Langue ou dialecte : le cas du picard et du québécois

Le picard et le québécois : langues ou dialectes ?

Par Julie Auger (Indiana University) le 21 janvier 2015 – Séminaire Axe 2 (Sociolinguistique et acquisition du langage) du Lidilem – Université Stendhal de Grenoble.                                                                                                                                                                                                             Le picard et le québécois sont-ils des langues ou des dialectes ? Telle est la question à laquelle Julie Auger, enseignante-chercheure à l’Indiana University,  a tenté de répondre en deux heures de temps.

Même si l’étude couplée du picard et du québécois peut à première vue sembler étonnante (le picard, équivalent du ch’ti, est principalement parlé en France, dans le Nord Pas-de-Calais, et le québécois dans la province canadienne du Québec), ils ont l’évident point commun d’être tous deux reliés au français. Le but de la présentation de Julie Auger est alors de déterminer si le picard et le québécois sont des langues à part entière ou des dialectes dérivés du français. Précisons que Julie Auger a choisi d’étudier ces deux parlers, car elle a fait sa thèse sur le picard et qu’elle-même est québécoise. Il ne faudrait en effet pas croire que le picard et le québécois soient les seuls concernés par ce questionnement langue/dialecte, nombre de parlers étant décrits comme ayant une langue officielle et un ou plusieurs dialectes – alors que dans certains cas ces dits dialectes sont précisément les langues du quotidien (par exemple le chinois ou l’arabe). D’ailleurs, ces questions de reconnaissance et de dénomination sont d’autant plus fondamentales que les termes de dialecte et de patois sont plutôt connotés péjorativement, avec toutes les questions de sentiment de valorisation et de dévalorisation des locuteurs que cela entraine.

Si la majorité des linguistes ne juge pas la question langue/dialecte pertinente, puisqu’ils estiment que tous les dialectes sont fondamentalement des langues, d’autres ont mis au point des méthodes devant déterminer si un parler peut être considéré comme le dialecte d’une langue ou comme une langue. Par exemple, une de ces méthodes consisterait à comptabiliser le nombre de mots partagés par une langue et un dialecte ( 81-100 % = dialecte, 28-81% = parenté moyenne, moins de 28% = parenté éloignée). Mais on peut également penser à Bell, qui, en 1976, a mis au point une liste de critères qui permettrait de séparer langue et dialecte, en analysant dans un parler ses degrés de standardisation, de vitalité, de mélange et d’autonomie, sa norme de facto (absence de grammaire, de dictionnaire), ses réductions (prononciation plus rapide d’un mot qu’il n’est habituellement d’usage), ainsi que son historicité.

Cependant, même si les linguistes s’opposent à cette distinction langue/dialecte, lorsque l’on cherche les dénominations du picard, on retrouve fréquemment les termes de langue, dialecte, patois ou encore mauvais français ; Poignant (1998) déclarant qu’il s’agit même « d’un patois du français déformé ». Pourtant, en 1999, dans son rapport sur les langues de France, Bernard Cerquiglini, reconnait – entre autres – le picard comme langue régionale, lui conférant un statut officiel. Il est de même possible d’apprendre le picard, et nombre de publicités et de sites internet utilisent cette langue (voir ci-dessous la une du Courrier picard, journal qui est publié une fois par an en langue picarde), encourageant par la même une revitalisation du picard, actuellement menacée. Le québécois, oscille, lui, selon Julie Auger, entre deux dénominations : français et langue indépendante. D’un côté, les Québécois seraient tant obsédés par le français, qu’ils se tourneraient davantage vers lui et que le québécois serait de plus en plus négligé. Dans cette perspective, il a même été créé en 1961, l’Office de la langue française. Le québécois serait perçu comme venant du français, mais ne serait – à nouveau – qu’un mauvais français. D’un autre côté, on remarque la publication d’un dictionnaire québécois/français, conférant au québécois un statut de langue indépendante du français. Pas vraiment du français, pas vraiment une langue indépendante, pour les Québécois, cette langue serait davantage un français à eux avec la présence d’anglicismes.

Après un détour par le joual et le chiac, langues parlées au Québec et dans le région de l’Acadie, respectivement sociolecte urbain de Montréal et parler franglais (voir la vidéo en langue chiac « Worry pas ! » de « Libérée, délivrée » du film La Reine des Neiges  https://www.youtube.com/watch?v=mB3r3UD7Ib8 ), Julie Auger termine son exposé en présentant les différences de situation linguistique du picard et du québécois. En général, les locuteurs du picard ayant déjà le français, ces derniers sont tous bilingues français/picard ; il ne s’agit donc pas de remplacer le français, mais d’y ajouter le picard. De même, cette enseignante-chercheure note que c’est à travers le picard littéraire que le picard gagnera en reconnaissance et s’éloignera du français. Quant au québécois, sa pratique apparait comme une résistance à l’anglais (qui est présent dans les parlers du Canada, surtout dans le chiac comme nous l’avons vu), et donc comme un moyen de préserver la langue et la culture francophones. Enfin, conserver la pratique du québécois permet à ses locuteurs de jouer un rôle dans la francophonie et dans la lutte pour la reconnaissance de la diversité culturelle.

Finalement, Max Weinreich – lui-même cité par Julie Auger – n’aurait-il pas raison lorsqu’il affirme que « a language is a dialect with an army and a navy » ?

Courrier Picard

 

 

 


Une réflexion sur « Langue ou dialecte : le cas du picard et du québécois »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *