Le développement de la compétence d’interaction en langue seconde

Le développement de la compétence d’interaction en langue seconde : une comparaison entre deux groupes d’apprenants du français.
Dans son introduction, Evelyne Pochon-Berger et Simona Pekarek Doehler, mentionnent que la compétence d’interaction a gagné la statue de compétence de base dans l’enseignement communicatif des langues. Ensuite, ils expliquent leur plan de travail. D’abord, ils définissent la compétence d’interaction comme « un ensemble des méthodes grâce auxquelles les interlocuteurs organisent les échanges verbaux et se rendent cette organisation mutuellement reconnaissable ». Ces méthodes sont des procédés qui reposent sur un ensemble de savoir et savoir-faire sensibles aux contextes de leur déploiement.
Les auteurs expliquent les objectifs et les données. Ils tentent d’analyser le développement d’une compétence d’interaction : la gestion du désaccord. Ils mettent l’accent sur les méthodes à travers lesquelles les participants construisent des cours d’action et prennent position face au discours d’autrui. Leur recherche se fonde sur un corpus de 49 heures d’activités communicatives en classe de français en L2 en Suisse et une comparaison qualitative et quantitative a été effectuée qui révèle des différences systématiques sur le plan linguistique, séquentiel et argumentatif. Chez les apprenants du premier groupe (niveau intermédiaire), ils ont trouvé deux formats sur le plan séquentiel (non et mais+x). Tandis que, l’analyse des apprenants de niveau avancé témoigne d’un développement de la compétence d’interaction. Ces apprenants appliquent les gestions du répertoire des ressources linguistiques, discursives et séquentielles pour modérer leur désaccord.
Les auteurs ont également distingué des désaccords exprimés à distance chez les apprenants avancés qui requièrent de la part du locuteur le déploiement de techniques additionnelles pour distinguer le tour cible dans l’historique de la conversation. A cela, ils ajoutent un autres moyen de désaccord chez les avancés qui est la question rhétorique. Ces types de questions sont utilisés pour accomplir un désaccord sans énoncer explicitement une position oppositive.
Dans la partie de la discussion, ils font remarquer que l’absence de procédures d’atténuation du désaccord auprès des apprenants de niveau intermédiaire témoigne d’une compétence d’interaction moins développée. En plus, en comparant ces apprenants avec les apprenants francophones, ils ont constaté que les changements observés chez deux niveaux d’apprenants ne se limitent pas aux différences culturelles de communication mais, ils témoignent d’un développement de la compétence d’interaction. En conclusion, ils suggèrent que le développement de la compétence d’interaction repose sur divers diversifications qui articulent des moyens linguistiques, discursifs et séquentiels. Cette diversification intègre la capacité d’agir d’une manière adaptée aux circonstances contextuelles de la parole-en-interaction.

Pascale T et Greta Komur-Thilloy, (2011). Discours, acquisition et didactique des langues Les termes d’un dialogue. Orizon. p. 243-257.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.