Les langues de la littérature africaine

Conférence d’Ursula Baumgardt, professeure des universités à l’Inalco, dans le cadre de la journée Afrinalco – Jeudi 29 janvier 2015 : « Littérature africaine, une richesse insoupçonnée et une question de langues »

Le jeudi 29 janvier 2015, l’association des étudiants du département Afrique de l’Inalco a organisé Afrinalco, journée destinée à l’Afrique. C’est dans le cadre de cette journée qu’Ursula Baumgardt a proposé une réflexion sur la littérature africaine. Cette chercheuse a démontré à son auditoire que la littérature africaine, littérature multiple, renferme une richesse insoupçonnée. Sa présentation a été décomposée en trois temps : la littérature africaine écrite en langues étrangères (langues européennes), la littérature africaine écrite en langues africaines et la littérature en langue orale.

La littérature africaine écrite en langue européenne connait son essor dans les années 50, c’est à dire dans la décennie qui précède les indépendances, mais se développe surtout après les indépendances et suite aux décolonisations anglaises et portugaises. Il s’agit d’une littérature à part entière, elle dispose de maison d’éditions et apparait dans les programmes scolaires et universitaires en Afrique mais également en Europe. Littérature dynamique, le corpus de la littérature africaine écrite en langues européennes ne cesse de croitre, puisqu’il est passé de 2000 titres en l’an 2000 à 4000 titres en 2005 (citons entre autres les ouvrages d’Ahmadou Kourouma ou de Mariama Bâ). Cette littérature se reconnait à travers son caractère personnel, les auteur-e-s l’utilisant en général pour décrire leur réalité. Ainsi, durant les années 50, les ouvrages publiés portaient principalement sur la lutte pour l’indépendance ou livraient des réflexions sur les régimes coloniaux, post-coloniaux et sur de possibles tentatives de luttes contre ces régimes. Aujourd’hui, ce sont les thématiques de l’exil et des régimes dictatoriaux qui dominent, sans oublier les voix de femmes qui s’élèvent de plus en plus. Il est cependant reproché à cette littérature de se définir de façon exclusive en lien avec l’Europe. De même, certains auteur-e-s choisissent d’écrire en français afin d’atteindre le plus grand nombre, ce qui leur vaut des retours négatifs et une interrogation majeure : écrire en français ne contribue-t-il pas à marginaliser et à affaiblir les langues et cultures africaines ? Comme l’explique Ursula Baumgardt, c’est justement du fait de son passé de colonisateur que le lectorat européen est si important et qu’ainsi les textes sont le plus souvent écrits en français, c’est pourquoi selon elle il ne faut pas juger les auteur-e-s africains mais plutôt analyser leurs pratiques.

Les écrivain-e-s de littérature africaine en langues africaines, du fait du caractère plurilingue des pays d’Afrique, écrivent en alphabet arabe et latin, et en langues africaines. L’écriture en alphabet arabe s’est développée dans le contexte de l’expansion de l’Islam en Afrique. Peu d’études sont cependant réalisées sur les ouvrages écrits en arabe et sur leurs auteur-e-s. Il aurait toutefois été remarqué que ces derniers publient à la fois en langues nationales et en arabe. L’écriture en alphabet latin connait un réel succès depuis les années 60 notamment à travers les œuvres de Boubacar Boris Diop. Enfin, le fait d’écrire en langues africaines intervient souvent après des succès en anglais et en français. Certains auteur-e-s revendiquent d’ailleurs ce choix de langues, comme Isaie Biton Koulibaly qui a déclaré « je n’aurais pas écrit ce texte s’il avait fallu passer par le français ». La littérature africaine écrite en langue africaine est un domaine très vaste, il serait même impossible d’énumérer toutes les langues africaines, trop nombreuses. Si en Afrique elle s’écrit partout – même dans les pièces de théâtre, c’est grâce à l’édition électronique qu’elle pourra se développer dans le monde et gagner en célébrité.

