Work in process

Chantier en cours, disons-nous, nous les francophones. Et puisque nous parlons de francophonie, tentons de parler par là même de didactique du français. Tel est donc le chantier en cours. Qu’en dire ce matin du 19 janvier, alors que précisément, un autre chantier est en cours. Sur le feu, même, aurais-je envie de dire. Que dire de l’enseignement du français langue étrangère à l’orée d’une seconde. Quelle seconde ? De quoi parlons nous ? Tout semble se mélanger, se fondre, s’unifier peut-être, s’amalgamer sûrement. Il est donc deux chantiers : la rédaction d’un travail de recherche d’un côté, et l’accouchement d’une œuvre dramatique de l’autre. Au milieu, comme zone de non-conflit, une envie irrépressible de chercher avec le théâtre-poésie comment faire émerger la parole. Les fondations sont posées, revenons en, si vous le permettez quelques secondes, aux sources.

Le désir de vous écrire à vous tous, contributeurs arlapiens, en ce matin-veille d’une seconde représentation d’une pièce sur laquelle je travaille, moi-d’habitude-comédienne, moi-en-ce-moment-assistante-mise-en-scène, relève de quelque chose d’impromptu. Bien sûr, je devrais être en train de régler les derniers détails, de faire les ajustements nécessaires, de voir et revoir où et comment modifier toutes ces petites choses qui font que le spectacle n’est pas parfait, comme on l’attendait. Bien sûr, aussi, je devrais, d’un autre côté, en être déjà à la rédaction de la conclusion de mon travail de recherche. Et pourtant, me voilà penchée sur la rédaction d’un petit billet. Car il m’est apparu soudainement, que c’est ce billet là qui parviendrait à faire le lien entre ces deux chantiers. C’est ce billet là qui m’autoriserait une zone de non-conflit. Et nous rassurerait, nous ferait avancer. Un work in process qui se veut donc un procédé pour ne pas céder ( le jeu de mot est un peu facile peut-être…mais laissons le). Ne pas céder au diktat de la logique, de la raison. Oui tout cela est en chantier, bien peu organisé, et nous le voulons ainsi. Une forme-brouillon qui me-nous permet d’affirmer notre relation. Par ce billet, je tente de faire émerger la relation. Relation entre nous tous arlapiens, relation entre nos (la troupe) acteurs et moi, et relation entre nos acteurs et vous. La nécessité que j’ai eue, il y a une petite heure, à vous parler de cette préparation de représentation tient à une réflexion au sujet de la relation. Je m’explique : une première représentation, c’est une première, comme son nom l’indique, avec tout ce qu’il y a de nouveau par rapport aux répétitions. Que nous est-il arrivé donc, en ce soir de première ? Rien de dramatique. Rien de dramatique, parce que, comme l’usage commun le dit, rien de particulièrement grave. Mais rien de dramatique, au sens propre du terme justement. Tout était extrêmement technique. Dans le jargon, nous disons, « il n’y a pas eu la grâce ». Loin de moi toute explication métaphysique, j’en reviendrais plutôt à la question de la relation. Au-delà de tous les aspects techniques d’une représentation, ce qui fait théâtre est la relation qui s’établit entre les acteurs-personnages ; le drama, l’action, réside dans la tension constante établie entre eux, dans ce désir fou de se parler, et de nous parler, à nous spectateurs. Voici ce que nous devons retrouver pour les prochaines représentations. Et voici précisément le process imaginé/fantasmé pour faire émerger la parole d’un apprenant en langue française, car disons-le maintenant, même si c’est un peu tard, ce que nous cherchons, c’est comment le théâtre-poème intervient dans l’enseignement-apprentissage d’une langue, en dehors des exigences de communication-commerce.

Voilà, la raison de mon billet en ce jour.


Une réflexion sur « Work in process »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.