« Comprendre les évolution du métier de professeur de Fle et les accompagner »: tout un programme

un-arrosoir-qui-verse-de-l-eau-sur-une-plante-verte

Cette conférence intitulée “Comprendre les évolutions du métier de professeur de Français langue étrangère et les accompagner” avait attiré mon attention puisque ma recherche part d’observations de terrain et du constat d’une évolution récente des offres de cours de fle initiées par les praticiens : vers des cours intégrant savoirs linguistiques et savoirs, ou savoir-faire, non linguistiques (artistiques par exemple) et en particulier les cours intégrant apprentissage de la cuisine et apprentissage du français comme langue étrangère.

La conférence a débuté avec l’intervention de P. Sanchez qui représentait le CIEP, organisme à l’initiative de cette journée. Ce discours d’ouverture a fait un bilan intéressant de l’évolution des institutions qui font partie ou qui encadrent le monde du français langue étrangère. Ces changements institutionnels étaient présentés comme une cause mais aussi comme une conséquence des évolutions des pratiques dans l’enseignement du fle. L’importance d’un mouvement ascendant, du terrain vers le cadre institutionnel était donc mise en avant.

Cette entrée en matière a également permis de présenter les différents  intervenants de cette journée qui représentaient à la fois certaines de ces institutions qui encadrent le changement et aident à la généralisation d’initiatives prometteuses et des praticiens innovateurs.

Sans résumer l’intégralité de ce qui s’est dit lors de cette journée à laquelle j’ai assistée, j’aimerais évoquer quelques interventions qui m’ont été utiles dans mon cheminement d recherche.

 

 

L’objet de mon travail m’a amenée à m’intéresser au “comment” de la généralisation de pratiques initiées par des acteurs isolés et aux problèmes posés par une généralisation de telles pratiques lorsque la formation des enseignants en amont n’évolue pas en parallèle. En effet, j’avais constaté que bien que l’intégration de différents types de savoirs dans un même apprentissage soit de plus en plus mise en avant, les enseignants restaient bien souvent des spécialistes de leur discipline première, leur formation étant la plupart du temps très cloisonnée, et devaient construire leurs compétences d’enseignement dans une perspective interdisciplinaire ou d‘intégration des savoirs eux-mêmes. Pour cette raison, l’intervention de J-P. Cuq, président de la Fondation Internationale des Professeurs de Français, m’a aidé à avancer dans mon questionnement.

La FIPF est bien consciente de ce nouveau problème qu’elle a pu observer sur le terrain et bien qu’elle ne puisse agir sur la formation initiale des enseignants qui dépend des états, elle tente de pallier aux lacunes de ces formations à travers la formation continue. La grande majorité des adhérants de la FIPF étant des enseignants du secondaire, les formations continues récemment proposées par l’institution visaient principalement des pratiques qui se généralisent dans les établissements du secondaires à travers le monde et principalement le Français sur Objectif Spécifique (FOS), les techniques dramatiques en classe de langue,  les TIC en classe de langue ou encore l’enseignement intégré de Disciplines Non Linguistiques (DNL) et de langues étrangères. Ces formations montrent la volonté des praticiens de s’adapter à un paysage de l’enseignement du fle en constante mutation. Dans son intervention lors de cette journée,  Manuela Ferreira, responsable du département langue française au CIEP,  a évoqué trois grandes mutation relativement récentes dans le monde du fle et qui entraînent une mutation du métier d’enseignant à savoir l’application du CECRL qui cherche à promouvoir une approche actionnelle de l’enseignement, l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les salles de classes ainsi que la mise en place de politiques linguistiques en faveur du plurilinguisme.

Dans mon travail, je fait souvent le rapprochement entre le développement des cours de langue étrangère par la pratique théâtrale et la pratique culinaire en classe de fle. Ces « ateliers » sont parfois devenus des cours à part entière mais  sont surtout reconnus de nos jours comme des pratiques intéressantes par les institutions du fle et font l’objet, en ce qui concerne le fle par la pratique théâtrale,  de formations continues comme celles de la FIPF . Ces pratiques ont été initiées par des enseignants sur le terrain et sont de plus en plus proposées par les écoles de langues. Certains établissement commencent même à proposer ces activités comme un cours à part entière où les deux types d’apprentissage sont intégrés et non plus comme une activité ponctuelle dans un cours de fle général.

J-P Cuq soulignait également dans son intervention l’importance des sondages et des enquêtes de terrain faites par la FIPF afin de mettre en évidence les pratiques émergentes et intéressantes qui nécessitent une aide des institutions qui encadrent l’enseignement du fle afin d’être généralisée, cette généralisation des pratiques  passant bien entendu par une généralisation de la formation. La mutualisation est donc la clé dans le développement de ces pratiques innovantes. Néanmoins, le président de la FIPF s’est empressé d’ajouter qu’une application universelle des méthodologies d’enseignement serait une erreur puisqu’il est nécessaire de prendre en compte chaque contexte et ses spécificités.

Ainsi, cette intervention m’a permis de réaliser à quel point ces nouvelles formes d’enseignement des langues auxquelles je m’intéresse dans mon travail de recherche sont au coeur des approches émergentes dans le paysage de l’enseignement des langues étrangères en général et du fle en particulier.

