Compte-rendu de pré-soutenance : Les langues kanaks et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie

par Marine Robaut-Guyen

La Nouvelle-Calédonie est un « microcosme de mixité linguistique ». Elle comporte 28 langues kanaks en son sein bien que seul le français soit langue officielle, les autres langues étant langues minoritaires. La situation linguistique est très complexe sur ce territoire, dans la mesure où on fait face à une grande diversité linguistique au sein d’une culture francophone, et dans un environnement anglophone. Le français correspond à la langue des Institutions, de l’administration, alors que les langues parlées par les habitants diffèrent de cette langue. On remarque alors une hétérogénéité des situations linguistiques puisque les enfants de Nouvelle-Calédonie parlent chez eux une langue kanak mais doivent apprendre le français à l’école, qui constitue pour eux une langue inconnue. Les langues kanaks étaient interdites d’usage dans les écoles pendant de nombreuses années, ce qui est le cas pour beaucoup de langues régionales de France, que ce soit en France métropolitaine ou à l’Outre-Mer. Ces langues furent longtemps réprimées, c’est pourquoi elles sont de nos jours considérées comme étant des langues en danger, qu’il faut à tout prix promouvoir afin d’éviter leur disparition. Il s’agit du principal combat des langues minoritaires qui doivent sans cesse se défendre face à la langue officielle qui, bien souvent, est toute puissante et essaye de soumettre les langues minoritaires qu’elle côtoie.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts


2 réflexions sur « Compte-rendu de pré-soutenance : Les langues kanaks et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie »

  1. Bonjour Mathilde,

    Je ne sais pas si tu as déjà vu ce livre (sûrement, mais au cas où !)

    SALAÜN Marie, 2013, Décoloniser l’école ? Hawai’i, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines.

    L’auteur explique en effet les enjeux actuels de la sauvegarde de ces langues ancestrales, mais également la difficulté à faire entrer ces apprentissages d’une culture autochtone dans la forme scolaire française. Que siginifie transmettre à l’école des savoirs qui jusque là se transmettent oralement ? Peut-on faire des évaluations sur l’apprentissage de ces savoirs qui sont avant tout pratiques ?

    Et bien d’autres défis, qui montrent que même avec toute la bonne volonté, il peut être également dangereux de vouloir imposer à tout prix les cultures et langues d’origine à l’école.

    La question mérite donc d’être pensée : Comment faire face à l’extinction de toutes ces langues ancestrales, sans les appréhender à travers le filtre des langues dominantes actuellement ?

    Bon courage… !

    http://ife.ens-lyon.fr/vst/Ouvrages/DetailPublication.php?parent=racine&id=854

  2. Merci Mathilde pour cet état écrit de votre présentation. Il aurait été intéressant d’ajouter quelques éléments sur l’échange qui a suivi avec vos camarades et ce que cela vous a apporté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.