L’alternance codique dans quelle classe de langue?

Fouziya Kasmi, l’auteur de son article intitulé Les alternances codiques- enjeux didactiques, acquisitionnels et discursifs d’un vecteur particulier du double niveau énonciatif en classe de langue, considère les phénomènes d’alternances codiques et leurs liens avec l’apprentissage. Elle s’intéresse à voir quels participants ont l’échange a ces alternances codiques, à quels moments et dans quels contextes. Dans le premier sous chapitre, elle signale que ce n’est que depuis les années quatre-vingt que l’alternance codique a pris une perspective fonctionnelle. Ensuite, elle explique que les partenaires d’un cours de langue ont un double rôle, ils sont d’abord les apprenants et l’enseignant et ils sont aussi les acteurs de situation imaginaire créées par un « contact en partie imaginaire avec la langue » (Coste, 1991). Elle recueille des données de 50 heures d’observation dans deux écoles de langues. Afin d’analyser les données, elle a utilisé deux types d’alternances codiques. Les alternances relais qui sont tournés vers la continuation du déroulement de la communication et les alternances tremplin qui portent sur les moyens linguistiques nécessaire à la transmission des informations. L’auteur présente des exemples pour les deux types d’alternances codiques.
Du point de vue didactique, recours à l’alternance codique peut créer des ponts entre la langue cible et la langue source qui offre les occasions pour trouver les ressemblances et les différences entre ces langues, en conséquence, il peut avancer le processus d’apprentissage. L’auteur ajoute que « les alternances codiques sont ainsi utilisés très largement par les apprenants et les enseignants dans le but de faire évoluer les représentations des langues et la réflexion métalinguistique ». En prenant en compte les avantages des alternances codiques dans un cours de langue, la question qui se pose est : dans le cas où l’apprenant et l’enseignant ne partagent pas la même langue (LM ou LS), l’alternance codique peut encore jouer un rôle positif ou bien, il peut empêcher le processus d’apprentissage?

Pascale trévisol-Okamura et Greta Komur-Thilloy, (2011). Discours, acquisition et didactique des langues Les termes d’un dialogue. Orizon. p. 363-377.


Une réflexion sur « L’alternance codique dans quelle classe de langue? »

  1. Merci Sara pour cette présentation très intéressante.
    Quelques remarques rapides:
    – je ne comprends pas ce passage: « Elle s’intéresse à voir quels participants ont l’échange a ces alternances codiques, »;
    – dans ce passage: « ils sont d’abord les apprenants et l’enseignant et ils sont aussi les acteurs de situation imaginaire créées », je pense que « et l’enseignant est en trop (?) et que « créées » devrait être au masculin (« créés ») car ce sont « les acteurs »;
    – « Du point de vue didactique, recours à l’alternance sodique » : il manque « le » avant « recours »;
    -« qui offre les occasions pour trouver les ressemblances et les différences entre ces langues »: ce sont « les ponts » qui « offrent »…
    – « la question qui se pose est : dans le cas où l’apprenant et l’enseignant ne partagent pas la même langue (LM ou LS), l’alternance codique peut encore jouer un rôle positif ou bien, il peut empêcher le processus d’apprentissage? »; je formulerais ainsi: « on peut se demander si, dans le cas où l’apprenant et l’enseignant ne partagent pas la même langue (LM ou LS), l’alternance codique peut encore jouer un rôle positif, ou bien si elle peut empêcher le processus d’apprentissage. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.