De la difficulté d’évaluer la situation linguistique de la France

Conférence de Louis-Jean Calvet, « Comment évaluer la situation linguistique de la France ? » – vendredi 13 mars 2015 au British Council.

Dans le cadre du séminaire de recherche « Politiques linguistiques en Europe » organisé par l’université Paris Diderot, le sociolinguiste Louis-Jean Calvet a proposé une conférence sur les problèmes qui se posent lorsque l’on souhaite évaluer la situation linguistique de la France. Il ne s’agit donc pas de procéder à une évaluation de la dite situation linguistique de ce pays, mais bien de réfléchir sur ce qui manque pour la décrire. Dans cette perspective, deux questions interviennent rapidement : quels sont les éléments qui composent cette situation linguistique ? et, Quels termes utiliser pour la qualifier ? En effet, Louis-Jean Calvet a, à de nombreuses reprises, insisté sur la nécessité de bien savoir nommer les choses, car comme il l’a rappelé en citant Albert Camus, « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde ».

Tout d’abord, c’est le terme langue qui pose interrogation. En France, ce terme se décline de plusieurs façons : langue nationale, langue officielle, langue étrangère, langue régionale ou minoritaire et langue de migrants (il n’existe cependant pas de liste précise des langues des migrants). Louis-Jean Calvet a ainsi répertorié ces différents syntagmes selon trois critères : géographique : les langues régionales, étrangères, de migrants ; institutionnelle : les langues nationales, officielles ; statistique : les langues minoritaires. Sachant néanmoins que ces critères peuvent se cumuler, ils ne sont pas exclusifs. Par exemple, en France, l’espagnol et le portugais sont des langues étrangères et/ou des langues de migrants. Toutefois, le syntagme langue régionale ou minoritaire peut laisser dubitatif : les adjectifs régionale et minoritaire sont-ils cumulatifs ou injonctifs ? De même, minoritaire par rapport à qui/à quoi ? Enfin, parle-t-on de la même forme linguistique ; doit-on utiliser langue ou dialecte ? En effet, dans son rapport sur les langues régionales ou minoritaires publié en 1999, le linguiste Bernard Cerquiglini considère l’occitan comme une langue, et le gascon, le provençal et le languedocien, etc. comme des dialectes dérivés de l’occitan, tandis que du côté des langues d’Oïl, le franc-comtois, le wallon, le picard, etc. sont perçus comme des langues à part entière. Comme le précise Louis-Jean Calvet, le traitement est incohérent. Mais il en est de même pour la langue arabe, puisque arabe dialectal apparait au singulier. Les rédacteurs de ce rapport semblant touchés par la conception théologique fréquente des locuteurs du monde arabo-musulman ; le syntagme arabes dialectaux devrait ainsi être privilégié. Enfin, l’étude des langues parlées en France manque de données chiffrées. Le recensement de 1999 organisé par l’INED et l’INSEE a effectivement permis d’avoir accès à quelques pourcentages. Par exemple, on sait désormais que 26% des adultes ont été élevés avec une autre langue que le français. Mais quel est le nombre de locuteurs précis de chaque langue ? Et, combien de langues précisément existent en France (B. Cerquiglini avance le chiffre de 75 langues sur 5 territoires, mais est-ce un chiffre exact ?) ? Quels sont les degrés de plurilinguisme ? Considérant, de plus, comme le précise Louis-Jean Calvet, que le recensement de 1999 ne nous permet pas de savoir ce qu’il se passe village par village et que nous ne connaissons pas le public auquel ce questionnaire a été distribué.

Puis, Louis-Jean Calvet a porté son regard sur l’expression diversité linguistique. Joseph Greenberg, dans les années 50, a créé un index de diversité linguistique, qui se basait sur la probabilité que deux individus pris au hasard n’aient pas la même langue. Mais, par exemple, dans un pays comme le Brésil, on note l’existence de 236 langues autochtones, ce qui pourrait présager d’une importante diversité linguistique, sauf que ces 236 langues ne concernent que 500 000 locuteurs sur une population totale de 200 millions d’habitants.  Malgré son caractère imprécis, cet index a permis de déterminer que la France aurait un indice de diversité moyen, en regard des pays africains et asiatiques qui auraient un indice de diversité linguistique élevé. Mais, dans le calcul de cette diversité linguistique, il est nécessaire de différencier les langues endogènes des langues de migrants. Par exemple, le Cameroun compte 278 langues endogènes et 1 langue de migrants, tandis qu’en France, les langues endogènes seraient actuellement au nombre de 23 et les langues de migrants de 44. D’ailleurs, cent ans auparavant, ces chiffres auraient été l’inverse. Ainsi, aujourd’hui, en France – et dans l’ensemble des pays du Nord – l’on assisterait, selon Louis-Jean Calvet, à une mutation historique, puisque la diversité exogène issue de la migration s’imposerait à la place de la diversité endogène régionale. Du fait de la centralisation de l’Etat, les langues régionales auraient ainsi été mises en péril. Pourtant, en dépit de cette nouvelle réalité linguistique, les autorités publiques tendent toujours à privilégier les langues autochtones au profit des langues de migrants.

Enfin, Louis-Jean Calvet est revenu sur la notion de communauté linguistique, qui est selon lui pas claire et inopérante – et pourtant tellement employée. Pour Cohen, il s’agit d’une communauté de langage, regroupant des locuteurs animés par un sentiment de co-appartenance ; pour Dubois, il s’agit d’un ensemble de gens ayant la même première langue ; enfin, Labov estime qu’une communauté linguistique est caractérisée par un accord entre les gens sur la façon dont on doit parler la langue. Cependant, Labov s’est uniquement concentré sur des territoires monolingues, donc sa perception n’est pas entièrement satisfaisante. De même, comment parler de communauté linguistique à un habitant du Sénégal, quand ce dernier utilise le peul à la maison, le wolof dans son quartier et le français au bureau ? Il apparait alors clairement que communauté linguistique est née d’une conception monolingue, qui oblitère l’aspect social des faits linguistiques ainsi que le terrain. Ainsi, dans la continuité de Juliard qui préfère parler d’espace sociolinguistique avec des variantes et des langues, Louis-Jean Calvet préconise l’utilisation de communauté sociale au lieu de communauté linguistique. En effet, communauté sociale semble plus adapté à la réalité des individus qui, chaque jour, font des choix linguistiques différents, passant d’une langue à l’autre. Reste que là aussi aucune donnée chiffrée sur les communautés linguistiques de France n’est disponible, et ce pour des raisons morales et juridiques – entre autres selon l’article 2 de la Constitution française qui stipule que la langue de la République est le français – rendant impossible l’étude de statistiques linguistiques.

En conclusion, selon Louis-Jean Calvet, pour établir une politique linguistique utile et efficace, il est tout d’abord nécessaire de disposer d’un répertoire précis des langues, de leur nombre de locuteurs, de leur taux de transmission, etc. On note certes les données monolingues délivrées par l’université Laval, mais il n’en existe pas encore sur le plurilinguisme. Il y a également un besoin d’enquêtes plus exhaustives, plus larges ; les embryons de méthodologie ne suffisent plus. Ensuite, afin de mener à bien ces études, quatre points doivent être respectés : définir les notions que l’on utilise, prendre en compte les langues des migrants, faire des enquêtes qualitatives et quantitatives et enfin repenser le rapport de Bernard Cerquiglini sur les langues de France, ainsi que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

 

– D’autres rencontres sont organisées par l’Université Paris Diderot, les renseignements sont disponibles à cette adresse : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr/recherche%3Aclillac%3Aciel%3Aseminaires%3Apol-ling

 

 


2 réflexions sur « De la difficulté d’évaluer la situation linguistique de la France »

  1. Article très intéressant, et qui me touche tout particulièrement. La France possède en effet une situation linguistique très complexe dans laquelle de nombreuses langues cohabitent et se côtoient tous les jours tout en étant très différentes aussi bien linguistiquement que culturellement. Ton article est clair et présente bien la complexité de cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.