Des paroles et des gestes-voix…séminaire doctoral…compte-rendu et co-racontage

Voix d Ayuna : – des voyages de voix, des voyages de gestes… Des paroles visibles donnant à voir, à entendre ce qui est de l’ordre de l’indicible, de l’invisible, en gestes et voix de passages pour d’autres racontages…

Dans le cadre du séminaire doctoral codirigé par Monsieur Serge Martin et Madame Cécile Leguy, rendre compte des contes Touaregs grâce aux travaux de Madame Geneviève Calame-Griaule et sur les Dogons sont un voyage à part entière pour toucher par et avec la voix des contrées, us et coutumes qui invitent à l’écoute de leurs paroles, de leurs gestes. Puis le voyage continue, des paroles aux voix et gestes en voix.

Je tiens à remercier Assia qui dans un esprit collaboratif, a su partager ses notes afin de compléter ce travail de compte-rendu qui fut riche de rencontres et de voix partagées…Et qui continuent ici à se partager…au-delà de ce qui est dit…ce sont de petits gestes et de petites voix qui se racontent…

Voix d’Assia qui rend compte d’autres voix…De la poétique en voix, en gestes et en silence…

La notion de parole/ de voix

Une manière d’agir sur les autres et de pénétrer l’autre, comment elle agit rentre en l’autre…A partir de cette notion de parole quelle voix ? Quelle parole ?

Voix de Gérard Dessons, La licorne, penser la voix, numéro 41, 1997, article : présentation page 3.

«  […]Il semble alors que quelque chose doive passer par la voix par l’interrogation de la notion de voix qu’au moment nécessaire de la pensée spécifique et cela quel que soit la discipline […] En même temps qu’elle est l’objet d’une pensée issue d’un champ de recherche particulier est souvent l’outil d’une heuristique.

[…] Il s’agit en écoutant la voix d’écouter le silence dans le langage, comme si le savoir sur la voix ouvrait nécessairement sur la connaissance de ce qu’on n’entend pas ordinairement dans l’écoute de l’humain. Entendre le silence, c’est en conséquence, constituer le silence en un lien spécifique, on s’invente l’audible

C’est donc une véritable sémantique de la voix qu’il s’agit, où le sujet précisément est en jeu, s’élaborant dans la relation de communication comme une transpersonnalité. (page 4)

L’écoute de la voix est précieuse en ce qu’elle fait entendre au-delà des phonèmes et en-deça des mots (page 4)

La conception instrumentaliste de la voix, c’est de la considérer passivement comme un simple médium, un simple dehors de la psychologie

La voix […] et ce qu’elle fait, c’est comme le poème instauré par tout ce qui échappe aux signes (prosodie, rythme), une relation signifiante entre les corps (page 4)

« Ce qui signifie tenir le corps et la voix en tant que rythme dans la parole » (page 4)

Voix d’Henri Meshonnic : « […] La voix est un sens[…] l’affect de dire le vivre[1] […] Ce n’est pas la voix qui dit, c’est vous qui dites . […] La voix ne dit pas. Ce qu’on dit, on le dit, en parlant par la voix. Mais ce n’est pas la voix qui dit, c’est vous qui dites, ou c’est moi. La voix, elle, fait […] Elle fait une prosodie qui n’est pas celle du discours, mais celle du corps et de la relation entre les corps. […] C’est parce qu’elle agit que la voix a une affinité avec le poème. Le poème non plus ne dit pas, autant qu’il est poème, mais il fait. Ce que seul un poème fait. La voix est une forme d’action, par elle-même, indépendamment de toute mimique ou gestuelle » (page 27)

Étrangement, la voix est toute allégorie puisqu’elle est toujours autre de ce qu’elle dit » (page 25)

Voix de Claude Regy[2] :

« Séparer la voix du corps, c’est une vivisection »

Voix de Jean Gagnepain[3]

« Il transforme le pas qu’il exécute et le son qu’il produit respectivement en danse et en chant »

