L’importance de la lecture au XIXe siècle!

L’auteur du livre Histoire de l’enseignement du français du XVIIe Au XXe siècle, André Chervel, signale la notion de la lecture courante comme le seul objectif du livre dans la classe, jusqu’à 1880. Par exemple, en 1834, la lecture à l’école comprend « successivement l’alphabet et le syllabaire, la lecture courant, la lecture des manuscrits et du latin ». L’auteur élabore une question très importante : « Qu’est-ce que exactement que cette « lecture courante » qui est à la fois l’objectif majeur de l’école primaire et le souci principal des familles ? », et il pense que, ce qui est crucial pour un enfant est de pouvoir oraliser un texte, d’une façon qui parait satisfaisant à l’entourage. Il faut également, prendre en compte qu’un grand nombre d’enfant n’arrivent pas à cette étape, soit ils quittent école trop tôt, soit ils ne fréquentent que les mois d’hiver quand il y a moins de travail à la ferme. Le stade supérieur est la lecture « expressive », qui peut prouver que l’élève a compris le texte et qu’il est en mesure de le faire comprendre. La lecture expressive fait partie du programme de l’école primaire supérieure de Paris. Tandis que, les écoles primaires et rurales insistent sur l’oraliser les mots et les phrases, en respectant la ponctuation du texte. Traditionnellement, quand l’élève arrive au stade de la lecture courante, on cesse de le faire lire et il passe à l’écriture. En conclusion, dès que l’élève sait lire, il fréquente une bibliothèque ou il quitte l’école et il arrive au service militaire.

CHERVEL (André), Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle, Paris : Retz, 2006, p. 477-557.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.