Vers le doctorat

La semaine dernière a eu lieu la présentation de l’école doctorale 268 : « Langage et langues : description, théorisation, transmission » dans son siège, le centre Bièvre, à côté de Censier.

 

Cette école doctorale est consacrée à la science empirique de la linguistique mais aussi au statut des langues, autour des problèmes de leur acquisition et de leur apprentissage.

cette école délivre 5 diplômes

  • Didactique des langues et des cultures
  • Phonétique
  • Sciences du Langage
  • Traductologie
  • Langues, civilisations et sociétés orientales

 

Mis à part des données qui nous ont montré la complexité et la richesse du travail de recherche qui s’y mène (il y a au total 8 équipes de recherche, dont 3 équipes d’accueil et 5 unités mixtes qui regroupent des enseignants de différentes institutions ou même un mélange de chercheurs du CNRS et d’enseignants-chercheurs), on a eu des informations plus générales sur la formation en doctorat.

Le directeur de l’ED Dan Savatovsky, mais aussi Julien Heurdier (responsable administratif de l’école et doctorant lui-même) ont surtout parlé de l’accompagnement qu’on essaye de mettre en place pour que les étudiants ne se sentent pas seuls durant ces années compliquées où on est à cheval entre le statut d’étudiant et celui de chercheur.

Déjà, il faut savoir qu’apparemment la création des écoles doctorales en 1991 a eu pour cause la volonté d’amélioration des conditions de travail durant la thèse qui se déroulait au préalable de façon assez solitaire et éloigné des activités de recherche du monde scientifique.

Actuellement, on essaye au maximum d’établir un lien entre ce que font les doctorants et ce qui se passe dans le milieu universitaire : une vraie réflexion est menée sur l’articulation formation/recherche et l’école bénéficie de deux représentantes qui organisent régulièrement des réunions et qui s’occupent des problèmes de « vie étudiante », notamment d’accueil pour les étrangers : une question clé si on tient compte du grand nombre d’étudiants étrangers intégrant l’école tous les ans. Elles sont à l’écoute des questions qui pourraient survenir et s’occupent d’organiser tous les ans des « rencontres jeunes chercheurs » (elles se tiendront cette année le 11 et 12 juin).

Mis à part cela, les séminaires doctoraux offerts, obligatoires pour valider la formation doctorale, sont d’une grande variété et permettent aussi les rencontres entre sujets en même temps qu’elles assurent un important bagage de savoirs pour le doctorant.

(les unités de recherches ainsi que la liste des séminaires assurés est consultable sur le site de l’ED 268 : http://www.univ-paris3.fr/ed-268-langage-et-langues-description-theorisation-transmission-3413.kjsp)

 

Concernant le doctorat de manière générale en France, et notamment en ce qui concerne les sciences humaines, le problème principal est celui du financement. Très peu de doctorants bénéficient d’une des options de financement, à savoir :

Les contrats doctoraux de Paris 3.

Les contrats doctoraux Sorbonne Paris Cité : Double Culture

Le contrat régional Ile de France

Les contrats Labex

Les contrat CIFRE en partenariat avec une entreprise privée.

 

Cette question qui est sans doute la plus inquiétante pour les étudiants, est peut-être une des raisons pour lesquelles le taux d’abandon est très élevé, selon le rapport Bréhier de 2012, La France et ses doctorants, de 63500 doctorants inscrits, il y a eu seulement 12 100 diplômés.

Mais les informations concernant le déroulement de la thèse sont plutôt encourageantes : la durée d’une thèse non financée peut aller jusqu’à 7 ans, et cela ne tient pas compte des différents aléas qui permettent de prolonger encore davantage (maladie, grosses, problèmes de toute sorte). De même, l’école dispose d’un budget relativement élévé pour aider les doctorants non financés : environ 500 euros par an par étudiant pour se rendre à des colloques ou encore pour effectuer des déplacements nécessaires à la recherche. Budget qui peut varier en fonction des nécessités des doctorants.

Dan Savatovsky a tout de même mis en garde ceux qui souhaiteraient faire leur thèse sous la co-tutelle. Étant donné qu’il s’agit d’un travail dirigé par 2 directeurs au sein de 2 universités et donc nécessitant une formation doctorale dans chacune des universités, cela a un énorme coût pour l’école doctorale qui se charge de couvrir les déplacements des étudiants : ainsi, on accepte très peu de co-tutelles tous les ans.

 

Ce qu’on peut tirer de cette présentation est sans doute le grand investissement des enseignants et des représentants étudiants qui semblent vraiment à l’écoute pour tout ce qui concerne le côté pratique des études doctorales.

De plus, la variété des équipes de recherche et donc, des séminaires mais encore des conférences et colloques organisées tout al long de l’année universitaire, garantissent une formation doctorale riche et pluridisciplinaire.

Pourtant, la question des financements reste la plus problématique, mais les professeurs ont insisté : souvent, les étudiants ignorent les différentes ressources et ne postulent pas. Les membres de l’ED nous ont poussé à agir dès maintenant : il s’agit de commencer à contacter les possibles directeurs de recherche dès à présent, ce qui nous permettra de postuler aux différentes aides économiques qui nous sont proposées.

Le doctorat se présente donc comme un projet difficile mais non pas irréalisable !

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts


Une réflexion sur « Vers le doctorat »

  1. Merci Carla de nous avoir fait un retour de cette réunion. C’est vrai ce n’est pas simple du tout de bénéficier d’un contrat doctoral. Tellement de considérations différentes entrent en jeu: l’intérêt du sujet ( l’école doctoral a-t-elle des choses à gagner à travers ce projet de thèse ? ; ce sujet rentre-t-il dans les perspectives de recherche actuelle ?) les notes de master 2, la note du mémoire de master 2, l’aura du ou des directeurs de thèse, les contacts de l’étudiant (a-t-il tissé des liens avec un laboratoire de recherche ?) ou encore l’engagement de l’étudiant dans la recherche, etc. Par contre, ce qui est sûr c’est que pour bénéficier d’un contrat doctoral il est vraiment préférable d’avoir au minimum 16/20 au mémoire de master 2.

    Concernant le financement Cifre, je ne voudrais pas être pessimiste, mais il est vrai que les entreprises ne financent généralement pas les sujets qui touchent à la linguistique. Ce sont davantage les associations qui seraient à même de le faire, le problème est que ces dites associations n’ont souvent pas les moyens pour financer un doctorant. Néanmoins si vous souhaitez vraiment faire une thèse mais que vous n’avez pas de sujet précis, le site du Cifre :http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp met en lien candidat, laboratoire et entreprise, et des sujets en sciences humaines et sociales sont proposés.

    Reste alors, si vous n’obtenez pas de contrat doctoral, la possibilité de travailler et de faire en parallèle la thèse. C’est vrai, il paraitrait que dans ce cas de figure, l’étudiant n’a plus de vie :), qu’il s’agit d’uns situation compliquée… Mais en même temps, il semblerait que les personnes dans cette situation soient finalement parfois encore plus motivées que les personnes qui ont un contrat doctoral!

    Bonne chance à nous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.