[…] que la voix peut trahir dans le ‘’discours’’ l’émotion au même titre que la gestualité et qu’il est des chanteurs comme Piaf entre autres ou Gainsbourg, pour en cultiver sciemment la singularité on ne saurait pour conclure négliger que certains hésitent de se l’approprier (page 22,23)

Junzo Kawada[4] (la triangulation des cultures), spécialiste des Mossi (Burkina Faso)

« Faire à haute voix l’éloge d’un nom de personne peut dans certaines sociétés devenir un moyen de subsistance. Cette propriété est due à la double faculté de la voix qui, non seulement s’adresse à un individu précis mais en même temps implique les autres personnes présentes en la circonstance. C’est là ce qu’on pourrait appeler sa capacité à établir avec un public indéterminé une relation de complicité »

Chapitre 1 : Voix qui commande, voix qui s’amuse

« L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précise où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un évènement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité […] L’émission de la voix est profondément liée à  ‘’l’interpellation’’. Interpeller, ce peut être se plaindre, interroger ou exprimer son attachement […] Parler à haute voix, adresser la parole à quelqu’un, émettre un son, élever la voix, faire la grosse voix, renforcer ou baisser la voix, crier à tue-tête, avoir la voix qui tremble, parler à mi-voix… De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpénétration entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. Ces considérations ne sont pas sans rapport avec ces deux sensations opposées : la brutalité, voire l’agressivité que peut faire ressentir l’émission de la voix, et l’impression parfois éprouvée, en émettant sa propre voix devant autrui, d’exposer son intimité. »

Voix de Cécile Leguy, à travers les notes en voix d’Ayuna…suite

La voix (comparaison avec le japon et le burkina Faso)

– C’est la substance de la parole, la voix c’est ce qui fait la relation, qui fait qu’elle est vécue ensemble, ce par quoi celui qui reçoit est touché ou agressé. Par ailleurs en Afrique de l’ouest, la voix est un critère majeur pour le choix des épouses (passage par une tiers personne, par la voix d’un autre) toutes les personnes qui ont du pouvoir, ne font pas trop entendre sa voix de manière excessive, parfois l’ancien, le sage, fait silence, et son silence fait voix sans qu’il émette pour autant un son.

Les griots : faire les louanges du chef (le griot théâtralise les paroles d’un chef de village)(groupe endogame)

Cette nécessité pour se préserver de passer par la voix d’un autre, le griot est le porte-voix et le porte-parole. Les instruments de musique reprennent la voix humaine, la voix à ton qui est jouée par un instrument de musique, ce sont des artisans du cuir, du fer, geste de l’artisan, et geste de la voix, les gestes oratoires. Les gestes ne sont pas universels ils sont reliés profondément à la culture. Les gestes qui accompagnent la narration des contes. Elle montre que les gestes ne se contentent pas d’accompagner le récit, ils sont parfois un discours parallèle ou caché derrière la parole émise oralement. Geneviève Calame Griaule.

Richard Baumann

La notion de performance « action et évènement » le verbal et le non verbal, comprendre une situation et appréhender l’expression littéraire telle qu’elle est vécue produite et reçue.

Il s’agit de l’action dans l’évènement. Performance ça devient un impératif méthodologique, elle est conçue comme action, et évènement, tenir compte du verbal et du non verbal.

La littérature orale, produit de manière esthétique, les chants, les danses, les contes, les épopées, il s’agit de les aborder comme une situation, telle que la production littéraire est construite, vécue et reçue. C’est surtout à partir des années 80, que la performance ne va plus seulement être un cadre situationnel mais un évènement unique qui doit être considérer à part entière, comme un évènement unique, une co-construction dans l’évènement. Considérer autant celui qui émet que celui qui écoute, considérer comme des acteurs.

Paroles Touaregs et Dogons

Aussi avons-nous eu la possibilité de visionner quelques fichiers vidéo sur les conteurs et conteuses Touaregs et Isawaghen (Calame-Griaule (In Gall, Niger)

Ahmaden, Touareg d’origine noble.

