Paysage linguistique et état actuel du français: le cas, Algérie.

2003-03-02-et-03-FRANCE-ALGERIE-CHIRAC-IMMIGRATION-ISLAM
La situation linguistique en Algérie a été, depuis la mise en place de la politique d’arabisation, caractérisée par – pour emprunter l’expression à Dourari(2007) – « un brouillage de repère ». A ce titre, l’Algérie et les Algériens vivent une insécurité linguistique alarmante due à la cohabitation conflictuelle de plusieurs langues :
-L’arabe dialectal- avec ses composants phénicien, arabe et berbère – parlé par la majorité des Algériens et dont l’usage remonte au 13ème siècle
-L’arabe classique, langue du Coran et de l’islam enseigné à l’école, présente dans les médias et affectée à des usages sacrés.
– Le tamazight, avec ses différentes variations linguistiques, parlé par une minorité ethnique (reconnue langue nationale à partir de 2002)
– Le français, langue de partage, présent dans le parler algérien et enseigné à l’école comme langue étrangère dès la deuxième année primaire.
Dès un âge précoce, l’Algérien est confronté à une ou plusieurs de ces langues. Toutes les recherches à ce sujet confirment l’absence d’une zone monolingue dans ce pays. Cette situation un peu complexe est bien résumée par K.Taleb Ibrahimi (1995 : 22) :« Les locuteurs Algériens vivent et évoluent dans une société multilingue où les langues parlées, écrites et utilisées, vivent une cohabitation difficile, marquée par le rapport de compétition et de conflit qui lie les deux normes dominantes (l’une par la constitutionalité de son statut officiel, l’autre étrangère mais légitimée par sa prééminence dans la vie économique) d’une part, et d’autre part par la constante et têtue stigmatisation des parlers populaires).» Ce malaise linguistique est vécu à partir de la première année préparatoire où l’enfant confronte sa langue maternelle à celle de l’école (l’arabe classique). L’introduction du français, une année plus tard, aggrave ce sentiment. Au lieu de bâtir l’acquisition de ces langues sur la langue maternelle, l’école algérienne, à contre-nature, essaye de la lui confisquer. Le résultat ne peut être que dramatique non seulement pour l’arabe, le tamazight mais aussi les langues étrangères. Devant cette situation linguistique, examinons de près l’état actuel de la langue française et ses perspectives futures.

Le français s’est beaucoup plus implanté qu’il ne l’avait fait durant l’ère coloniale. Un grand nombre d’institutions administratives, notamment celles des secteurs économiques et banquiers continuent à fonctionner en langue française. Le français est aussi omniprésent dans l’environnement et le quotidien des Algériens.Des journaux aux revues, du simple avis au rapport de plusieurs pages en passant par l’ordonnance du médecin et les conférences, tous ces domaines où la langue française est présente reflétant, ainsi, l’importance du public visé. Cette situation ambivalente que vit la langue française en Algérie et bien décrite par Sebaa (2002 : 85):« Sans être la langue officielle, la langue française véhicule l’officialité. Sans être la langue d’enseignement, elle reste la langue de transmission du savoir. Sans être la langue identitaire, elle continue à façonner l’imaginaire culturel collectif de différentes formes et par différents canaux. Et sans être la langue d’université, elle est la langue de l’université. Dans la quasi totalité des structures officielles de gestion, d’administration et de recherche, le travail s’effectue encore essentiellement en langue française. » L’Algérie est le plus grand pays francophone après la France qui ne fait pas…encore… partie de la Francophonie.

bibliographie:
Taleb Ibrahimi K. (1995), Les Algériens et leurs langues, Alger: Editions El Hikma.
Sebaa R. (2002) L’Algérie et la langue française: L’altérité partagée, Oran : Dar ElGharb


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.