Le questionnaire: Quels objectifs? Quelles démarches ?

Le questionnaire est l’une des trois grandes méthodes pour recueil de données. C’est une méthode de recueil des informations en vue de comprendre et d’expliquer les faits. Les deux autres méthodes les plus couramment utilisées étant l’entretien et l’observation. Si l’entretien et l’observation sont des méthodes individuelles et collectives, le questionnaire est une méthode qui est uniquement collective. C’est une méthode quantitative qui s’applique à un ensemble (échantillon) qui doit permettre des inférences statistiques
Ghiglione distingue les objectifs suivants :
1 : L’estimation : il s’agit d’une collecte de données, d’une énumération de ces données. C’est la démarche la plus élémentaire dans le questionnaire. On ne cherche pas à comprendre les données, on cherche à les mettre à plat.
2 : Description : il s’agit de retirer des informations qui décrivent les phénomènes subjectifs qui sous-tendent les phénomènes objectifs et d’expliquer ainsi les phénomènes objectifs, comme les motivations, les représentations et les opinions.
3 : La vérification d’une hypothèse : il s’agit ici d’une démarche déductive, le questionnaire devient un outil pour confirmer ou infirmer une hypothèse.
La valeur d’un questionnaire dépend des objectifs sous-jacents à l’étude. Pour cela, il est nécessaire de:
A : Définir l’objet de l’enquête : Sur quoi porte l’enquête, ainsi que les moyens matériels.
B : Les objectifs et les hypothèses de l’enquête : Qu’est-ce que l’on cherche à mettre en évidence, qu’est-ce que l’on veut vérifier ? La définition des objectifs est impossible sans définition des hypothèses générales de l’enquête.
C : Déterminer la population d’enquête ou l’univers de l’enquête : On appelle l’univers de l’enquête l’ensemble du groupe humain concerné par les objectifs de l’enquête.
D : Terminer l’échantillon : C’est-à-dire combien d’individus seront retenus par rapport à l’univers.
E : Le projet du questionnaire : Il s’agit de poser les questions principales par rapport à l’objet de l’enquête.Une fois le projet clairement établit, le plus gros de l’élaboration du questionnaire est fait.
F : Le prétest: Il s’agit d’une phase fondamentale, souvent négligée, qui consiste à mettre à l’épreuve le questionnaire par rapport à quelques individus, autrement dit à le tester.
G : La rédaction définitive du questionnaire.
Et l’auteur considère les deux dernières démarches : H : Le dépouillement et le codage des résultats et L’analyse des résultats en relation avec les objectifs de l’enquête.

Référence : Ghiglione, R. (1987). Les techniques d’enquêtes en sciences sociales. Paris : Dunod
Vilatte, J. C. (2007). Méthodologie de l’enquête par questionnaire. Université d’Avignon.



Citer ce billet
sara senobari (2015, 7 mars). Le questionnaire: Quels objectifs? Quelles démarches ? art, langage, apprentissage. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy0j

4 réflexions sur « Le questionnaire: Quels objectifs? Quelles démarches ? »

  1. Concernant une autre des méthodes de recueil de données, l’entretien, je conseille L’enquête et ses méthodes ; l’entretien (2ème édition), d’Alain Blanchet et Anne Gotman (2014). Il s’agit d’un petit ouvrage, rapide et facile à lire, et qui apporte de nombreuses précisions et indications afin de mener à bien un entretien.

  2. Un article très intéressant qui arrive justement au moment où je suis entrait d’analyser une enquête menée auprès de plus de 200 élèves de collège et de lycée en Catalogne. La grande difficulté à laquelle je me confronte est de savoir ce que je vais garder de ce questionnaire.
    Il s’agit d’un questionnaire que j’ai imaginé lors de ma première enquête de terrain, en octobre, alors que les hypothèses pour mon mémoire venaient d’être pensées et que je ne pouvait pas encore savoir comment les observations et entretiens allaient modifier mon point de vue sur le sujet que je traitais. Dans un souci d’objectivité, j’ai gardé pour ma deuxième enquête de terrain, celle de février, le même questionnaire, alors même que mon changement de perspective sur l’enseignement catalan m’obligeait à juger certaines questions que j’avais posées au début comme inutiles ou mal formulées. Je me dis qu’il s’agit maintenant de comprendre ce que je cherchais comme réponses avec mes premières questions et ce que les réponses des élèves à des questions qui me paraissaient évidentes et faciles posent comme problème. C’est dans le lien difficile entre premiers objectifs et résultats finaux que je pense pouvoir tirer des conclusions…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.