Cécile Leguy (suite) : « Chez les peuples berbérophones, il y a des maîtres de contes, et ceux et celles qui veulent raconter des contes, ils doivent apprendre à conter mais c’est aussi une série de gestes à connaître. Raconter : ce n’est pas seulement de la voix, ce n’est pas seulement de la voix c’est aussi du geste, des canevas gestuels. Des gestes qui marquent les moments forts et symboliques du conte, et ce sont ces gestes-là qui sont enseignés par les maîtres de conte. Ce sont ces gestes qui donnent du goût aux contes. Les Touaregs disent que ces gestes sont les épices de la parole. Comprendre le rôle que jouent ces gestes, ces épices de la parole. Comment rendre compte par écrit ce qui donne du goût aux paroles. Elle va proposer un cadre d’observation pour rendre compte de ces gestes épices »

Étude des gestes en performance

Deux catégories  de gestes narratifs : descriptifs et conventionnels

Les gestes descriptifs : ceux qui imitent montrent quelque chose, miment, très importants en littérature orale, la possibilité d’innovation dans ces gestes est infinie. Les gestes de politesse, de la prière, de la bénédiction (plus conventionnels) les gestes oratoires qui sont en rapport direct avec le discours.

La fonction phatique des gestes oratoires (qui maintiennent la communication) la fonction de dramatisation animation mise en scène, explicatifs (gestes redondants) fonction d’information sémantique que les mots omettent de dire. Si on occulte les gestes, on laisse de côté l’essentiel du récit La fonction narrative dans la mesure où les gestes sont liés à la structure du discours. Le maître de conte donne à voir les moments clés du conte car ils sont marqués par des gestes forts.

Pour l’observateur, il faut remarquer les gestes, comprendre le sens, et leur fonction ce qu’ils permettent de dire ou de ne pas dire. Qu’est-ce qu’on va faire dire aux gestes que ne disent pas les mots ? Il y aussi un rôle qui est joué par le statut social. Car le statut social comme dans beaucoup d’autres sociétés impliquent une manière de s’exprimer par geste. Style emphatique des gestes élégants, l’esthétisme dans les gestes (personne d’origine noble) les femmes doivent être un peu plus réservées, certains hommes aussi sont aussi tenus à une certaine réserve. Des gestes qui sont ainsi plus suggérés, plus suggestifs. À l’inverse, ceux et celles qui viennent d’une couche sociale moindre les femmes Isawaghen, l’aveugle Taheera, conteuse Isawaghen « La tourterelle s’envole ». Abadé, quant à lui est un forgeron touareg contant avec son frère « Chacal met la bile dans le nez de l’éléphant » sont quant à eux les plus expressifs dans leurs gestes, leurs mimiques, leurs regards… Le cadre les gens content aussi. Les « belha » (Dominique Casajusse) dit que l’observation de la gestuelle apporte des indications importantes sur la situation de communication, le statut social des personnes, les rapports existants entre les gens. Toutes sortes d’informations qui donnent plus d’indication que les mots eux-mêmes. Quand on raconte de nuit on joue plus sur la voix que sur le geste.

Chez les Dogons

Geneviève Calame-Griaule[5] par rapport aux paroles des Dogons : « […] Quant à la Parole de l’homme couché. C’est une ‘’parole secrète’’ une confidence intime qui ne peut être entendue par nul autre que le destinateur. Telle est la parole que l’homme échange la nuit avec sa femme » (page 74)

[…] D’une façon générale, l’importance des gestes ajoute à la parole, consiste en un apport d’huile, les paroles simples sont à base d’eau ; faire des gestes les lubrifie, les rend plus coulantes plus faciles à comprendre on dit qui « parler en faisant des gestes de la main fait se rencontrer l’eau et l’huile » (page 72, 73)

Après ces voyages en pays Touareg et Dogon, nous voilà téléporter aux Philippines auprès des bardes Palawan.

La voix et le souffle

Nicole Revel, les bardes Palawan (Philippines)

La voix, le chant, la posture allongée pour conter, raconter chanter des histoires, le barde chante toute la nuit, il ne s’arrête que quand le soleil se lève. Les deux éléments sur lesquels sont jugés les bardes, la voix doit réussir à se caler sur le rythme de la respiration. Poésies épopées.