Enfin, la littérature orale, véritable richesse linguistique du continent africain et pleinement intégrée au sein des pratiques sociales, fait preuve d’une vivacité jamais démontrée. Elle aussi en expansion après la fin des colonisations, elle a su garder une dynamique propre. Néanmoins, comme les langues orales, n’étant pas écrite, la littérature orale est fortement dépréciée dans la hiérarchie littéraire et en occupe la dernière place. Souvent perçue comme n’étant pas tout à fait une littérature et relevant de la seule tradition orale, on lui accorde moins d’intérêt. De nombreux chercheur-e-s œuvrent alors pour montrer et redonner de la valeur à la littérature orale, mais également pour en avoir une meilleure connaissance. Dans cette perspective, Ursula Baumgardt a rappelé la nécessité de définir une place en tant qu’objet scientifique aux littératures orales.

La littérature africaine est résolument précieuse pour le continent africain, elle est en effet un moyen privilégié pour transmettre les langues et les cultures. Cette littérature qui mélange créativité, engagement et conviction, mérite ainsi un regain d’intérêt de la part de la communauté internationale. Pour reprendre Ursula Baumgardt, il est maintenant temps d’œuvrer pour le développement des langues africaines, pour élaborer de nouveaux matériaux linguistiques, développer la littérature orale, et surtout encourager le développement et la vie de la littérature africaine.

 


3 réflexions sur « Les langues de la littérature africaine »

  1. De rien 🙂 la littérature africaine mérite que l’on s’attarde sur elle. Quand j’étais en deuxième année de licence d’anglais j’ai suivi un séminaire sur la littérature francophone et nous avions notamment lu « Les soleils des indépendances » d’Ahmadou Kourouma. Cette conférence m’a permis de me replonger dans ses ouvrages, mais également dans ceux d’auteurs comme Mouloud Feraoun ou Assia Djebar qui ont choisi le français comme langue d’écriture.

    Je me suis renseignée sur la situation linguistique du Mali, et j’ai vu que dans ce pays, le français est langue officielle, alors que la langue d’usage des maliens est le bambara, qui est uniquement langue nationale. La situation du Mali est en quelque sorte similaire à celle des pays du grand Maghreb, où le statut officiel du français est acquis de fait, « il véhicule l’officialité bien qu’il ne soit pas officiel » (Majdi, 2009, p.155) ; il bénéficie d’un statut prestigieux, mais est principalement parlé par les élites.

    Le français semble alors être resté pour les gouvernements de ces anciens pays colonisés une référence linguistique, alors que pour les populations tel n’est plus forcément le cas.

  2. Merci une fois encore pour votre compte-rendu. Comme vous l’avez si bien dit, de la période pré-coloniale en passant par la période coloniale à la période post-coloniale, la littérature africaine a progresser. Elle pourrait avoir mieux progressé que ça, si les LAF(Langues Africaines), étaient valorisées (en les utilisant comme langues officielles, langues de scolarisation, langues d’enseignement, langues d’intégration etc.).
    Chers Africains, cessons de faire semblant ( […] consiste avant tout à choisir la voie du laisser-faire, à ignorer les problèmes lorsqu’ils se présentent et à laisser évoluer normalement le rapport des forces en présence. Dans la pratique, il s’agit d’un choix véritable, donc d’une manipulation qui joue toujours en faveur de la langue dominante. […] Un gouvernement peut pratiquer une politique mixte, par exemple, ne pas intervenir à l’égard de la langue officielle mais protéger la ou les langues des minorités. Beaucoup d’Etat pratiquent la non-intervention ou, du moins, une solution mixte alliant non-intervention et intervention). (Jacques Leclerc) .
    Le français langue de scolarisation et d’enseignement en Afrique a été un échec. Par exemple au Mali et au Sénégal 10% seulement maitrisent le français alors que l’école français est là depuis la colonisation. « Au Mali, à peine 10% de Maliens ont une compétence communicative en français (langue 2 au minimum), mais beaucoup la considèrent comme la langue la plus parlée et la plus utile : la divergence est nette entre les usages et les attitudes ». (C. Canut, 1997 : 227).
    Donc je trouve que la réussite est dans les LAF à la place des langues européennes en Afrique.

  3. Merci Maeva pour ce beau compte rendu. Pour aller plus loin avec une bibliographie sur les littératures africaines de langue française: http://www.bnf.fr/documents/biblio_litterature_africaine.pdf
    Oui, c’est surtout dans le théâtre que les langues africaines s’écrivent (je vous conseille de suivre « notre correspondant » au Nigeria qui ne devrait pas manquer d’évoquer ces problèmes prochainement; voyez son carnet de recherche ici : http://atelit.hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *