L’enseignement de la culture, quelle méthodologie?

Selon Louis Porcher, l’enseignement de la civilisation est une partie très compliquée dans l’enseignement des langues. En plus, en ce qui concerne une véritable production pédagogique nous avons de sérieuses difficultés et l’empirisme est la caractéristique de cet enseignement. Pour lui il ne faut pas séparer la langue et la civilisation, car « aucun trait de civilisation n’existe indépendamment de la langue » (PORCHER, 1982) et la langue est un porteur de la culture et de la civilisation. De ce fait, l’enseignement de la langue et la civilisation doivent se mener de pair. Par exemple dans chaque enseignement des notions linguistiques il faut intégrer les phénomènes de civilisation.

 

Pour faire cela, on est devant un grand obstacle qui est les problèmes de méthodologie. Pour arriver à une véritable méthodologie il y a quatre étapes à suivre selon Porcher : quelle (s) science(s) s’occupe(ent) de la civilisation ? Et comment peut-on former des professeurs à cet enseignement qui inclut plusieurs domaines en sciences humaines ? La deuxième étape porte sur l’analyse des besoins des apprenants. Tout en sachant que le rôle des connaissances culturelles préalables des apprenants est absolument fondamental dans cette analyse. Ce qui est difficile ici, c’est l’identification des besoins en matière d’apprentissage de civilisation.

 

L’étape suivante s’intéresse au programme et à la progression de l’enseignement de civilisation. Il est nécessaire d’y développer comme pour toute pratique pédagogique, un curriculum pour une durée déterminée. Hors, pour un tel enseignement, il est assez vague de faire un programme. Par exemple, la question se pose de savoir quels contenus et quels sujets aborder pour quel type de niveau concerné ? Ensuite, comment la notion de progression entre dans le programme ? Et pour terminer, la quatrième étape porte sur l’évaluation des compétences culturelles. Pour évaluer des compétences linguistiques, on a des bases assez solides en théorie comme en pratique. Or, pour évaluer des compétences culturelles, on ne dispose pas de bases théoriques. On n’a ni les instruments d’évaluation, ni les moyens rationnels susceptibles pour remplir la fonction d’évaluation dans cet enseignant.

 

Ces quatre étapes discutées en haut montrent la complexité de didactiser les notions culturelles. Donc, à l’instar de la méthodologie de l’enseignement de la langue, l’enseignement de la culture a été largement tenu à l’écart des grands courants de la réflexion méthodologique.

 

La suite de cet article essaie de donner les grands axes pour l’enseignement de la civilisation, pourtant, ces derniers nous semblent peu évidents à mettre en pratique. Cette dernière partie a les mêmes tendances que l’article précédent.

 

Qu’enseigner comme civilisation ou culture ? Selon PORCHER les quatre grands chapitres doivent être « a)L’histoire et la géographie du pays considéré, b) la culture cultivée, c) les habitudes, modes de vie, ou la culture au sens anthropologique du terme d) les emblèmes, les stéréotypes, etc. (PORCHER, 1982)

 

En ce qui concerne les instruments pédagogiques, le premier besoin c’est d’avoir un manuel. Faut-il avoir un manuel séparé ou un manuel où les notions de langue et de culture sont présentées ensemble ? Comment la progression et les exercices doivent-ils être abordés dans ce manuel ? L’importance d’utiliser des documents authentiques est très déterminante, parce qu’«  ils sont évidemment porteurs, de la langue telle qu’elle est effectivement pratiquée et présentée en tant qu’activité sociale» (PORCHER, 1982).

 

Gardons à l’esprit que l’article dont je rends compte date de 1982. Ainsi, les problèmes portant sur les documents authentiques est moindre ces jours-ci. Alors qu’il était difficile de se fournir ce genre de documents, l’internet nous a facilité cet accès. De même, les formes de représentation de ces documents dans une classe de langue étrangère sont aujourd’hui simplifiées et démocratisées.

 

Enfin, où est la place de la littérature : doit-elle être vue comme une sorte de texte ou bien  comme un document authentique qui est riche de points culturels ? Les problèmes qui se posent sont en corrélation avec le niveau de compétence des apprenants. Plus précisément, à quel moment peut-on utiliser les textes littéraires pour que les apprenants puissent dépasser les difficultés linguistiques afin de comprendre la culture ? Ensuite, selon quels critères on peut choisir son texte, et qui est capable de le faire ? La littérature de quelle période faut-il choisir ?

 

En conclusion, on peut dire que la nécessité d’appropriation des notions culturelles est indispensable avec l’apprentissage de la langue. La facilité et la rapidité de la communication, de se déplacer et de contact des langues et des cultures sont des preuves évidentes. Or, cette communication ne passe pas uniquement par la langue, mais il y a aussi la culture qui est en jeux. Donc, il faut réfléchir à trouver des moyens pédagogiques pour enseigner la culture et il nous semble que le problème majeur dans l’enseignement apprentissage des langues est l’enseignement de la culture.

 

 

Bibliographie :

PORCHER, L. (1982). L’enseignement de la civilisation en questions. Études de Linguistique Appliquée, 47.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.