OUI MAIS, les enseignants ne sont pas assez formés…

 

le chat

En me penchant sur l’utilisation de la photographie culturellement reconnue en classe de langue je ne cesse de lire, dans divers articles, que les enseignants ne sont pas formés. Selon moi cet argument est discutable et je souhaiterais donc par ce billet soulever la question de la formation des enseignants.

 

 

Commençons par évoquer l’hypothèse selon laquelle il est nécessaire d’acquérir des compétences spécifiques afin d’utiliser des supports visuels en classe de langue. En assistant à une table ronde[1] au CentQuatre sur la médiation jeune public dans le cadre d’expositions photographiques et dans le cas présent dans le cadre du festival « Circulations », j’ai été interloquée par l’intervention de Jean Bourbon, directeur des publics au CentQuatre. Il a expliqué que le CentQuatre était un lieu d’appropriation possible par tous qui visait à rendre l’art « naturellement » accessible, que l’enfant était « capable », qu’après avoir observé une photographie il nous racontait des choses sans s’appuyer sur un savoir et que cela permettait de dire que « personne n’a raison sur l’œuvre ». Il est vrai que la photographie peut être un support déstabilisant : que dire sur une image ? Est-il possible d’en parler pendant une heure voire deux ? Cependant si l’enseignant accepte de ne pas être un professeur d’art, puisqu’il ne l’est pas c’est évident, de ne pas dicter une façon de lire l’œuvre qui aurait une valeur de vérité absolue, il peut alors être ce qu’il est en temps que professeur de langue : un animateur. Il peut initier la discussion, et les échanges et apporter par l’intermédiaire de la parole un regard sur l’œuvre qui n’aurait ni plus ni moins de valeur que celui de chacun des étudiants puisque quoi qu’il arrive à la fin « personne n’a raison sur l’œuvre ». C’est le regard de chacun et le fait que tous ces regards soient complémentaires qui apporte de la valeur au discours produit sur la photographie. Si selon Jean Bourbon l’enfant est « capable » et si le fait que son discours ne s’appuie sur aucun savoir lié à la photographie est justement ce qui le rend passionnant alors pourquoi l’enseignant, adulte, ne serait-il pas lui aussi capable, sans formation préalable, d’utiliser des supports photographiques en classe de FLE.

 De plus, il est important de préciser aussi que la photographie n’est pas envisagée comme unique forme de support à l’enseignement du français comme langue étrangère. L’enseignant pourra, en restant dans le cadre de l’étude de photographies, amener le travail sur l’image avec des études de textes en rapport avec l’artiste, sa démarche, une exposition etc. Il pourra aussi évidemment utiliser des supports et se pencher vers des thèmes qui n’ont rien à voir avec la photographie. Il s’agira simplement de venir diversifier la nature des supports utilisés afin d’éviter la monotonie et de favoriser la motivation des apprenants. Pour revenir sur le fait que l’enseignant serait capable d’envisager la photographie tout comme l’enfant l’est alors que son regard n’est pas forcément influencé par un savoir, on pourrait aller jusqu’à dire qu’il s’agit en fait de ne pas concevoir la classe de langue comme un espace dans lequel enseignants et étudiants s’opposent de façon binaire, il est d’ailleurs évident que l’enseignant ne sait pas tout sur tout. Il s’agit de concevoir la classe comme une co-construction. L’échange se fait dans les deux sens et il est d’ailleurs probable que certains apprenants aient des compétences spécifiques en photographie et puissent faire part de leurs connaissances. Cette éventualité serait bien sûr à envisager comme un apport particulièrement positif qui permettrait par la même occasion de valoriser les savoirs des apprenants.

