Pré-soutenance: l’enseignement des collocations

Je souhaite vous présenter mon sujet de mémoire qui concerne l’enseignement des collocations. La collocation est un groupe de mots qui se trouvent souvent ensemble (j’insiste sur le mot ‘souvent’ et pas ‘toujours’) comme rendre visite à qqn., poser une question, célibataire endurci, etc.

Pourquoi j’avais choisi ce sujet au départ, c’était parce que j’avais aperçu l’importance de son apprentissage durant mon stage l’année dernière au DULF et également tout au long de mon parcours langagier personnel.

J’avais aidé mes étudiants à repérer quelques collocations quand je donnais mon cours. Une chinoise m’a avoué que j’avais bien fait, car elle ne savait pas que ces mots allaient ensemble, et si elle pourrait les employer elle se sentirait comme un natif.

Quant à mes propres expériences, c’est souvent le cas quand je fais corriger mes travaux écrits, mon ami français me dit que ce que j’écris n’est pas tout à fait français même s’il n’y pas de fautes de grammaire. Il s’agit alors d’un problème d’expressions pertinentes, qui a certainement un lien avec la manière dont les natifs formulent leurs phrases : que certains mots vont ensemble au lieu que d’autres mots.

Plusieurs linguistes témoignent la même chose. Igor Mel’čuk disait :

« Un natif parle en phrasème. Si ce postulat crucial est accepté, et nous l’acceptons, il apparaît alors clairement que l’apprentissage systématique des phrasèmes est indispensable dans l’enseignement d’une langue, que ce soit la langue maternelle de l’apprenant ou une autre langue étrangère, et indépendamment de l’âge ou du niveau d’éducation de l’apprenant. » (Mel’čuk : 1993)

Le terme ‘phrasème’ proposé par Mel’čuk ici, on peut le comprendre avec un terme plus général comme ‘unité polylexicale’. Le CECR l’a également inclut dans la description des compétences lexicales attendues pour les apprenants en langue étrangère, surtout pour ceux du niveau C2.

Voilà l’intérêt de traiter ce sujet. Malgré l’importance que je viens de souligner, dans le domaine du FLE, peu de travaux de recherches se sont consacrés spécifiquement à la didactique des collocations par rapport à la didactique du lexique en général. Deux raisons s’expliquent : tout d’abord, il existe encore des débats autour la classification des unités polylexicales, donc difficile à traiter les collocations comme un objet d’enseignement précis, autre que les expressions idiomatiques souvent imagées (avaler son extrait de naissance) ou les proverbes (Après la pluie, le beau temps) ; deuxièmement, c’est grâce à l’approche contexualiste, ainsi que la linguistique du corpus, que préconisent les linguistes-didacticien britanniques dans la seconde moitié du 20ème siècle, qu’en FLE on a commencé à prendre en sérieux la collocation ces dernières années, et la traite comme objectif linguistique précis à introduire dans un cours de langue.

L’enjeu de notre sujet de recherche, réside principalement dans les outils et méthodes que nous pourrons mettre en œuvre dans l’enseignement des collocations. Nous posons des questions comme quoi (quelles collocations), avec quoi (quels outils), à qui (quel public), et comment (quelles méthodes).

Les collocations apparaissent beaucoup plus que les expressions idiomatiques et les proverbes dans nos discours. Elle se distingue à ces derniers par le trait que les mots regroupés perdent moins leurs sens littéraux, et qu’ils sont moins figés. Dans ce cas, l’insertion et la substitution sont possibles : « poser une question » peut également se formuler en « poser une petite question » ou « soulever une question ». Cette nature du semi-figement, fait que les collocations conservent plus ou moins le sens littéral de chaque mot composant, ainsi les rend difficile à être repérée comme un ensemble, et sont source des fautes majeures des apprenants allophones lors de la production, orale ou écrite.

On en déduit qu’une reconnaissance passive de ces éléments n’est pas suffisante, et qu’il faut plutôt faire développer une compétence active chez les apprenants. C’est-à-dire, il faut que les apprenants arrivent non seulement à les employer, mais encore, à les employer à bon escient, dans leur discours. Dans ce cas là, l’utilisation du corpus, qui fournit un contexte authentique dans lequel s’inscrit la collocation, est indispensable pour atteindre l’objectif.

Comme on s’intéresse sur l’acquisition d’une compétence active dans l’emploi de collocations, notre projet se situe principalement dans une préoccupation psycholinguistique. Nous sommes consciente que la manière dont le corpus et le concondancier sont introduits en classe, prend trop de temps, et la complicité des outils crée des surcharges cognitives qui pourraient être évités. Le plus grand problème, selon moi, réside dans le fait que la plupart de corpus proposé, est monolingue, ce qui empêche les apprenants à vraiment saisir le sens de la collocation cible. Voici l’exemple de « mettre en exergue »: la compréhension pose de problème si les apprenants allophones ont seulement accès aux textes français (à gauche), et non pas aux d’autres langues acquises premièrement.

 

 

Bibliographie:

CAVALLA Cristelle, (2009a), « La phraséologie en classe de FLE », Les Langues Modernes, 1-2009: Enseigner et apprendre le lexique. p.171-200

GONZALEZ-REY Isabel, (2002), La phraséologie du français, Toulouse : Presse Universitaire du Mirail.

WILLIAMS Geoffrey, (2003), « Les collocations et l’école contextualiste », dans Grossmann Francis & Tutin Agnès (éds.), Collocations : analyse et traitement, Travaux et recherches en linguistique appliquée, série E, N°1, Amsterdam : De Werelt, p.33-44.

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.