Le mémoire : questionnements.

Ce 5 février 2015 en classe, par groupes,  nous avons conversé au sujet du mémoire.  Les échanges ont été très intéressants et ils ont permis de mettre en avant plusieurs éléments qui posent question et sur lesquels nous ne sommes pas tous d’accord.

 Au début du débat, le corpus a été défini comme un élément indispensable. Différents étudiants ont pris la parole et ont parlé de leur sujet de mémoire et du corpus qu’ils allaient utiliser. Questionnaires, entretiens, productions d’élèves et manuels récents ou plus anciens ont été mentionnés pour illustrer différentes possibilités. Nous nous sommes ensuite demandés si tous les sujets justifiaient l’exploitation d’un corpus.  Certains étudiants ont expliqué que leur utilisation était propre à des recherches très pratiques mais que si le sujet était beaucoup plus théorique le corpus n’était plus forcément nécessaire.

Ces éléments de discussion ont débouché sur deux autres thématiques. Dans un premier temps nous avons parlé du questionnaire et il en est ressorti que c’était un aspect de la recherche délicat à aborder.  Comment formuler les questions ? Quels mots choisir ? Comment être sûr que la question est claire ? Comment faire en sorte que la question n’oriente pas, par sa forme, le sujet vers telle ou telle réponse ? Préférer les questions ouvertes ou les questions fermées ? Combien de personne interroger ? Et enfin, combien de questions poser ? Tels sont les interrogations qui ont fait surface sans vraiment trouver réponse.  Au sujet de la taille du panel certains étudiants ont parlé d’une vingtaine de personnes, et une autre pensait interroger cent personnes.  Nous avons conclu qu’il était préférable de discuter ces questions avec nos directeurs respectifs et il a été fait mention d’un ouvrage qui paraît être une référence à ce sujet : L’entretien compréhensif de Kaufmann[1].

La seconde thématique sur laquelle la réflexion sur les corpus nous a porté est celle de la dimension théorique du mémoire. A ce sujet les avis étaient particulièrement partagés. Certains ont expliqué  que cette partie n’était pas très importante dans la mesure où l’on y faisait figurer des choses qui ont « déjà été dites mille fois ». D’autres en revanche ont plutôt exprimé l’inverse, la partie théorique était pour eux un élément sur lequel se baser et il était inconcevable de ne partir de rien.

Enfin la discussion s’est aussi orientée sur l’état psychologique de chacun face au travail déjà en marche et sur l’avancement de chacun. Stress, peur et frustration sont des mots qui ont été prononcés. Une étudiante a provoqué une vive réaction en expliquant qu’elle avait déjà rédigé un avant projet d’une vingtaine de pages et une bibliographie. D’autres étudiants ont témoigné n’avoir pas encore réfléchi à la structure, voire n’avoir pas commencé du tout. Pourtant, même si pour certain rien de concret n’a été fait, il semblerait que pour tout le monde, la réflexion ait commencé.

 


[1] Kaufmann, J.-C., 1996. L’entretien compréhensif.  Editions Nathan, Paris.

 

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


4 réflexions sur « Le mémoire : questionnements. »

  1. bien transcrit merci Maude!!! et merci maeva pour ces précisions . En effet, dans mon rôle d’animatrice j’ai essayé de faire parler tout les étudiants et les grandes questions se sont portées sur ‘le questionnaire’ j’essaierai dans mon prochain billet de partager mon questionnaire pour le mémoire qui donnera des idées aux camarades.

  2. Avant de revenir sur certains points, un grand merci Maude pour ce compte rendu…
    Je voudrais signaler un séminaire qui traite de la réutilisation d’enquêtes – car il ne faut pas négliger cette possibilité: partir de corpus de données, d’entretiens… déjà constitués, publiés ou consultables et les retraiter, les relire, les réinterpréter, les critiquer – au sens d’en faire de la recherche resituée. Voici donc les coordonnées de ce séminaire: http://calenda.org/316174

  3. C’est intéressant de découvrir les coulisses de ce deuxième groupe auquel on n’a pas assisté… La question qui me parle le plus est celle de la théorie, surtout on ce qui fait cette allusion à toute la théorie qui existe déjà sur notre sujet, les livres, les articles, les conférences qui semblent déjà avoir tout dit et qui nous posent dans l’impasse de ne rien pouvoir ajouter, et nous font des fois utiliser les citations uniquement comme des arguments d’autorité… C’est compliqué de se détacher de “ce qui a été dit mille fois” pour apporter ne serait-ce qu’un gramme de nouveauté, mais je pense que le mieux c’est de choisir, parmi tout ce qu’on a lu, des choses qui nous ont étonnées, des mots, des idées d’auteurs avec lesquelles on est peut-être d’accord mais auxquelles il nous semble manquer quelque chose… Il me semble que là peuvent être les départs de nos propres et nouvelles idées! D’une sorte de nouvelle théorie qui continuerait ces théories qu’on ne peut pas forcément contester parce qu’on est souvent d’accord.
    Concernant le corpus, mon avis est qu’on ne peut jamais se passer de quelque objet sur lequel ou avec lequel on parle, sinon notre mémoire serait alors une sorte d’exposition de notions et de concepts, mais vu notre domaine d’étude il me semble d’autant plus important de rester dans l’empirique, dans les faits (sur les manuels, sur des séquences enregistrées, sur les mots des personnes questionnées, etc.), puisque les questions éducatives et langagières ont besoin de changements concrets et applicables au réel!

  4. Merci Maude pour ton billet et pour avoir accepté d’être rapporteuse.
    En tant qu’observatrice, je ne vais ajouter qu’un bref complément à ton billet.
    Ce petit débat s’est passé dans une bonne ambiance. Malgré quelques silences au début, la discussion a rapidement été lancée par l’animatrice. La thématique du corpus a effectivement beaucoup fait parler, tout comme celle de la dimension théorique du mémoire. Tout le monde écoutait, mais tous ne prenait pas spontanément la parole, l’animatrice a alors ensuite interrogé les élèves qui n’avaient encore parlé, afin de savoir où ils en étaient dans leur recherche.
    De façon générale, des rires ont été entendus, et surtout beaucoup d’échanges et de questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.