, partie pratique. Je caricature bien sûr mais ça m’amuse toujours d’entendre tout le monde parler de  » LA partie … ». Au final je constate que je me suis moi aussi mise à dire qu’il me restait à rédiger « ma troisième partie, une partie plus pratique ». J’imagine qu’on n’y échappe pas, j’ai voulu l’éviter et j’ai tout de même en quelques sortes au sein de mon mémoire cette distinction théorie / pratique.

    J’ai bien aimé la multiplication des personnages qui apparaissent en disant  » oh vous parlez du mémoire ?! pour moi aussi c’est dur « . Une situation qu’on vit en ce moment c’est évident. Je pense que parler de nos difficultés est nécessaire, ça nous permet de nous rassurer, de décompresser, et d’avancer.

    En définitive j’ai bien aimé ton petit dialogue.

    Courage et bonne chance pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.