T’es allée sur le terrain ou non?!?

À midi, dans le CROUS, voici deux étudiants en master FLE se discutent.

E1: Je viens de rendre compte l’importance du terrain.

E2 : Ah bon, c’est bien, ce n’est pas trop tard de constater ce fait. Comment est-ce que t’a connu ceci ?

E1: Très simple. J’étais allée sur le terrain. Ce terrain qui comprend moi-même : moi comme un des acteurs engagés dans le terrain.

E2 : Dis-moi un peu de ça.

E1 : Il s’agit de ce qu’on appelle maintenant la biographie langagière. Ceci sert comme outil de compréhension sur nous-mêmes. On retrace nos propres parcours langagiers, et en retraçant, on découvre ce qui nous préoccupe et ce qui nous mène à faire une telle recherche.

E2 : Du coup, tu n’as pas encore rencontré l’autrui, une vraie personne autre que toi ?

E1 : Ben si, quand je fais un recul sur moi-même, j’ai connu moi-même en tant qu’autrui. Et je constate mes répercussions sur le terrain dans le sens où c’est moi qui a choisi le sujet, c’est moi qui a déterminé l’objet d’étude, c’est moi qui a construit le cadre épistémologie de la recherche, et c’est encore moi qui a adopté une méthodologie spécifique pour mener cette recherche.

E2 : Si je ne me trompe pas, tu t’es dissocié de ton terrain.

E1 : Non, pas du tout. C’est en devenant consciente de mon rôle que je m’engage plus sur le terrain. Le terrain n’est pas là tout au début ; il est construit et défini par moi, et au fur et à mesure, par d’autres participants.

E2 : Alors, tu ne viens pas sur le terrain pour recueillir des données ?

E1 : Exacte. Je viens, je témoigne, j’interagis avec les autres, j’aperçois les observables issues de notre interaction.

E2 : Sûr. Seulement, pourquoi jusqu’à ce jour tu parles toujours de toi et pas les autres ? T’es allée physiquement sur le terrain ou non ?

E1 : Ben si, dans ma tête.

E2 :  Ça ne suffit pas ! Vas ! Vas-t-en !

 

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « T’es allée sur le terrain ou non?!? »

  1. Je suis d’accord avec toi, nous faisons partie de notre terrain, parce qu’il est impossible pour nous de nous en extraire complètement pour l’observer de loin. Chaque chercheur, parce que c’est une femme ou un homme, parce qu’il a vécu telle ou telle chose, parce qu’il a des convictions éthiques ou politiques, appréhendera son terrain d’une manière différente. Il est donc primordial, dans un travail de recherche, de savoir “d’où” l’on parle.

    C’est d’ailleurs très intéressant d’accepter que nous observons tous la réalité à travers nos propres filtres, et donc que notre travail de recherche en dépend largement.

    Cependant, c’est devenu aujourd’hui presque une mode dans les travaux de recherche de parler de soi, de tout remettre en question selon notre sexe ou notre statut social. C’est important de le faire mais je pense que c’est une dérive à limiter, et qu’il ne faut pas oublier que si nous expliquons qui nous sommes, c’est seulement au service de notre recherche, pour mieux la comprendre, et non pas pour nous présenter au monde.

    Un entre-deux difficile à trouver…

  2. Votre dialogue met en évidence le problème que l’on peut avoir avec la notion de terrain en recherche des didactiques des langues. Ce terme comprend bien entendu plusieurs définitions parmi lesquelles la première est une définition géographique. Ainsi, un terrain est dit être « une portion plus ou moins étendue (…) » pour citer le Grand Robert de la langue française. Cependant, d’autres définitions associées à ce terme nous sont tout aussi profitables en recherche des didactiques des langues puisque le terrain est aussi « un lieu où se déroule des opérations militaires (….) où se déroule une duel ». C’est ainsi que l’on comprend les expressions comme « perdre du terrain », « terrain conquis », « avoir l’avantage du terrain » etc. Il y a donc en effet, dans cette notion, la connaissance pratique et physique de ce lieu particulier. Enfin, une dernière définition datant de 1671 apparaît dans le Grand Robert qui nous est très importante en FLE et explique que le terrain c’est aussi « les conditions, circonstances particulières dans lesquelles se déroule une discussion, une activité ». Dans ce sens, le terrain ne semble pas trop éloigné de la définition du terme « contexte » qui a pour origine latine le nom latin « contextus » et la forme nominale « contextere » qui signifie plus ou moins tisser, fabriquer un assemblage. Il est donc bon de distinguer ces deux termes et de les employer correctement.

    Je pense qu’en recherche des didactiques des langues, si le chercheur n’a pas cette expérience pratique du terrain, il semble logique qu’il étudie plutôt un contexte et une ou des situation(s) didactique(s) particulière(s). Si sa recherche s’appuie sur une expérience professionnelle de l’enseignement du FLE, il est évident qu’il travaille sur un terrain. Toutefois, il va de soi que même si le chercheur n’a pas d’expérience pratique du contexte mais mène des enquêtes par distance, des entretiens et des correspondances, le contexte devient alors terrain puisqu’il se fait une certaine expérience pratique de la situation en question. Il est ainsi important de le rappeler comme vous le faites dans votre dialogue que l’on crée son propre terrain en tant que chercheur et enseignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.