Origine(s) des langues : perspectives et remises en question

Les Indo-européens : construction et avatars du mythe d’origine de l’Occident – Intervention à l’Inalco de Jean-Paul Demoule le 31 mars 2015 dans le cadre du Séminaire de linguistique comparative historique au XXIème siècle: enjeux théoriques et méthodologiques

D’où viennent les langues ? Selon certains linguistes, les langues indo-européennes émergeraient de l’indo-européen, ou quelquefois proto-indo-européen, langue préhistorique (5000 avant notre ère). Les langues indo-européennes sont divisées en plusieurs branches : la branche balto-balkanique (ex : albanais, lituanien, polonais, russe, etc.), la branche germanique (ex : anglais, allemand, alsacien, néerlandais, etc.), la branche italo-celtique (ex : latin, français, wallon, sicilien, etc.), la branche arménienne, la branche helléno-phrygienne (ex : grec, etc.), la branche tokharienne, la branche indo-iranienne (ex : ourdou, penjâbi, etc.) et les langues anatoliennes. Ce sont les linguistes William Jones, Franz Bopp et Thomas Young qui ont développé cette théorie au XVIIème siècle en se basant sur certaines ressemblances, notamment de vocabulaire, entre certaines langues. Il y aurait donc eu, selon eux, un peuple unique qui parlait la langue originelle, l’indo-européen. Cette théorie était plutôt novatrice pour l’époque, et fait passer de la mythologie à la philologie, puisque jusqu’à présent on pensait que tout descendait de l’hébreux – pour beaucoup Dieu s’adressait aux peuples en hébreux. Toute autre théorie, au début du 19ème siècle, d’une certaine fascination pour l’Inde émerge l’idée que la langue primitive ait pu être le sanskrit.

Jean-Paul Demoule, archéologue et historien, a expliqué que pour trouver le berceau d’une langue, il est tout d’abord nécessaire de localiser son foyer. C’est alors le rôle de la paléontologie linguistique de comparer des empreintes linguistiques avec les marques de l’extension d’un empire ou de trouver des traces de langues dans la culture matérielle, etc., le tout en étudiant des vocabulaires communs de paysage, d’institutions, de mode. Dans cette optique de paléontologie linguistique, d’autres hypothèses linguistiques ont vu le jour : une hypothèse steppique se basant sur les langues parlées dans les steppes, une localisation scandinave, une localisation proche-orientale, etc. Mais, toutes ces thèses supposent que des conquérants aient su imposer leur langue sur de vastes territoires au profit des petits conquérants qui auraient perdu les leurs, et qu’il ait existé une partie originelle homogène, ce qui n’était pas vraiment la réalité des sociétés proto-historiques. De même, la perspective d’une race indo-européenne a été disqualifiée au XXème siècle à travers des mesures de crânes, même si cette dite perspective revient de nos jours avec l’évolution de la science et notamment avec l’aide de l’ADN. Il est ainsi difficile d’obtenir un accord sur tel ou tel arabe généalogique linguistique.

C’est pourquoi, selon Jean-Paul Demoule, il est plus raisonnable d’envisager un modèle linguistique beaucoup plus souple. Comme le pensent certains linguistes, il n’y aurait pas de langues non mélangées. Il existe en effet de nombreux exemples de langues mixtes, sous différentes formes et à différents niveaux. Serait-ce alors également le cas des langues indo-européennes ? Cette question est relativement complexe : il ne s’agit pas de déclarer que l’indo-européen n’existe pas, mais de dire que les choses sont plus compliquées que ce modèle canonique originel, comparable à un mythe d’origine proposé par la Bible. Ce dit modèle s’est en effet construit sur l’idée d’une langue pour une Nation afin unir les peuples, et ce au moment de la colonisation européenne, et s’est ensuite répandu parmi et à travers les savants allemands car ces derniers étaient à cette époque les plus reconnus dans leur domaine. La théorie linguistique indo-européenne ne serait donc pas réellement objective, puisque lié au contexte colonial de l’époque. Parler de contacts de langues, de langues qui se sont entremêlées et entrecroisées, pour finalement se séparer afin de créer des Etats-nations serait donc plus adapté que la perspective de langues clivées et totalement différentes.

Ci-dessous une des nombreuses représentations illustrée de l’arbre généalogique des langues, tel qu’il est perçu par les défenseurs de l’indo-européen :

 

 

 


3 réflexions sur « Origine(s) des langues : perspectives et remises en question »

  1. Merci Salif pour ton commentaire. C’est vrai des déracinés citadins peuvent utiliser la langue comme un refuge et pour contrer un processus d’assimilation, tandis que d’autres personnes utilisent la langue comme assignation à une nationalité et pour contrer un processus d’intégration…

  2. Merci Maeva pour ce compte rendu intéressant. Du fait que l’Homme s’identifie aussi par sa langue [« Bien que pour certain la langue ait « un rôle TRES secondaire dans l’aspect culturel d’un peuple », les « déracinés » citadins trouvent en elle un refuge un idéal pour définir leur culte d’origine et contrer un processus d’assimilation.» (Canut, 2008 : 122)],il ne peut plus se passer de la généalogie des langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *