Inversion chez Proust

Le séminaire du 10 mars a été consacré à Proust et à la révolution du style. Monsieur Frédéric Fladenmuller (East Carolina University) a parlé de l’ecriture inversive de Proust et a présenté son nouveau livre Proust Ou L’ecriture Inversive: Du Temps Perdu Au Temps Retrouvé.  

Proust croit à une universalité, une atemporalité, des êtres et des choses et il le dit dans Contre Sainte-Beuve:  » Car personne n’est original et fort heureusement pour la sympathie et la compréhension qui sont de si grands plaisirs dans la vie, c’est dans une trame universelle que nos individualités sont taillées. Si l’on savait analyser l’âme comme la matière, on verrait que sous l’apparence diversité des esprits aussi bien que celle des choses, il n’y a que peu de corps simples et d’éléments irréductibles et qu’il entre dans la composition de ce que nous croyons étre notre personnalité, des substances fort communes et qui se retrouvent un peu partout dans l’univers » (Contre Sainte-Beuve, 71-72). Pourtant, il existe aussi une composante de singularité qui définit d’une certaine manière les caractéristiques essentielles d’un artiste  » pour un écrivain, comme pour un musicien ou un peintre… Nous retrouvons dans un second livre, dans un autre tableau, les particularités dont la première fois nous aurions pu croire qu’elles appartenaient au sujet traité autant qu’à l’écrivain ou au peintre. Et du rapprochement des œuvres différentes nous dégageons les traits communs dont l’assemblage compose la physionomie morale de l’artiste » (Contre Sainte-Beuve, 75). Proust dit qu »un livre est un produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices » (Contre Sainte-Beuve, 221). L’écrivain rapproche le phénomène primordial de l’inversion à un amour indifférencié. Dans A la recherche du temps perdu le mot homosexuel apparaît 7-8 fois et le mot inversion est utilisé de 60 à 70 fois et cela nous prouve de nouveau l’importance du sujet chez l’auteur. Dans ses réflexions M. Fladenmuller arrive à la conclusion que chez Poust l’écriture représente l’envers de la lecture et que la seconde représente une « incitation » au travail véritable que représente l’exercice thérapeutique de la première et une part importante de ce qu’on qualifie d’inversion.


Une réflexion sur « Inversion chez Proust »

  1. Merci Gulzhana pour ce moment proustien dans notre carnet. Je devine que le contexte est le séminaire animé par ma collègue Mireille Naturel – merci d’indiquer dans vos billets les circonstances comme les références le plus précisément possible.
    Oui, relire le « Contre Sainte-Beuve » est toujours revigorant surtout pour ce qui concerne la lecture/écriture et oui, c’est vraiment une belle proposition que celle de « l’inversion » avec ces deux activités qu’on sépare alors qu’il faudrait bien plutôt les lier en permanence et donc dorénavant les inverser… – je parle dans mes travaux d’énonciation continuée (voir Poétique de la voix à l’Harmattan, 2015).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.