Pour revenir sur la question de l’aptitude des enseignants à enseigner en utilisant l’image comme support, Anne Gavarret, conseillère pédagogique en arts visuels au rectorat de Paris, explique que les difficultés que les enseignants mentionnent en matière de didactique de l’image sont dues à la nature même de cette dernière. Le concept est toujours fluctuant et le champ des images est immense puisqu’il s’étend dans le temps et dans l’espace, à travers des techniques et des champs d’application variables. Selon elle, les enseignants font fasse à une difficulté « de posture » qui les « ébranle dans cet aspect si important de leur identité professionnelle : leur rôle de pédagogue ». Ils sont constamment préoccupés par le fait d’avoir à « introduire de la méthode et de la clarification là où le sens est diffus et épars, toujours à reconstruire » (Gavarret, 2010 : 34). Anne Gavarret fait mention d’idées reçues face aux œuvres d’art qui vont dans le sens de la nécessité d’une formation pour mieux s’en détacher. Elle dénonce quatre idées répandues selon lesquelles l’analyse de l’œuvre d’art dénaturerait cette dernière, en interprétant on ne pourrait être certain de respecter l’intention de l’artiste, notre démarche serait donc « hasardeuse » et il serait nécessaire de posséder une grande culture pour aborder ces œuvres et que les professeurs, n’étant pas des spécialistes, ne seraient pas suffisamment formés pour cela. Si une formation existait, elle n’aurait pas pour but de former les enseignants à devenir des spécialistes en la matière mais de les aider à « désacraliser l’œuvre en risquant des interprétations, étayées sur des connaissances, certes, mais en sachant que l’œuvre peut échapper à son auteur comme à son époque. » (ibid., 34). L’œuvre deviendrait une œuvre ouverte et ne rendrait plus le spectateur muet.

En revenant sur ce que nous avons évoqué précédemment on pourrait donc aller jusqu’à dire que c’est la posture du professeur qui est à remettre en question. L’enseignant, qui plus est dans le cadre de l’enseignement du français langue étrangère, est entre autre caractérisé par une polyvalence certaine qui nait de l’étendue des thématiques qu’il peut avoir à couvrir dans le cadre de ses cours. En parcourant Alter Ego 3 on remarque que parmi les thèmes évoqués figurent l’image des personnalités politiques, la poésie, la société de consommation, les titres de presse, la mobilisation des associations pour des causes variés, la réintégration des ours dans les Pyrénées, la justice etc. (Alter Ego 3, 2007). Pour citer un autre exemple, dans Version Originale 2 on peut trouver l’Union Européenne, l’immobilier et sa rénovation, le bien être, le traitement des maux, les changements climatiques, Molière et la théâtre à la française etc. (Version Originale 2, 2010). Pourtant, il est évident que l’enseignant en FLE n’est ni analyste politique, ni poète, ni journaliste, ni juriste, ni médecin et la liste n’est pas exhaustive. Cela ne l’empêche pas de se pencher sur des sujets liés à ces spécialités dans le cadre de ses cours et on ne lui reprochera jamais de ne pas être spécialiste de tous ces domaines. Pourquoi alors aurait-il besoin d’être spécialiste de l’art pour aborder l’image photographique culturellement reconnue ? Si l’enseignant ne peut évincer complètement son rôle de pédagogue au sein de la classe, il est probablement aussi bon qu’il se mettre parfois au niveau de ses apprenants et qu’il fasse de la classe une co-construction. Lorsque l’on touche à l’art, c’est justement le partage des regards et le croisement des interprétations qui sont au cœur de l’étude.

 

 

 

[1] « Photographie : la médiation jeune public en question » : table ronde, Paris, CentQuatre, 31 janvier 2015.

Denyern, M., Garmendia, A., Royer, C., Lions-Olivieri, M-L. 2010. Version Originale 2 : méthode de français, livre de l’élève. Barcelone Paris : Difusíon Français Langue Etrangère, Maison des langues, 157 p.

Dollez, C. & Pons, S. 2007. Alter Ego 3 : méthode de français B1. Paris, Hachette, 192 p.

Gavarret, A. 2010. « Quels usages pour l’image à l’école ? », Argos, n°46, p. 34.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


4 réflexions sur « OUI MAIS, les enseignants ne sont pas assez formés… »

  1. Bonjour madame,

    Je m’excuse si j’ai pu dénaturer votre propos. Je l’avais pourtant bien compris tel que vous l’expliquez ici et j’avais remarqué l’utilisation du conditionnel mais il est vrai qu’en relisant aujourd’hui je me rends compte que la façon dont j’en ai parlé manquait de clarté et pouvait porter à confusion. J’ai donc apporté une modification dans ce billet afin de rendre explicite le fait que vous ne faisiez pas « qu’évoquer » mais que vous « dénonciez ».

