La L1 au service de l’apprentissage de la L2?

La table ronde à l’Expolangue  au début février 2015: « Vers une pédagogie du plurilinguisme: les langues maternelles au service de l’apprentissage du français. »

Nous parlons de la notion du plurilinguisme dans la didactique des langues, ainsi que l’attention prêtée à elles, émergent au 21ème siècle, surtout sur la territoire européenne, en raison d’une préoccupation politique d’établir et de renforcer un lien identitaire en vue d’atteindre une communication interculturelle favorisante, tout en sollicitant le recours aux parcours langagiers et culturels des individus.

En dehors de ce contexte, dans ces dernies décennies, les linguistes, notamment les lexicologues, parviennent à prendre consciente de la nature même de la langue s’entrelace avec la culture : les éléments linguistiques sont porteurs d’une vision culturelle propre à chaque communauté linguistique.

Ces deux contextes actuels, le premier historique et politique, mettant en valeur la culture y compris la langue des acteurs (apprenants et enseignants), et le dernier plus théorique relevant le lien interne entre langue et culture, ou plus précisément la dimension culturelle dans la langue, nous envoient à remettre en cause les pédagogies de langues sous une perspective sociolinguistique, psycholinguistique et linguistique.

Cette table ronde auxquels j’ai participé au Expolangue 2015, se situe plutôt à mon avis, dans le premier contexte. Ils ont souligné surtout dans le cas des apprenants immigrés, l’importance du lien entre langue et identité, et une sens de sécurité que la LM peut apporter durant l’apprentissage de LE. Certains projets me semblent intéressants, notamment le projet DULALA (D’une langue à l’autre: http://www.dunelanguealautre.org/ et https://www.facebook.com/dunelanguealautre), un atelier bilingue qui vise à développer une compétence plurilingue chez les enfants à travers des jeux ou des dispositifs plus ludiques afin de créer un pont entre la LM et la langue d’école au niveau de l’émotion et de l’intellectualité. Le projet adopte également l’approche de l’éveil aux langues. Tous cela me semble transposable à l’enseignement de LE aux adultes, ce qui n’est pas encore beaucoup développé. Les didacticiens parlent souvent de l’interférence de la L1, et dévalorise l’utilisation de la L1 en classe. Néanmoins, les études psycholinguistiques montrent que la L1 est omniprésente dans le cerveau des apprenants L2, que nous le voulions ou non. Pour moi, il est évident qu’il faut qu’on mène une recherche approfondie sur le rôle de la L1 dans l’apprentissage de L2: si on ne peut plus la négliger, pourquoi pas tirer profit d’elle ?

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.