ERRANCE, Raymond Depardon.

En me rendant dans ma bibliothèque de quartier afin d’y trouver un livre de Belting sur l’anthropologie des images, je suis tombée par hasard sur Errance de Depardon. Je l’ai emprunté pour y jeter un coup d’œil et je me suis laissée porter jusqu’à la fin. Le photographe propose un monologue, comme « une autre voie parallèle aux photographies » (Depardon, 2000 : 34). Il explique construire une sorte de chemin de fer : d’un côté la photo, de l’autre le texte. Il souhaite donner une voix à la photographie, lui associer une parole. Ecrire est pour lui une nécessité, il lui faut poser des mots simples, tout comme il fait des photos simples (Ibid., 46).

 

Je me suis laissée porter par ses paroles, j’entendais le texte et je ressentais même le besoin à certains moments de lire à haute voix, pour mieux l’entendre raisonner. Il s’agit d’une parole par laquelle le photographe nous dévoile une part de sa personne, son travail, ce qu’il a pu penser dans certaines circonstances en travaillant sur ce projet mais aussi avant cela. Il exprime ses peurs, ses frustrations, ses envies. Il effectue et nous fait effectuer un voyage en lui-même en somme.

 

Une lecture surprenante qui donne envie de découvrir le travail de Raymond Depardon aussi bien en photographie qu’au cinéma, une bonne surprise.

 

Cette lecture, en plus de m’avoir captivée, m’a appris beaucoup sur la démarche du photographe et sur les choix qu’il fait. Est née alors l’idée d’un projet dans le cadre d’une classe de FLE. Il s’agirait, après avoir donné un aperçu de cet ouvrage aux étudiants, de leur proposer de pratiquer à leur tour la photographie et de constituer une sorte de mini récit pour accompagner des photographies autour d’un thème. Il serait possible d’envisager que chacun participe afin de fabriquer un livret qui serait le résultat du travail de la classe. Ce qui me paraît intéressant est le fait de passer par la pratique pour amener les étudiants à avoir une attitude réflexive sur leur démarche. Ils pourront identifier leur positionnement dans la photographie, justifier leurs choix concernant le format, le cadrage, les couleurs, la lumière, la composition etc. Par la suite, ils pourront transférer cette réflexion dans le cadre de leur propre pratique sur des photographies culturellement reconnues. La démarche leur apporterait des pistes de lecture, d’analyse et d’interprétation, pousserait les apprenants à s’interroger sur la place de l’artiste et à faire des inférences sur ses intentions.

 

 

Je vous laisse bien sûr avec quelques images extraites de cet ouvrage.

 

 

 

 

 

Depardon, R. 2000. Errance. Paris, Seuil, 160 p.


Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.