Atlas de l’essence du langage

Nous disons souvent qu’apprendre une langue est apprendre à penser dans une langue. Néanmoins, nous mettons rarement en place des pratiques d’enseignement valorisant un regard approfondi sur le raisonnement inscrit dans les structures langagières. Voilà pourquoi je vise dans mon mémoire à établir une passerelle entre la langue maternelle et la langue étrangère, tout en valorisant le rapport indissociable entre le langage et la pensée.

« Une des raisons pour lesquelles l’étranger adulte arrive si rarement à la perfection est qu’il ‘possède’ (est possédé par ?) un système préalable par lequel sa représentation du monde, de lui-même et du langage, et donc son identité, notamment l’inconsciente, affective et sociale, se sont forgées. L’étrangeté de la langue ‘étrangère’ sera le plus souvent irréductible, non pas tant dans ses règles que dans ses modes de représentations préférentielles, ou ses jeux de mots, ses homophonies et polyphonies particulières. La langue étrangère n’aura jamais le statut de la langue ‘maternelle’, celle qui a grandi avec nous, et avec laquelle nous avons grandi. » – A. Trévise dans Réflexion, réflexivité et acquisition des langues, AILE, n°8, 1996.

Dans La philosophie du verbe et du nom, voici le philosophe Serge Boulgatov qui interroge sur l’essence du langage:

« Quel est l’indice sans lequel il n’y pas de langage ? » p.10

« Dans la communication entre les hommes, le langage-pensée se transforme constamment en langage-discours. » p.13

« Le logos est ensemble langage et pensée. » p.23

« Qu’est-ce qu’apprendre une langue étrangère ou traduire dans une autre langue ? C’est revêtir, réaliser un seul et même logos. » p.24

« La grammaire est tellement imprégnée de logique et de gnoséologie, à cause du lien insécable entre la pensée et le discours, que nous apprenons à penser et à parler à partir de la grammaire. » p.111

« Lors d’une traduction, la pensée se dévêt d’un mot pour en revêtir un autre. (…) Dans l’esprit du traducteur, il se reproduit une ontogenèse lexicale et grammaticale de la pensée, au cours de laquelle renaissent les équivalences de tous les moyens linguistiques de l’original. » p.111

Suivant cette lignée de pensée, il serait possible de mettre en place une phase de traduction dans un cours de langue, pour but de comparer entre deux systèmes langagiers.

 


Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « Atlas de l’essence du langage »

  1. L’ouvrage et l’auteur (Serge Boulgakov, 1871-1944) aux quels vous faites référence sont les suivants: http://www.lagedhomme.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=2-8251-0185-0&type=33&code_lg=lg_fr&num=1
    Je ne suis pas très convaincu par l’approche de ce philosophe du langage… et vous conseillerais de lire d’abord l’excellent article de Emile Benveniste: « Catégories de pensée et catégories de langue » dans les Problèmes de linguistique générale, Gallimard, 1966, p. 63-74.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.