 

 

 

Comme je l’expliquais précédemment, mes recherches partent d’une observation du terrain et d’initiatives de praticiens, d’enseignants de fle, qui ont choisi de mettre en place des activités innovantes dans leur classe de langue. J’ai donc tout particulièrement apprécié les interventions des professeurs de fle qui ont choisi, eux aussi, de mettre en place de nouvelles pratiques avec leurs étudiants.

Une des représentante des enseignants de fle aux pratiques novatrices venait de Suède et témoignait des bénéfices de l’interdisciplinarité dans les écoles d’immersion à l’étranger. Elle expliquait combien ces projets permettent d’ancrer d’avantage l’apprentissage du français dans la réalité du monde actuel et de renforcer la collaboration entre les enseignants, notamment en France où ils sont souvent perméables à ce type de projet du fait de leur formation initiale cloisonnée.

Un autre enseignant de FLM a évoqué son travail d’écriture sur les réseaux sociaux et sur un blog avec ses étudiants de première. Son travail souligne l’importance de faire sortir l’apprentissage du cadre artificiel que constitue la salle de classe et de l’ouvrir au monde dans lequel les apprenants évoluent. Bien que cela semble compliqué étant donné l’ampleur des programmes de l’éducation nationale notamment dans les classes du lycée, cet enseignant a expliqué que ce projet n’est pas le sien mais celui de ses étudiants et qu’il n’y consacre qu’une infime partie du peu d’heures de cours dont il dispose pour “boucler les programmes”.

 

 

Ces initiatives montrent donc l’importance pour les enseignants de multiplier les initiatives qui permettent d’ouvrir la classe au monde extérieur et d’exposer les savoirs transmis à un contexte réel. C’est ici que réside il me semble le lien avec l’objet de mes recherches. Les cours qui proposent d’apprendre le français à travers la pratique artistique, théâtrale ou encore culinaire font partie d’une tendance générale liée à un ressenti et une demande des acteurs du terrain de concrétiser un apprentissage trop longtemps rendu abstrait par une focalisation sur la langue comme objet d’apprentissage unique et non pas comme moyen d’accéder à d’autres savoirs et d’autres expériences.

 


5 réflexions sur « « Comprendre les évolution du métier de professeur de Fle et les accompagner »: tout un programme »

  1. Oui tout à fait. Et c’est intéressant d’observer que dans les deux cas on parle d’ « ouverture » de la classe vers le monde extérieur, alors que dans un cas il s’agit aux élèves de sortir découvrir ce monde, et dans l’autre d’accueillir ce monde à l’intérieur.

    C’est donc en étudiant ces termes employés que l’on se rend compte que l’école aussi crée ses propres catégories, et qu’elle désigne toujours les autres en fonction d’elle-même…

    Raison de plus pour aller comprendre comment ces classifications changent selon le point de vue !

  2. C’est vraiment intéressant comme projet de classe ! Je pense que dans le même esprit l’intervention des parents nés à l’étranger dans les classes de leurs enfants ouvrent également la classe au monde et donne aussi ces effets positifs cognitifs et affectifs que tu évoquais. Dans ce cas de figure, c’est le monde extérieur qui entre dans la classe et non les élèves qui vont vers lui mais je pense que les deux pratiques sont très intéressantes. Lors de ces interventions de leurs parents, le sentiment de fierté des enfants à la vue d’une reconnaissance collective de la culture de leurs pairs est frappant. Ces interventions sont aussi l’occasion de cuisiner ou de partager la nourriture traditionnelle de la culture mise à l’honneur ou encore d’organiser des jeux typiques de cette culture ce qui permet d’aborder les langues mais aussi une culture et un mode de socialisation qui leur sont associés.

  3. Oui je m’excuse pour cet oubli. J’avais rajouté la date après lorsque je m’en étais rendue compte mais la modification n’avait pas été prise en compte. Je viens de réessayer, j’espère que cela fonctionnera cette fois.

  4. Merci beaucoup Angèle pour ce compte rendu très engagé et bien articulé avec votre propre recherche. Il manque une seule chose pour notre gouverne: où et quand a eu lieu cette rencontre ?

  5. Je suis d’accord avec ton idée d’ouvrir la classe sur le monde extérieur, notamment parce que cela donne plus de sens aux apprentissages, et a donc des effets à la fois cognitifs et affectifs. Dans un autre domaine, celui de l’Eveil aux langues, l’asociation DULALA a rélisé l’année dernière une enquête avec les enfants dans Montreuil, qui devaient aller demander aux commerçants s’ils parlaient d’autres langues, et comment on disait le mot « chat » dans leur langue. Les enfants se sont ainsi sentis extrêmement responsabilisés par le projet, et cette confiance leur a permis de faire des hypothèses linguistiques, des rapprochements entre plusieurs langues, etc…

    Cette vidéo retrace ce parcours, et je trouvais intéressant de comparer une pratique de FLE avec une démarche d’Eveil aux langues !

    http://youtu.be/yMe9zHp20ZQ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.