Un mémoire de recherche…d’accord ! mais pourquoi ?

Troisième et dernier dialogue demandé – dialogue rédigé selon la thématique « faire-refaire »

L’entretien se termine entre un directeur de recherche et son élève…

P : Bon j’espère que j’ai pu répondre à toutes vos questions et que surtout vous avez bien compris mes attentes concernant le mémoire.

E : Oui oui j’ai bien compris…

P : Il y a quelque chose qui ne va pas ? Je n’ai pas l’impression que vous ayez réellement été concentrée lorsque nous échangions ?

E : Oui je me sens un peu perdue, je me demande si je vais être à la hauteur

P : Mais bien entendu que vous serez à la hauteur…vous savez selon moi un mémoire se résume à trois mots clés : méthode – rigueur – curiosité ! Si vous respectez ces mots il n’y aucune raison pour que la rédaction de votre mémoire se passe mal. Et puis si vous avez la moindre question je suis là pour y répondre.

E : Mais j’ai l’impression qu’il y a tant de choses à faire, tant de choses à lire, je n’arrive pas à trier les articles que je trouve, je fais trop de fautes d’orthographe quand je rédige, j’ai l’impression que mon sujet n’est pas intéressant, je…

P : Attendez, je vous coupe mais il faut vraiment que vous vous détendiez, toutes ces questions n’ont pas lieu d’être et vous empêcheront de réfléchir sainement. Je peux vous poser une question : pourquoi avez-vous choisi de faire un mémoire de recherche et éventuellement de faire de la recherche ?

E : Ben en fait je sais pas trop, d’ailleurs je me suis posée cette même question il y a quelques jours ! Peut-être que je n’imaginais pas les choses de cette façon… j’avais fini mon master 1, j’hésitais entre le master 2 professionnel et le master 2 recherche et comme je ne veux pas enseigner alors voilà j’ai choisi cette option. Et puis la recherche ça a l’air intéressant …

P : Mais vous savez que si vous faites de la recherche il y a de forte chances que vous enseigniez à des étudiants. Et pour la recherche, est-ce que vous aimez lire des ouvrages, écrire des articles, préparer des présentations orales ?

E : Je n’aime pas vraiment lire, encore moins écrire et je ne suis pas à l’aise à l’oral…

P : Mais, vous êtes sûre que vous voulez faire de la recherche ?

E : Bof…j’aurais dû devenir pâtissière, comme je le voulais à mes 8 ans !

P : Mais il n’est pas trop tard ! Suivez vos rêves ! Vous voulez être pâtissière, alors allez-y !

E : Vous avez raison ! Merci pour cet entretien !


4 réflexions sur « Un mémoire de recherche…d’accord ! mais pourquoi ? »

  1. Non non Maude, je ne parlais pas de moi:) Après beaucoup d’hésitations scolaires, – dont un BTS commerce international, une licence d’anglais, un master 1 MES, un master 2 en sciences du langage et une année à Sciences Po – j’ai enfin trouvé à travers la sociolinguistique et le plurilinguisme, deux domaines qui m’intéressaient. Je ne vais donc sûrement pas arrêter si près du but! Par contre oui, comme les personnes de mon billet, j’ai moi aussi souvent changé d’orientation de manière plus ou moins réfléchie.
    Merci de ton témoignage !

  2. J’ai moi même changé de voie il y a quelques années. Après le bac j’ai commencé des études en Arts Appliqués, c’était passionnant mais aussi difficile, intense physiquement et psychologiquement et sur un coup de tête, j’ai lâché. Il m’est arrivé d’avoir des regrets, de me demander ce que je ferais aujourd’hui si j’avais continué. D’un autre côté après m’être aérée un peu, de l’autre côté de l’océan, au contact de jeunes du monde entier je me suis découvert un intérêt certain pour ma propre culture, pour ma langue, et pour le partage de cela.
    Selon moi il faut être réellement passionné pour réussir dans les métiers auxquels conduisent les arts appliqués, il faut être prêt à se battre, et quand je voyais d’autres personnes de ma classe, je me rendais bien compte que je n’étais justement pas assez passionnée et que je ne me sentais pas capable de faire partie de ce monde de « requins ».
    Aujourd’hui, je suis une voie totalement différente et pourtant mon mémoire est fortement lié à l’Art, un clin d’œil peut-être à cette première orientation qui m’a fait changer de regard sur l’art et en particulier sur l’art contemporain et qui a développé en moi un réel intérêt pour les musées, les expositions et de manière plus générale pour la découverte de toutes formes de beauté.

    J’ai lu ton dialogue pour la première fois rapidement sur mon téléphone et je me suis demandée si tu parlais de toi. Je me suis dit que c’était triste d’avoir envie d’arrêter si près du but. Même si aujourd’hui je ne regrette pas du tout d’avoir changé d’orientation, je regrette de ne pas avoir été jusqu’au bout de l’année que j’avais entamée et j’en ai eu longtemps honte. A présent j’essaie de mener à terme ce que j’entreprends, ne serait-ce que pour ne pas me décevoir moi même.

  3. Loin de moi l’idée de dévaloriser les métiers de la pâtisserie, ces métiers demandent effectivement beaucoup de recherche, et j’aurais moi aussi aimé avoir le don et le goût pour la cuisine ! Je me suis en fait inspirée d’une réelle connaissance inscrite en master 2 recherche et qui vers le mois de mars et suite à de multiples discussions avec sa directrice de recherche avait finalement choisi d’abandonner sa formation pour faire un CAP pâtisserie. Mais j’ai également pensé à d’autres personnes qui étaient en première ou en troisième année de doctorat et qui, du jour au lendemain, ont tout arrêté pour travailler dans un autre domaine. Et si aujourd’hui je n’ai plus de nouvelles d’elles, c’était un peu une façon de leur rendre hommage – j’avoue que moi aussi lors de gros moments de doutes durant la rédaction de mon premier mémoire, j’ai pensé à changer de voie. Ainsi, après la soutenance de mon mémoire, j’ai choisi d’aller à Sciences Po et de faire en parallèle un service civique. Pourtant quelques mois après, j’ai contacté une directrice de thèse afin de lui proposer un sujet, et je fais même aujourd’hui un deuxième mémoire de recherche… Alors oui vous avez raison, sortir de la recherche ne se fait, en général, pas sur un coup de tête ; en tout cas cela n’a pas été possible pour moi, puisque j’en suis sortie pour vite y retourner !

  4. Cette « fin » est évidemment très déceptive pour qui vous connaît un peu…
    Toutefois, la pâtisserie n’est pas exempte de recherche et peut-être que « faire » un mémoire c’est comme « faire » un gâteau… En effet, il ne faut pas seulement une bonne recette (quoique même dans ce domaine la bibliothèque est indispensable) mais en plus du bon coup de main qu’il faut pour lever la pâte ou battre le beurre en crème, il faut une expérience qui pense, innove, calcule, mesure, situe car la pâtisserie demande de recommencer tous les jours et pas seulement de répéter…
    Bref, on ne sort pas de la recherche sur un coup de tête ou parce que son directeur ne vous a pas convaincu et on retombe dedans même en renouant avec ses rêves d’enfant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *