L’enseignement du lexique

J’ai participé à la conférence « L’enseignement du vocabulaire en didactique du français (FLM, FLS-FLScol/FLE) » en 11 février 2015, où Cristelle Cavalla, qui est aussi maître de conférence dans notre département, a bien donné un aperçu et l’état de l’art sur  la didactique du lexique en général.

Il importe à dire qu’outres des mots isolés, les unités phrasélogiques telles que les expressions idiomatiques, les proverbes, les collocations, sont enfin prises en compte maintenant par des didacticiens en FLE. C’est grâce au cours de Mme. Cavalla que j’ai suivi durant le premier semestre de M1, que j’ai commencé à m’intéresser à ce phénomène langagier. En tant qu’apprenante de français en continue, je suis témoin du besoin d’apprentissage de ces éléments polylexicaux.

Comme je pensais, la notion du « lexique mental » réside au coeur des stratégies d’apprentissage lexical. L’hypothèse, selon Mme. Cavalla, est le lexique mental constitue l’ensemble de savoir linguistique chez un individu: forme (phonologique, lexical), structure (syntaxique), et sens (sémantique et conceptuel). Le but dans l’enseignement du lexique, est ainsi de développer ce lexique mental (mémoire lexical) au maximum possible.

Nous sommes obligé à mener une approche psycholinguistique quant à cet aspect. Un effort cognitif est exigé lors de la mémorisation de la forme de L2 dépend de la reformulation et la répétition. L’utilisation des dispositifs comme la carte mentale (carte heuristique), est une des manières à faciliter le traitement cognitif des inputs langagiers: on présente des idées, des mots ou d’autres éléments de façon non-linéaire selon des liens sémantiques, morphologiques et syntaxiques. Selon des recherches menées par Mme. Cavalla et ses anciens étudiants à Grenoble, l’enseignement de la phraséologie peut également bénéficier de cet dispositif (voir Lascombe, V. (2013). L’utilisation des cartes heuristiques pour l’enseignement des collocations en FLE. In C. Cavala (Ed.)., Grenoble : Université de Grenoble).

D’après moi, les cartes heuristiques n’ont pas exploité toutes les ressources de la mémoire lexicale. En effet, pour un apprenant de langue étrangère, son lexique mental n’est bien sûr pas monolingue, mais bilingue, voire plurilingue. L’étude montre que au niveau de stockage des informations lexicales, celles de L1 ne sont pas stockées séparément de celles de L2, mais l’un à côté de l’autre ; mais il se peut qu’au niveau fonctionnel, le réseau lexical (L1 ou) L2 peut s’opérer en autonome.  Il me semble qu’on peut tirer profit de la L1 durant l’enseignement du lexique (y compris la phraséologie), dans la mesure où les enseignants sont conscients des interférences possibles.

 

 

 

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.