Mes premières pages pour le mémoire : problématique et questions de recherche

Problématique de mon sujet de recherche

Actuellement, la maitrise d’une langue étrangère est une compétence capitale. D’une part, parce que le temps d’aujourd’hui est à la mondialisation, et d’autre part, l’aptitude à parler une langue étrangère est le gage d’une accession rapide dans le domaine professionnel et scientifique.

Par ailleurs, le cas du français en Algérie est encore plus éloquent quant à la nécessité de sa maitrise. Non seulement il facilite l’insertion dans le marché du travail, mais il est de surcroît profondément ancré dans la société, ce qui lui confère un statut particulier. Cela transparait à travers l’école (apprentissage du français dès la troisième année primaire), l’Université (enseignement des filières scientifiques en français), les médias (il y a autant de journaux francophones qu’arabophones), et même la culture. D’où l’importance de son acquisition. Et c’est cela qui nous a mené à nous intéresser aux étudiants de français langue étrangère.

Lesdits étudiants doivent donc se doter d’une maîtrise conséquente dans cette langue afin d’être compétitifs à la fois sur le plan scientifique (continuation du cursus et recherche universitaire), que sur la plan professionnel (enseignement). Et cette compétence n’est pas due seulement au volume horaire ou à la densité du programme, mais également à l’adaptation du système éducatif universitaire aux donnes des nouvelles technologies. En effet, les TIC s’imposent de plus en plus comme des outils indispensables pour la diffusion des savoirs et du savoir linguistique, et surtout comme un moteur de motivations qui influent nécessairement sur la compétence langagière. Maints études tendent à démonter que les étudiants qui ont recours aux TIC (réseaux sociaux, forums ou blogs par exemple) et qui partagent les informations, les discutent, les refusent ou les acceptent, avantagent l’aspect communicationnel, efficace pour l’acquisition d’une langue. Subséquemment, cette interactivité développe une motivation indéniable (Bracewell et Laferrière, 1996). Cependant, il serait très hâtif de déclarer de manière systématique le rôle positif des TIC dans l’acquisition d’une langue. Leur intégration par les apprenants et les enseignants doit être vue de près et mieux analysée. D’où notre problématique : l’utilisation des TIC par les étudiants du FLE dans l’apprentissage et spontanément est-elle efficiente quant à l’acquisition des savoirs et le développement des compétences linguistiques des étudiants ?    

 

Questions de recherche

La problématique globale, qui consiste à saisir le degré d’efficacité des technologies de l’information et de la communication dans l’apprentissage de la langue française, donne lieu à de multiples questionnements.

  • D’abord, l’étudiant. L’interrogation portera sur les TIC par rapport à leur capacité de motiver l’étudiant. En effet, celui-ci par exemple se penche de plus en plus vers ces nouvelles technologies pour ses recherches au détriment de la consultation traditionnelle du livre. Ainsi, les TIC constitueraient-elles un facteur de motivation ?
  • Ensuite, la compétence linguistique. la question des TIC sera abordée frontalement par rapport au savoir linguistique. Est-ce que la communication via les TIC va accroitre la compétence linguistique de l’étudiant ? Sachant que les TIC jouent un grand rôle  dans  communication, nous tenterons de voir comment celle-ci influent d’abord sur la compétence orale, et par la suite sur la compétence écrite.
  • Enfin, les besoins de l’étudiant. Quels sont les véritables besoins des étudiants en matière de TIC ? L’intérêt de cette question consistera majoritairement à s’interroger sur les besoins réels des étudiants par rapport aux TIC. Quels genres de TIC seraient adéquats à l’apprentissage d’une langue étrangère? Comment doivent-ils être utilisés et dans quels cas ?

Dans ce cas là, l’interrogation principale est de saisir quelles TIC sont adéquates pour l’enseignement des étudiants et comment  les TIC acquièrent-elles le statut  de TICE ?

 

 


3 réflexions sur « Mes premières pages pour le mémoire : problématique et questions de recherche »

  1. Ce sujet est très intéressant. Jusqu’à présent, je trouve que les jeunes de niveau primaire, voire même secondaire utilisent très peu la TIC dans l’apprentissage. Par exemple en Afrique, quand on voit un groupe de jeune dans un cyber café, c’est tout juste pour télécharger des images, des musiques,des jeux ou de communiquer avec des amis sur le site facebook. On y va rarement pour faire des recherches. D’un côté j’accuse les enfants, mais d’un autre côté c’est manque de TICE. Ces jeunes ne sont pas sensibiliser sur l’importance de la nouvelle technologie dans l’enseignement et les techniques qu’on doit mettre en place pour que l’internet soit un enseignant à eux. L’internet n’est venu seulement pour le désenclavement, les loisirs mais aussi pour nous apprendre.

    1. Effectivement et merci pour la précision. C’est l’intérêt du travail montrer l’apport des TICE dans l’apprentissage d’une langue étrangère et quels sont les besoins spécifiques des étudiants par rapport au module de TICE dispensé a l’Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.