Le droit de dire quoi à qui ? Quand ? Et comment ?

L’apprentissage de compétences culturelles, ou apprendre comment utiliser ses compétences linguistiques occupe une grande partie de didactique des langues aujourd’hui. Depuis la floraison de l’approche communicative et par la suite de l’approche actionnelle, la priorité principale pour les didacticiens, les linguistes et les auteurs des manuels, est de développer les compétences communicatives des apprenants. La question qui se pose ici est de savoir  jusqu’à quel point les compétences linguistiques peuvent être suffisantes ? A-t-on besoin de quelque chose au-delà de la langue qui aide à avoir une communication réussie ? Un exemple simple d’une situation de communication : quand quelqu’un nous fait un compliment, comment faut-il réagir dans une langue-culture donnée ? Faut-il remercier ? Faut-il le mépriser ? Quelles compétences sont en jeux ? C’est là que l’importance de l’apprentissage de compétences culturelles joue un rôle considérable. Si on analyse une conversation, on verra qu’une grande partie des éléments qui sont porteurs de l’information ne sont pas uniquement linguistiques : les références, les expressions idiomatiques, les événements politiques, etc. sont en lien pour construire une séquence de communication. Toutes ces références doivent être apprises par un apprenant d’une langue étrangère, car ils ne sont pas communs dans toutes les cultures. De ce fait, on a besoin d’une appropriation culturelle avec la langue.

 

L’acquisition de compétence culturelle, quoi ? Pourquoi ? Comment ?  Est un article écrit en 1988 par Henri HOLEC. Selon lui, il faut dans un premier temps préciser quelle culture est concernée dans l’enseignement/apprentissage. Dans le champ de la didactique, ce qui est en jeux est la culture partagée par tous les membres de la société, ce qu’on appelle « civilisation» (HOLEC, 1988).

 

Cette partie de la culture dite civilisation se manifeste dans l’histoire d’un pays, les modes de vie, les comportements  sociaux, les pratiques langagières, les courants philosophiques, artistiques, les traditions, etc. Cette civilisation contient « des informations sur les productions de tous ordres de ce groupe, production artistique comme littérature, architecture, peinture, cinéma, télévision…, mais aussi production technique et technologies. D’après HOLEC la civilisation c’est les représentations partagées par tous les membres d’une communauté qui détermine leur façon de voir et de panser le monde.»(HOLEC, 1988).

 

Dans la deuxième partie, il traite plus concrètement de la notion d’acquisition de compétence culturelle. C’est-à-dire quels sont les matériaux extralinguistiques à enseigner ?

La première catégorie des connaissances à enseigner est les informations traditionnellement répertoriées qui jouent un rôle référentiel dans la communication. Dans la deuxième catégorie, ce sont les informations permettant de comprendre et d’utiliser les connotations lexicales (ex : hexagone, manif pour tous). Ensuite, des règles du savoir-faire, de la politesse, et du tact langagier qui sont les conventions socioculturelles qui règlent les pratiques langagières, ainsi que les comportements non verbaux en situation de communication.

 

Enfin, comment un professeur d’une langue étrangère peut enseigner ces composantes culturelles ? HOLEC dit que l’enseignement traditionnel de la civilisation est rejeté pour au moins deux raisons. La première c’est que « la nécessité de disposer de toutes ces connaissances sur l’autre est moindre lorsqu’il s’agit d’interaction en face à face : dans une telle situation, une négociation des règles du jeu entre les partenaires est possible et une entente cordiale plus au moins large peut s’établir sûr la base même, le cas échéant, d’une ignorance quasi totale de l’environnement socioculturel de l’autre »(HOLEC, 1988). La deuxième raison est que cet enseignement pour l’apprenant est un enseignement de contenu à mémoriser, qui est donc un stockage pur et simple de connaissances théoriques. Ce qui n’est pas une véritable acquisition. En revanche, il faut guider l’apprenant à observer lui-même la civilisation. Autrement dit, analyser et interpréter les différences avec sa culture pour que les résultats qu’il aura obtenus soient intégrés sous forme de représentation. Cette prise de position critique a pour but d’intégrer ces éléments culturels dans l’usage de la langue. Par conséquent,  un lien se créé entre le savoir-faire culturel et le savoir-faire langagier.

 

 

 

Bibliographie :

HOLEC, H. (1988). L’acquisition de compétence culturelle. Quoi? Pourquoi? Comment? Études de Linguistique Appliquée, 69.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.