Théâtre, atelier de mise en voix et TICE : présentation de trois sujets de mémoire de M2 (journée du 11 mars 2015)

Lors de la journée du 11 mars, j’ai assisté à la présentation des travaux de Charlotte Guennoc, Andrea Zùjar Curell et Sara Akram. Comme l’a signalé Maude dans un de ses billets, n’hésitez pas à compléter mes petits résumés ou à proposer des modifications s’ils ne vous conviennent pas.

Charlotte Guennoc : L’avènement de la parole au théâtre ou comment l’apprenant en FLE trouve sa voix dans une situation construite

Charlotte a choisi de centrer sa recherche de master 2 sur la thématique de la transmission, et sur cette question principale : qu’est-ce qui se transmet ? Mais, allant contre le tout communication, il s’agit justement, à travers cette étude, d’aller au-delà de la communication, de la simple réception orale. C’est-à-dire qu’il convient de voir plus loin que la transmission comme un unique acte langagier où des mots sortent des bouches. Plus qu’un simple outil du quotidien mis à disposition des êtres humains pour s’exprimer, la parole peut être performative et la voix peut faire relation. Le choix du théâtre comme terrain de recherche se comprend alors aisément, puisque le théâtre peut être un théâtre de vie, de voix, de corps, où l’acte de transmettre prend tout son sens et se fait pluriel. Charlotte va alors pouvoir théoriser l’écoute de voix, et prendre en compte chacune de ces voix individuellement et collectivement.

Andrea Zùjar Curell : Médiation et performance dans un cours de FLE en contexte plurilingue et pluriculturel

Andrea a elle choisi comme terrain de recherche un atelier de mise en voix avec des immigrants en situation d’apprentissage du français. Elle est ainsi partie d’un préjugé assez fréquent : l’insertion des arts en cours de FLE est une décision très risquée. Certains enseignants semblent en effet ressentir une certaine peur à l’idée d’utiliser l’art pour bâtir une séquence pédagogique, et ce pour des raisons très diverses : manque de confiance en eux, peur de la dispersion, questionnement sur l’efficacité de cette méthode, etc. Pourtant, passer par l’art pour enseigner représente une vraie richesse didactique. Dans cette perspective, Andrea envisage l’apprentissage des langues comme un acte dynamique et vivant, qui, justement, peut s’épanouir grâce à l’art. Ainsi, pour faire un parallèle avec le sujet de Charlotte, Andrea part du principe que l’opposition parler/dire est beaucoup plus complexe qu’elle ne semble l’être : dire est beaucoup plus que parler. Il est donc désormais nécessaire de se rattacher à autre chose qu’au sens. Apprendre une ou des langues, c’est se construire une vie de langues, s’ouvrir à des millions de voix possibles.

Sara Akram : l’intégration des TICE au Kurdistan irakien

Enfin, Sara s’intéresse à la place des TICE dans l’enseignement du FLE au Kurdistan irakien. A travers ce projet, il s’agit de répondre à plusieurs questions : tout d’abord, quelle est la place des TICE au Kurdistan irakien ? Ensuite, est-il envisageable de créer un système d’apprentissage du français en ligne, par exemple un processus e-learning ou e-strategy, facilitant ainsi l’accès à des cours de français pour ceux qui le souhaitent. De même, ce type de plateforme d’apprentissage serait-il rentable ? Enfin, plus globalement, Sara compte étudier la situation de l’enseignement du français dans cette région.

 

En fait, Sara a présenté son sujet avec ce groupe suite à un bouleversement de l’ordre des présentations. Mais, si au premier abord le sujet de Sara peut sembler éloigné de ceux de Charlotte et Andrea, tel n’est pas le cas. Ces trois sujets se recoupent en effet autour d’une question fondamentale :  comment favoriser la relation d’apprentissage ? Que ce soient les TICE, le théâtre ou la poésie, tous travaillent à une acquisition positive de la langue et réfléchissent à la mise en place d’un lien favorable et continu entre l’apprenant et sa langue cible. Il n’est donc pas ici question de parler d’acquisition performante, étant donné que ces trois sujets questionnent et déplacent la notion de performance, et surtout ne se focalisent pas sur la performance en tant que telle, sur la possibilité d’avoir une bonne note.  Ensuite, ces trois sujets de mémoire mènent également à s’interroger sur le corps professoral : est-on le même enseignant selon que l’on enseigne en contexte institutionnel, dans une association théâtrale, dans un atelier de mise en voix ou sur une plateforme e-learning ? Chacun de ces contextes requièrent en effet une certaine adaptation. Enfin, si l’aspect créatif apparait clairement lorsque l’on évoque le théâtre et la poésie, il est tout aussi prégnant concernant les TICE. Capter l’attention d’élèves et leur donner envie de continuer à apprendre une langue sur un ordinateur demande en effet de soulever des idées créatives et novatrices.


2 réflexions sur « Théâtre, atelier de mise en voix et TICE : présentation de trois sujets de mémoire de M2 (journée du 11 mars 2015) »

  1. Chouette ! Merci chère Maeve pour cette mise au point de ma présentation 🙂 malheureusement Je viens de la constater…..

  2. Merci Maeva de faire ainsi le lien entre trois travaux de recherche : vos pointez très bien ce lien fort qui repose sur une professionnalité située et réfléchie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.