    Merci pour votre commentaire.

    Cordialement.

  2. Bonjour
    Vous avez quelque peu dénaturé mon propos dans l’article d’Argos, en écrivant: « Elle évoque le fait que l’analyse de l’œuvre d’art dénaturerait cette dernière, qu’en interprétant on ne pourrait être certain de respecter l’intention de l’artiste et que notre démarche serait donc « hasardeuse », qu’il serait nécessaire de posséder une grande culture pour aborder ces œuvres et que les professeurs, n’étant pas des spécialistes, ne seraient pas suffisamment formés pour cela. », car précisément ces assertions faisaient partie des 4 idées fausses qui inauguraient mon texte sur les usages de l’image à l’école. Je mettais tout au conditionnel pour énoncer ces idées fausses : « (…) Elles conditionnent certaines idées reçues face aux oeuvres d’art. Nous en dénombrerons quatre :
    – l ‘oeuvre d’art s’épuiserait dans l’analyse, et cette dernière la dénaturerait ;
    – toute interprétation serait hasardeuse, car on n’est pas sûr de respecter l’intention de l’auteur ;
    – pour aborder les oeuvres d’art, une grande culture serait indispensable ; et son corollaire :
    – les professeurs des écoles, polyvalents, ne sont pas suffisamment formés pour cela, ce serait l’affaire de spécialistes. »
    Ce n’est donc pas « elle évoque le fait » que vous auriez dû écrire, mais quelque chose comme « elle dénonce 4 idées répandues selon lesquelles… »
    Pour le reste, on est d’accord.
    Cordialement.

  3. Oui je suis d’accord ! Etre formé à ne pas tout savoir oui ou être formé à accepter de ne pas toujours être formé, c’et un peu un comble !
    Maintenant que j’ai lu encore un peu plus à ce sujet je me rends compte que la question était déjà d’actualité dans les années 90, il y a déjà 25 ans (on l’oublie parfois). Campbell avait écrit un article au titre évocateur :  » Philosophy = Methodology = Motivation = Learning  » dans lequel il opposait deux enseignants face à deux classes et observait la réception faite par les apprenants. La première situation, on peut la rapprocher de ce à quoi tu faisais référence quand tu parlais de maître et d’élève. La seconde en revanche est beaucoup plus ouverte, place l’élève au centre. Il explique que l’élève n’est plus un simple « consommateur » mais aussi une personne « capable de produire, de contribuer et de créer ». Il ajoute que le cours se rapproche ainsi plus d’une « exploration » que d’une « explication », j’ai trouvé ça intéressant.

    Si tu es intéressée la référence de l’article est la suivante, il est disponible sur jstor gratuitement en se connectant à partir de l’université :

    Campbell, L.-P. 1990. « Philosophy = Methodology = Motivation = Learning », The Clearing House, vol. 64, n° 1, pp. 21-22.

  4. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur ce point, et il me semble que ce débat tient à l’Histoire même de l’enseignement, et peut-être du rôle du professeur en France. Pendant longtemps, le professeur était celui qui savait, et qui savait tout, l’élève ne pouvant s’approprier un savoir qu’en se soumettant à la toute puissance de son Maître. C’est-à-dire que pendant longtemps, le Savoir était du côté du Professeur.

    Aujourd’hui, de nouvelles pédagogies ont vu le jour et proposent une remise en question de cette hiérarchie Maître / Elève, en posant le Savoir dans un entre-deux, ou en postulant que ce savoir s’acquiert dans l’action et dans l’interaction. C’est en mettant les mains à la pâte que l’on apprend.

    Mais si le succès de ces pédagogies est vérifié du côté des enfants, il faut encore convaincre les enseignants qu’ils ne sont plus les uniques détenteurs du savoir, puisque celui-ci se construit à plusieurs : plusieurs élèves, mais aussi des élèves et un ou des enseignants.

    Et peut-être que ces pédagogies de l’interaction requièrent alors une formation ! Il s’agirait pour les enseignants d’être formés à ne pas tout savoir, formés à faire confiance aux élèves, formés à se baser sur l’interaction pour bâtir un savoir partagé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.