Ethnopoétique, américaine Dell Hymes reproche à Lévi-Strauss de négliger l’effet de la parole dans son contexte d’énonciation. Spécialiste de la langue shenuk.

Les analyses ethno-poétiques. Pour Hymes, dans les années 60, ne s’opposent pas à Lévi-Strauss, l’analyse structurale est importante, mais cette approche néglige l’effet de ce que la parole a sur son auditoire, ce que fait le mythe, le rythme, le souffle, la poétique ne s’exprime pas seulement dans les mots, elle s’exprime aussi dans le rythme, le souffle, les postures qui accompagnent les mots. Chaque connecteur est le début d’un vers, on est dans une parole sans fin, les vers sont divisés eux-mêmes par des lignes de souffle, les vers s’organisent par 3 par 5 (une respiration chez les chinouk)

Un autre chercheur Dennis Tedlock.

Travaux sur les Zuni, indiens pueblo du Nouveau-Mexique

Rendre compte de tous les effets paralinguistiques. Jan Blommaert (sociolinguiste)

Lire au-delà des mots tout ce que disent les migrants au-delà des mots, les entretiens plein de silences parlants…

(Les lettres capitales, présentation visuelle qui permet d’entendre, il essaye de remettre la voix dans l’écriture pour rendre compte des effets paralinguistiques, code basé sur le souffle, il travaille sur enregistrement (plus de trois secondes de silence on passe à une nouvelle ligne)

La visée c’est qu’est ce qui fait le style oral ? L’idée de mieux entendre, analyser les modulations de la voix, le souffle, le geste.

Geste zéro, lecture blanche (nouveau roman) l’écriture sans style, la notion de neutre chez Barthes, le silence fait voix. (écriture//voix)

Voix de Serge Martin :

Marcel Jousse // Henri Meshonnic

« Il fallait passer par Meshonnic, un petit morceau de Jousse sur le geste, les questions que posent Meshonnic à Jousse. »

Deux fables de La Fontaine

La Fontaine est scolarisé à contre institutionnalisation. L’opération Rousseau qui a interdit l’utilisation de La Fontaine. Robinson est une réponse au colonialisme ambiant de l’époque, mais il enlève La Fontaine.

Fable XVII

Beaucoup d’humour, geste relationnel vocal, geste de complicité, vous participez à ce petit théâtre, où l’on se moque du trio infernal, c’est un geste, que l’on peut découper. Moi, j’utiliserai la notion de Pan, une tonalité, ce n’est pas un détail sur lequel je peux mettre mon doigt, c’est quelque chose qui change complètement la vision du tableau ou du geste.

Distance ironique ? Constitution de relation de lecteur-auditeur qui sont, au petit théâtre du geste.

Notre tête grise, notre amoureux est ici réduit à sa chevelure grise…Ce sont des termes qui sont une la physique du langage, on a laissé faire, la tactique Chaplin, rire de quelqu’un qui chute, ou rire de de l’amoureux grisonnant.

« Deux rimes que je garde : dans le dernier quatrain

Celle que je prendrais voudrait qu’à sa façon

Je vécusse, et non à la mienne

Il n’est tête chauve qui tienne,

Je vous suis obligé, Belles, de la leçon. »

Les dichotomies sont répudiées, leçon dimension éthique au sens de problématique pour votre vie amoureuse ou votre vie tout court. Leçon qui rime avec façon (manière, gestuelle de la leçon, pas de morale sans gestes, tout discours en art du langage, c’est celui qui construit une écoute et qui se renouvèle, qui se poursuit. Il y a une socialisation, ce principe dialogique de l’art du langage en situation, ici il est redoublé par une pensée du geste, une anecdote théâtralisée.

