Appréciation et critique sur l’ouvrage “Du bilinguisme en famille au plurilinguisme à l’école”

Présentation de l’ouvrage 

Cet ouvrage s’articule autour de cinq chapitres. Le premier chapitre pose les problèmes théoriques que soulève la notion de bilinguisme. Le second revient sur le développement du bilinguisme et du multilinguisme en contexte familial. Dans le chapitre suivant, il est question du bilinguisme dans le contexte scolaire français et de ses différents modèles d’enseignement des langues. Dans le quatrième chapitre, l’auteure traite du développement d’une éducation au plurilinguisme, avec l’exemple d’un modèle d’enseignement : “l’éveil aux langues”. Enfin, dans le dernier chapitre, l’auteure rend compte d’un projet “d’éveil aux langues” et “aux cultures” auquel elle a participé.

Débat sur les idées émises

L’auteure fait un bilan acerbe de l’enseignement des langues en France, et fait un véritable plaidoyer pour l’approche de “l’éveil aux langues”. Si je n’ai pas suffisamment de recul pour pouvoir juger par moi-même de l’efficacité ou non du système scolaire français pour l’apprentissage des langues,  je ne peux qu’adhérer aux idées principales suivantes qu’elle développe :

– la prise en compte du contexte familial de l’enfant : reconnaissance de sa langue et de sa culture au sein des établissements scolaires.

– la mise en place d’un enseignement au plurilinguisme, avec en particulier les approches de “l’éveil aux langues”; cette dernière idée permettant de répondre à la première.

Cependant la tâche semble compliquée car elle ne concerne pas uniquement l’enseignement des langues. Elle touche aussi le domaine sensible de l’intégration des immigrants, la reconnaissance des liens historiques entre la France et ses anciennes colonies qui reste un sujet tabou et de controverses. Comme le fait très justement remarquer l’auteure, intégration n’est pas synonyme d’assimilation. Or en France c’est cette idée qui prédomine, excluant ainsi de fait les langues et les cultures des migrants.

De plus, à l’heure de l’Europe, la question reste de savoir si les instances veulent former des citoyens européens, sans que cela remette en cause le sentiment d’appartenance à la France. Dans ce dernier cas, une sensibilisation au plurilinguisme semble naturellement s’imposer.

Cette sensibilisation, comme le montre les différents modèles déjà existants,  peut se faire de manières diverses. Mais elle repose en générale sur une transdisciplinarité, et peut impliquer fortement les parents comme dans le projet de Didenheim. Ce dernier point soulève la question de la relation enseignants-parents, et pousse à admettre que le savoir puisse être transmis par une personne autre que l’enseignant dans les écoles. L’auteur parle de “co-construction” de l’éducation. La mise en place du plurilinguisme à l’école demande donc une formation adéquate des enseignants des matières linguistiques et non-linguistiques (dans le cadre du projet EVLANG, cela a demandé une formation de 18h), mais aussi une adhésion des parents.

Avant de sensibiliser les enfants au plurilinguisme, il faut d’abord sensibiliser le corps enseignant et les parents. La diffusion d’un documentaire filmé sur le projet de Didenheim est une bonne manière d’y parvenir.

De plus, il faut noter que cet ouvrage a été publié en 2007. Il serait donc intéressant de refaire un bilan sur la situation de l’enseignement français pour voir s’il a évolue on non depuis. Je peux moi-même témoigner d’une certaine évolution. En effet, dans le cadre du parcours “Didactique des Langues” de Paris 3 qui forme les futurs enseignants, “l’éveil aux langues” est présenté aux étudiants (notamment à travers le projet EVLANG), alors que cette notion n’était pas connue par les enseignantes du projet de Didenheim.

Critiques de l’ouvrage et exemples de la Chine

L’argumentaire de l’auteure est convaincant et repose sur une bibliographie abondante (essentiellement anglo-saxonne). De plus, le livre est bien structuré et présente une introduction et conclusions générales claires.

Le premier chapitre définit clairement les notions sur la question du bilinguisme et est nécessaire. Au vue de ces définitions l’ouvrage pourrait être réintitulé : “De la bilingualité en famille au plurilinguisme à l’école” ou bien “Du bilinguisme naturel en famille au plurilinguisme à l’école”. A travers ces titres, on constate que certaines notions peuvent prêter à confusion. Ainsi le terme “bilinguisme naturel” peut entraîner une confusion entre “bilinguisme” et “bilingualité”. D’ailleurs la question se pose parfois à la lecture du livre quand le terme “bilinguisme” est utilisé : est-ce la dimension sociétale ou individuelle (bilingualité) qui est considérée?

Les définitions données dans le premier chapitre peuvent aider à analyser la complexité de la situation de la Chine. Je donnerai deux exemples :

– Hongkong : avant de redevenir chinoise en 1997, les Hongkongais dont la langue maternelle est le cantonnais, étaient scolarisés dans la langue anglaise (éducation bilingue d’immersion totale). La bilingualité que développaient les Hongkongais était “additive”. Après la rétrocession de Hongkong à la Chine, l’équilibre des langues change avec l’introduction du  putonghua (mandarin) dans l’éducation scolaire des enfants. Les cas de bilingualité putonghua /cantonnais et anglais/cantonnais restent “additives” mais l’anglais perd petit à petit du terrain sur le pugtonhua. Certains Hongkongais cependant acquièrent l’usage des trois langues. C’est dans cette direction que l’éducation hongkongaise devrait insister.

– Shenzhen : les Shenzhenais ont pour langue maternelle le cantonais et sont scolarisés dans la langue putonghua. La particularité des Shenzhenais est cette langue maternelle le cantonnais qui est considérée comme une langue officiellement par la Chine et l’ONU (POPIN, 1996) . Ce statut confère une dimension supplémentaire au cantonais par rapport aux autres “langues régionales” qui sont considérées comme des dialectes. Cette reconnaissance a un rôle aussi dans le maintien des langues et dans la bilingualité de caractère” additif” des Shenzhenais.

Référence :

1.  POPIN (United Nations Popolation Information Network), Population Today, Monthly newsletter of the Population Reference Bureau ,December 1996, Vol 24, No. 12 : http://www.un.org/popin/popis/journals/poptoday/today1296.html

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts


2 réflexions sur « Appréciation et critique sur l’ouvrage “Du bilinguisme en famille au plurilinguisme à l’école” »

  1. Merci pour cette précision importante que j’avais omise.

  2. Je trouve ta critique intéressante et je suis tout à fait d’accord avec le projet Evlang, mais tu as oublié de dire le nom de l’auteur de cet ouvrage : Christine Hélot!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.