Les instruments d’évaluation au service de l’autoévaluation ???!!!

L’évaluation n’est plus une note finale qui attribue la possibilité à l’apprenant de passer un examen et de prendre par la suite un certificat. Cet enjeu n’est plus une fin mais un moyen qui favorise l’apprentissage et aide l’apprenant à pouvoir avancer dans son démarche d’apprentissage de langue.
L’autonomie de l’apprenant et sa responsabilité dans l’apprentissage de la langue mettent en relief le rôle qui joue les instruments d’évaluation. L’évaluation formative et l’évaluation sommative sont deux instruments d’évaluation ayant une influence essentielle sur l’apprentissage et l’enseignement d’une langue étrangère. L’évaluation formative et l’évaluation sommative se réalisent par le professeur et l’institut de langue que l’apprenant ne peut forcément pas les changer.
Pourtant, l’apprenant est capable de s’autoévaluer pendant sa tentative d’apprentissage d’une langue et de prendre en charge son évaluation. L’auto-évaluation est « une évaluation interne » étant présente mais inconsciente dans l’apprentissage. L’apprenant apprécie les résultats d’apprentissage et porte un regard critique sur son apprentissage. « Toutefois le plus grand intérêt de l’auto-évaluation réside dans ce qu’elle est un facteur de motivation et de prise de conscience : elle aide les apprenants à connaître leurs points forts et reconnaître leurs points faibles et à mieux gérer ainsi leur apprentissage ». Ainsi, l’autoévaluation en classe de langue devient-elle « une source de reconnaissance de progrès et un facteur important de motivation ».
Mais Commet l’apprenant arrive à s’autoévaluer ? Est-ce qu’il s’auto évalue librement ou il a besoin d’être guidé pas l’enseignant ? Comment l’enseignant arrive à mettre en service les instruments d’évaluation à la faveur d’une évaluation prise en charge par l’apprenant ?
Ces questions nous orientent vers l’analyse des instruments d’évaluation des cours de langue mis en œuvre par enseignant ou institut et l’étude de leur influence sur l’autoévaluation des apprenants.

Conseil de l’Europe. (2001). Cadre Européen commun de référence pour les langues. Paris : Didier
Cuq, J.-P. (2003). Dictionnaire de didactique du français. Paris: CLE International.
Cuq, J.-P., & Gruca, I. (2002). Cours de didactique du français langue étrangère et seconde: Presses universitaires de Grenoble.

img05


Une réflexion sur « Les instruments d’évaluation au service de l’autoévaluation ???!!! »

  1. Selon le rapport de l’inspection général en 2007, «l’évaluation, dans sa double fonction de régulation et de validation, est au cœur même de tout processus d’apprentissage. En ce qui concerne les langues vivantes la rapide évolution des politiques linguistiques de ces dernières décennies- au niveau international et national – conduit à réactualiser la réflexion sur l’évaluation, dont on sait qu’elle est un levier puissant pour faire évoluer les pratiques enseignantes. »1
    L’évaluation voire une autoévaluation des élèves, en effet, ce terme est toujours associée à la compétence, dans le cadre de l’approche communicative. L’évaluation de la compétence s’agit un changement de point de vue: comment l’élève, en tant que sujet d’évaluation, utilise la langue comme objet. L’évaluation ou l’autoévaluation éclaire sur la connaissance.
    Quant au terme « évaluation », il faut aussi la distinguer le notion de « contrôle ». Un contrôle est plutôt un paradigme de la connaissance, et que l’évaluation se présente comme un paradigme de la compétence2.

    Références:
    1. Rapport n° 2007-009 de l’Inspection générale : L’évaluation en langue vivante : état des lieux et perspectives d’évolution, janvier 2007, p.3
    2. Claire Bourguignon, 2011, L’évaluation de la compétence en langue et le CECRL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.