Un théâtre d’oreilles, de bouche dirait Jablonka

Désigner quelqu’un et en désignant quelqu’un, on le montre, le langage comme geste social « Compère le Renard » La Fontaine engraine toute une tradition du geste (avec le roman de Renart) et puis Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :

Attendez-vous à la pareille (dès que l’on écoute, on est pris dans le piège du « dire », ce n’est pas un piège mais c’est un engrenage, quand je m’engage à écouter, je suis engagé à continuer le geste, un geste continué dans le langage (qui met en relation individu et société, ou fait société).

Dimension expérientielle, c’est que tout de suite avec la notion de geste, on a la notion de la « physique du langage » et nous sommes aussi dans l’expérientielle.

« Et ce qu’il raconte, à son tour, devient expérience en ceux qui écoutent son histoire »

« Car même celui qui lit un poème est enclin à lui prêter sa voix pour un auditeur éventuel »

La tradition du racontage associée à deux catégories professionnelles (l’artisan et le paysan) par Walter Benjamin.

« Le rôle de la main dans la production est devenu plus modeste, et déserte la place qu’elle occupait dans le récit (Car celui-ci, dans sa dimension sensible, n’est nullement l’œuvre de la seule voix. Dans le véritable récit, la main aussi doit intervenir, par les gestes rodés dans le travail, elle soutient mille manières ce que la bouche dit).

Chironimie, chironomie (chef de chœur) y a des codes (pour les chefs d’orchestre)

Serge Martin : « J’ai un petit désaccord avec Benjamin, moi je pense que les gestualités physiques c’est de la voix. Dans La Fontaine il y a une chironomie, je pense que la structure en vers est très importante, quand on passe d’une ligne à l’autre dans une métrique extraordinaire. La métrique il y a des mouvements, il y a une souplesse du geste dans l’écriture, d’un point de vue rythmique, le premier quatrain grison saison (rapidité, mouvement) c’est une espèce de main qui agit qui organise ou qui ponctue (accoler séparer en grec) le discours énonciatif. »

Questionnements de Monsieur Serge Martin :

Comment le geste didactique accompagne le geste poétique ? L’idée c’est que le geste didactique doit favoriser l’accompagnement ou le prolongement du geste poétique. Pour s’emparer du texte.

L’école traditionnelle utilisait la récitation, mais la lecture de la voix du professeur, est importante, car, selon Serge Martin, 50 % du travail est effectué. Après la lecture, puis aux élèves de recommencer la lecture, il y a La Fontaine, on refait La Fontaine (mais ne pas modéliser pour autant)

Les poésies à l’école (un modèle un peu périmée, mais il faut re-citationner, re-citer)

La prononciation était importante, on entend moins les accents. Mais dans les années 20-30 c’était terrible, il y avait des enfants qui prononçaient très, très mal ou en tout cas autrement…

Travailler sur les listes, aussi bien en tant qu’écriture et en tant que récitation.

Geste comme lecture expressive, cela peut réduire, il faut garder que le geste vocal et le geste physique ce n’est pas seulement l’expressivité, c’est aussi, une énergie, un mouvement. On peut construire du geste par la voix. Le geste sur lequel il faut travailler, d’arriver à construire dans la diction « notre amoureux » et cet amoureux va se réduire à une tête grise. Ce n’est donc pas seulement réduire au sens, c’est construire une gestualité trans-subjective construire « un dire » plus « qu’un dit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Henri Meshonnic dans la licorne, penser la voix, numéro 41, 1997, article : le théâtre dans la voix, page 25

[2] La licorne, penser la voix N°41, 1997 article : le champ de la voix, page 43

[3] La licorne, penser la voix n°41, 1997 article : De la voix et du geste page 21

[4] Kawada Junzo, La Voix, étude d’ethno-linguistique comparative, traduit du japonais par Sylvie Jeanine. Edition originale, koe. Tokyo. Chikuma Shobô, 1988 (249 pages). Chapitre 12 : Voix qui flotte, Voix qui menace p. 147.

[5] Ethnologie et langage, la parole chez les Dogon, troisième édition revue et corrigée, Lambert Lucas Limoges, 2009. Première partie : la théorie de la Parole (596 pages)

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.