Apprendre la langue en s’écoutant la lire

Dans le cadre du Séminaire au Quai Branly « histoires de gestes », dirigé par Serge Martin et Aline Bergé, nous avons rencontré Patrick Fontana. Cet artiste multimédia, ancien comédien et musicien, nous a présenté le travail qu’il mène avec des migrants qui apprennent le français dans le cadre de cours au sein de la structure EMAUS.

Cet « amateur de Ghérasim Luca », ainsi qu’il se présente lui-même, a justement décidé de se servir des textes de ce poète, en apparence difficile d’accès et d’autant plus pour des personnes qui ne maîtrisent pas sa langue d’écriture.

Après de nombreuses séances de lecture à voix haute collective, de travail du texte presque mot par mot, il emmène les participants à la radio, où leur voix, lisant à tour de rôle des bouts de poésies de Luca, est enregistrée.

Le résultat est impressionnant.

C’est comme si quelque de physique se passait à entendre tous ces accents dans chacune des syllabes des poésies de Ghérasim Luca. On dirait que les mots de sa poésie sont là comme pour être touchés, non pas effleurés mais percutés, et on a l’impression, à écouter tous ces apprenants dont la prononciation est un obstacle, une sorte d’arrêt, qu’ils jouent les mots du poète comme un instrument, ce qui fait vivre la forme (comme je l’ai dit, physique) de cette poésie. C’est comme si la difficulté langagière des apprenants se mariait parfaitement à la difficulté de la poésie de Ghérasim Luca, autrement dit, comme si cette poésie ne pouvait se lire autrement qu’en en faisant écouter la difficulté.

Leur prononciation, du coup, est parfaite.

Quelque chose d’extrêmement beau à l’écoute émane de ces voix qui font voix ensemble et surtout qui arrivent à rendre sienne cette langue qu’ils ont dû auparavant manier avec gêne et peut-être peur.

Ce qui est intéressant à « l’utilisation » des textes de Ghérasim luca, comme l’a dit Patrick Fontana, c’est que cet auteur fait imploser la notion d’identité, d’exil, puisqu’étant lui-même étranger mais ayant fait du français sa langue il a choisi d’écrire dans un français qui ne semble pas correspondre à cette langue qu’on veut nous apprendre à l’école. On dirait donc que c’est la langue parfaite pour créer un lien entre toutes ces langues des différentes identités qui forment la classe de FLE.

La poésie lie les apprenants, leurs histoires, leurs langues et la langue du pays dans lequel ils vivent actuellement. Selon Patrick, Ghérasim Luca est parfait dans cette situation parce que « sa langue te fait être là, de façon corporelle. »

 

Une magnifique expérience qui prouve à quel point il faut sortir du cloisonnement typique entre œuvres « trop difficiles » et « faciles » d’accès surtout pour des apprenants étrangers. Comment peut-on ne pas voir que ce sont précisément les migrants qui vont le mieux comprendre et aimer les aspérités d’un texte ? Ils vivent déjà ces aspérités au quotidien… Leur faire travailler ces obstacles leur donne une vraie place dans la langue.

images

Par la langue aussi, naît l’écoute : cette idée d’enregistrer leur voix et leur faire écouter créé la nécessité de se connaître et de se reconnaître, et surtout, de s’entendre capables de parler (aussi bien ») cette langue qu’ils apprennent avec difficulté.

Il s’agit là pour moi d’un magnifique exemple du pouvoir de la littérature : en créant sa propre voix dans les textes de Luca, les migrants apprennent la langue d’une façon qui les inclue directement dans le processus d’apprentissage. En lisant à voix haute, en prononçant et donc en vivant ces textes, ils créent eux-mêmes leur nouvelle langue.

Leur participation active est clairement reflétée par ces photographies qui ont accompagné l’enregistrement que Patrick Fontana nous a donné à écouter : en cercle, concentrés sur leur feuilles mais faisant des gestes en même temps qu’ils lisent, ces apprenants vivent la langue d’une façon très corporelle, présente et donc active.

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts


2 réflexions sur « Apprendre la langue en s’écoutant la lire »

  1. En effet, je pense comme toi qu’il est très important, pour proposer une place aux migrants dans notre société, de leur proposer une vraie place dans la langue, et notamment grâce à des textes qui ne sont pas que fonctionnels. D’une part pour valoriser les apprenants, et d’autre part, effectivement, dans l’intérêt du texte poétique, qui acquiert ainsi une nouvelle dimension.

    C’est cette piste qu’explorent inlassablement deux grands metteurs en scène contemporains, Peter Brook et Ariane Mnouchkine, qui travaillent toujours avec des acteurs provenant de diverses parties du monde. Pour l’un comme pour l’autre, cette diversité de physiques et d’accents permet d’accéder à l’essence même du théâtre, ce noyau poétique universellement signifiant, dont ils sont à la recherche depuis leurs débuts dans le théâtre. C’est-à-dire que c’est dans cette multiplicité d’accents que Peter Brook comme Ariane Mnouchkine cherchent les fondements du théâtre.

    A la fois sociale et poétique, l’oeuvre de ces deux grands artistes mérite d’être observée de plus près, notamment à l’heure de se confronter à l’altérité…

  2. merci beaucoup Carla pour ce compte rendu engagé… Je crois qu’on a assisté à une belle démonstration en actes de la force de la lecture quand elle n’est pas prise dans les filets de l’instrumentalisme et qu’elle laisse venir la voix qu’on ne se connaît pas… (voir: http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LFA_150_0103)

    Sur Luca, je me permets de renvoyer à cette présentation (en attendant le numéro de la revue Europe qui lui sera consacré): http://martinritman.blogspot.fr/2008/11/ghrasim-ghrasim-luca-bordeaux-le-8.html
    On peut suivre le travail de Patrick Fontana ici: http://fofana.free.fr/luca/frameset.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.