L’hétérogénéité entre théorie et pratique

Les problèmes d’hétérogénéité sont considérables en classe de Français Langue Étrangère. Les apprenants n’ont pas tous le même niveau préalable d’acquis ni la même conduite d’apprentissage sans oublier leur centre d’intérêt et leur motivation. Les chercheurs , dans ce domaine, ont longtemps parcouru les livres, les sites et les documents divers pour trouver une solution à ce problème. Les livres nous offrent une solution magique en favorisant le travail en groupes de besoins, de projet etc.. ou en diversifiant les activités en classe et en utilisant différents outils. Mais si on regarde la pratique de près, elle est loin de tout ça.
Les différents didacticiens avouent que la démarche qui résout le problème de l’hétérogénéité est la pédagogie différenciée. Cette démarche reste très difficile à mettre en place et surtout à pratiquer car elle demande beaucoup de travail de la part de l’enseignant et surtout beaucoup de temps. Les livres nous disent que cette démarche était appliquée depuis très longtemps mais c’est à partir les années 70 qu’elle est devenue une notion ordinaire . La personne qui a mis en place cette démarche est Freinet avec l’école nouvelle. L’école nouvelle met l’apprenant au centre et le professeur est un conseiller pour lui , un guide et un animateur. Adieu à l’école des élites ! Mais en réalité la différence reste dans les systèmes et dans la façon d’utiliser cette démarche. Maintenant encore, les enseignants utilisent le manuel d’une manière uniforme sans prendre en compte la différence qui existe entre les apprenants alors que les activités variées et les documents authentiques peuvent remédier au problème de l’hétérogénéité et répondre au besoin de chaque apprenant. De même, le travail en groupe et sous-groupe à l’intérieur du groupe classe peut aider en créant des groupes de besoins de nature, de nombre et de niveau variés ou des groupes de projet avec des tâches différentes pour chacun.


Une réflexion sur « L’hétérogénéité entre théorie et pratique »

  1. Il m’est arrivé de donner des cours à des étudiants en français de 4ème année à l’université. Tous avaient un niveau B2 au minimum. Tous sauf deux, Deux étudiantes chinoises qui, je le pense sincèrement, n’avaient même pas le niveau A1. Je me suis vite rendu compte de la situation et on m’a expliqué que « c’était comme ça », qu’en général les profs faisaient leur cours pour les autres, qu’elles venaient mais qu’elles ne participaient jamais.

    J’étais complètement outrée et, pleine de bonne volonté, je me suis dit que j’allais apporter du travail pour elles, à leur niveau. Ce que j’ai fait. Effectivement c’est difficile, cela demande un implication de la part de l’enseignant très importante et j’avais trouvé ça aussi difficile à gérer au sein de la classe. J’essais de profiter des temps de travail en autonomie du reste de la classe pour aller voir ces deux jeunes filles mais très honnêtement le partage était loin d’être égal. J’essayais aussi de les intégrer au groupe en leur posant, quand j’en avais la possibilité, des questions qui me semblaient leur être accessibles mais c’était bien souvent très difficile.

    Je pense que c’est un énorme challenge auquel sont confronté les enseignants en classes UPEAA en France par exemple. J’imagine que ces expériences sont particulièrement formatrice et je serais curieuse de savoir comment les enseignants qui ont l’habitude de faire face à ce genre de situations s’y prennent.

    Un beau sujet en tout cas Néim.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.